Farîd-ed-Dîn ‘Attâr, Les Sept Cités de l’Amour, trad. de Jalal Alavinia, suivi d’un essai de Michael Barry, Paris, Albin Michel, 2013.

Affiche : Lettres-persanes.pdf

Farîd-ed-Dîn ‘Attâr (1147-1221) est, avec Rûmî qu’il inspira profondément, le plus grand maître mystique de langue persane. Si son Langage des oiseaux, allégorie de la quête de l’âme, est son œuvre la plus connue en Occident (dont la traduction est parue dans la même collection), il est également l’auteur d’une immense œuvre lyrique.
Les Sept Cités de l’amour regroupe cent des plus beaux poèmes (ghazals) que ‘Attâr a consacrés au thème intemporel de l’amour. Amour mystique, mais aussi amour charnel, amour passion dans lequel l’âme se perd pour mieux se retrouver. Il s’agit d’un aspect majeur de l’œuvre du grand maître, jusqu’alors complètement inédit en français.Ce texte superbe est précédé d’un important essai historique et spirituel sur la mystique de ‘Attâr, Rûmî et Ibn ‘Arabî, par le grand spécialiste Michael Barry.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search