Appel à communications / colloque : “Terrains et chercheurs sous surveillance. (Auto)contrôle, (auto)censure et mise en administration des sciences sociales”, 17-18 mai 2018, MMSH et SciencesPo Aix – LIMITE : 15/02/2018

Organisateurs : CHERPA – IREMAM – LAMES

Date limite de soumission des propositions de communications : 15 février 2018

PRÉSENTATION

À rebours d’une vision enchantée du savant guidé par ses seules intuitions et tout entier animé par la découverte de la vérité, le chercheur en sciences sociales est – par la nature même de sa démarche de connaissance – pris dans une multitude de relations d’interdépendance (avec son institution de rattachement, avec ses financeurs, avec ses enquêtés, avec les comités d’édition). Celles-ci contraignent, bornent et parfois entravent sa liberté d’investigation, d’analyse et d’écriture. Aujourd’hui, sans doute par un effet conjugué de la managérialisation et de la judiciarisation des sociétés, les contingences de la recherche en sciences sociales se formalisent de façon très explicite, contractuelle, sous le jour de chartes d’éthique, de rapports d’activité, d’ordres de mission, de livrables, de demandes d’autorisation, etc. Prise entre de nouvelles exigences – la rentabilité et la sécurité juridique par exemple –, l’activité des chercheurs en sciences socialesne doit plus répondre simplement à des logiques strictement scientifiques mais satisfaire aussi à des injonctions en termes de responsabilité, de déontologie, d’utilité… La réponse à ces injonctions renvoie à des dilemmes d’autant plus problématiques que le « terrain » a pris une place prépondérante dans une partie des sciences sociales (Bensa et Fassin, 2008 ; Arborio et Fournier, 2015 ; Leroux et Neveu, 2017), particulièrement depuis le tournant ethnographique des années 1990. Celui-ci a ouvert de nouveaux objets à une investigation toujours plus attentive à saisir les pratiques sociales en situation, tout en élevant peu à peu les exigences de vigilance épistémologique. De même, la généralisation des techniques de l’information et de la communication a ouvert, de la part d’entreprises commerciales, tout un volet d’enregistrement de traces des pratiques des acteurs sociaux à leur insu pour anticiper leurs conduites et chercher à les infléchir. Ces manières, formellement voisines de certaines pratiques des sciences sociales, créent la confusion et obligent les chercheurs à composer avec des réticences et des préventions d’acteurs sociaux contre l’enquête en sciences sociales quelle qu’elle soit. La dernière décennie a même vu s’exprimer des revendications à un droit à l’enquête pour les chercheurs (Laurens et Neyrat, 2010).

En proposant de mobiliser le terme de surveillance pour caractériser le contexte de travail du chercheur, l’objectif de ce colloque est d’identifier et mettre en débat les diverses contraintes qui s’exercent désormais sur leur métier. L’enquêteur en situation de surveillance fait face à des réalités d’hétéronomie sur les enquêtés, l’enquête et l’écriture, pouvant engendrer des difficultés, voire des effets de censure pas toujours conscients sur le travail de recherche.

Plus d’informations sur le site du colloque
Télécharger l’appel à communications

Vous aimerez aussi...