Séminaire « Penser l’expérience palestinienne entre occupation, relégation et exil » – IISMM, 2e et 4e vendredis du mois de 15h à 17h, du 10/11/2017 au 22/06/2018

2e et 4e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 10 novembre 2017 au 22 juin 2018.
La séance du 23 mars est annulée
Séance supplémentaire le 18 mai (de 18 h à 20 h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail).
La séance du 8 juin est reportée au 15 juin (salle des étudiants de l’IISMM, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Présentation

Le séminaire s’intéressera à l’expérience des Palestiniens face à des situations de violence qui deviennent habituelles ou « routinières », entraînant une normalisation de l’anormal et une existence saturée. Les non-sujets palestiniens, privés de devenir, doivent trouver leur place dans les interstices du temps (s’étirant) et de l’espace (se rétractant) que l’autre leur impose, qu’il s’agisse de la vie derrière les murs ou dans les camps, de la vie diasporique ou de citoyens de seconde zone. On réfléchira à ce que ces expériences, inscrites dans un temps long, font aux Palestiniens, comment elles structurent leur vie quotidienne, leurs trajectoires, ainsi que leur vie familiale et professionnelle. On interrogera aussi la manière dont le chercheur fait face à ces situations.

Programme

10 novembre 2017 : Introduction (par l’équipe du séminaire), « Penser l’expérience palestinienne, entre occupation, relégation et exil »

24 novembre 2017 : Véronique Bontemps (anthropologue, CNRS), « Les maladies chroniques en Palestine : une affaire marginale ? Réflexions à partir du cas de la mucoviscidose »

8 décembre 2017 : Mehdi Belmecheri-Rozental (chercheur et militant), « La vidéo, un outil de lutte en Palestine »

22 décembre 2017 : Thomas Richard (chercheur associé, Centre Michel de l’Hospital, Université Clermont-Auvergne) : « Quand l’exceptionnel devient normal ? Filmer le quotidien en Palestine »

12 janvier 2018 : Sadia Agsous-Bienstein (post-doctorante EHESS-CESSP), «La littérature palestinienne en Israël, l’exil comme métaphore »
La séance sera discutée par Sbeih Sbeih (sociologue, post-doctorant IREMAM, LabexMed)

26 janvier 2018 : Baptiste Sellier (doctorant EHESS- CETOBaC/CMH), « Matérialiser et légitimer l’État. L’urbanisme israélien à Jaffa et Jérusalem-Est vis-à-vis des Palestiniens et de leur mémoire attachée aux espaces »

9 février 2018 : Sbeih Sbeih (sociologue, postdoctorant à l’IREMAM, LabexMed), « Les projets collectifs de développement en Palestine : diffusion de la vulgate néolibérale et normalisation de la domination »

23 février 2018 : Xavier Guignard (doctorant en sciences politiques), « La crise de la représentation politique chez les réfugiés palestiniens du Liban »

9 mars 2018 : Taher Labadi (chercheur en économie politique, Université Paris Dauphine), « Entre le blocus et la division interne : expériences économiques de la guerre dans la bande de Gaza »

ANNULATION de la séance 23 mars 2018 : Amr Saededdine (sous réserve) (docteur en sciences politiques et sciences sociales, chercheur à l’Institut d’Etudes palestiniennes, Beyrouth), « A Case of Everyday Practices within Vocal Resistance in Palestine »

13 avril 2018 : Nell Gabiam (anthropologist, Iowa State University), « Rester en Turquie ou continuer vers l’Europe ? Les réfugiés palestiniens de la Syrie et l’instabilité de l’exil »

11 mai 2018 : Diana Allan (anthropologist, McGill University), « What bodies remember: Sensory Experience as Historical Counterpoint in the Nakba Archive »

18 mai 2018 (de 18 h à 20 h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail) : David Palumbo-Liu (Professeur de Littérature Comparée, Stanford University), « Resisting containment: Antifascism and Movements of support to the Palestinians in Trump’s America »
Séance exceptionnelle du séminaire “Penser l’expérience palestinienne”, organisée par l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine)

« The political situation in the United States is increasingly fraught and complex.  Under the presidency of Donald Trump, one is continually presented with the unexpected and the unprecedented. Nevertheless, without a doubt, one of the most constant elements of his regime is a commitment to white supremacy, and the notion that the US is fundamentally a white Christian nation.  At the same time, the government of Benjamin Netanyahu has embraced the Trump regime, despite the pronounced anti-semitism of white supremacists.  Political expediency has thus trumped ideological purity, and we see both the US and Israel accommodating ethno-nationalism; which can be seen as a form of fascism.
It would seem only logical then that a critique of Israeli state policies would be commensurate with a critique of any ethno-nationalist project, regardless of its precise location. One could easily think too of Modi’s India, and the suppression of Kashmir.  Nevertheless, a critique has been mounted both in the US and especially in Israel that anti-fascist activism and pro-Palestinian activism are mutually exclusive.  My talk will try to explain how and why that critique has been mounted, and remind us of why the two projects are actually entirely compatible. »

25 mai 2018 : Amr Saededdine (docteur en sciences politiques et sciences sociales, chercheur à l’Institut d’études palestiniennes, Beyrouth), « A Case of Everyday Practices within Vocal Resistance in Palestine »

15 juin 2018 (salle des étudiants de l’IISMM) Ahlam Shibli (Artist, Palestine), « Occupation. Between Trauma and a Negotiated Home »

22 juin 2018 : Mousa Sroor (Historien, Université de Birzeit, chaire sécable de l’IISMM), « Les waqfs juifs et la colonisation de Jérusalem à la fin du 19e siècle »

Informations pédagogiques

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Adresse(s) électronique(s) de contact : veronique.bontemps(at)cnrs.fr, pbourmaud(at)free.fr, hc.abouzaki(at)gmail.com, mariangela_gasparotto(at)yahoo.it, baptiste.sellier(at)gmail.com


Voir sur le site de l’EHESS


Vous aimerez aussi...