Atelier doctoral : « Vivre sur les marges, vivre à la frontière au sud de la Méditerranée (Antiquité, Moyen Âge) », Université de Tunis (4-6 décembre 2017) – LIMITE : 15/09/2017

Coordination : Thouraya Belkahia (Université de Tunis) et Stéphanie Guédon (Université de Limoges)

Organisation : Laboratoire Histoire des économies et des sociétés méditérranéennes (Université de Tunis), EA 4270 (CRIHAM, Université de Limoges), École des Hautes Études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Partenariat Hubert Curien France-Maghreb (Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International – France, Ministères de l’Enseignement et de la Recherche Scientifique – Algérie, Maroc, Tunisie)

Encadrants : Th. Belkahia (Université Tunis 1) L. Callegarin (Casa de Velázquez, Madrid) J.-Ch. Ducène (EPHE) A. El Bahi (Université de Kairouan) St. Guédon (Université de Limoges)

Date limite d’inscription : 15 septembre 2017

Dossier d’inscription à renvoyer à : stephanie.guedon@unilim.fr

Présentation de l’atelier doctoral :

Il s’agit du deuxième atelier doctoral international organisé dans le cadre du Programme Hubert Curien Maghreb « DÉSERT : la frontière méridionale du Maghreb à l’époque antique et médiévale, espace de confins et territoires d’échanges ». Cette rencontre souhaite fournir un lieu de réflexion et d’échanges privilégiés, sur un champ d’étude commun, à de jeunes chercheurs préparant leur doctorat en Europe et au Maghreb. Elle propose, à travers une approche diachronique, une ouverture méthodologique et scientifique permettant de dépasser la césure traditionnelle entre les champs historiques de l’Antiquité et du Moyen Âge.

L’atelier doctoral invite à réfléchir sur les conditions de vie et l’organisation des sociétés vivant aux confins semi-arides et arides du sud de la Méditerranée, où les contraintes géographiques très fortes exercées sur le peuplement furent étroitement liées à la construction de frontières politiques au cours des périodes antique et médiévale. L’ensemble géographique et historique concerné s’étend du Maghreb au Moyen Orient, sur une zone qui se prête particulièrement à la confrontation de contextes variés permettant d’envisager de façon approfondie la corrélation entre le milieu aride et la notion de frontière, ainsi que l’adaptation et les spécificités des populations qui étaient établies à leur contact. La prise en compte de la longue durée vise alors à souligner l’héritage de chaque période dans les évolutions historiques régionales distinguées.

La formation proposée dans le cadre de cet atelier doctoral est ouverte aux doctorants en philologie, en archéologie ainsi qu’en histoire ancienne et médiévale. Elle combine l’étude d’une documentation écrite très riche et de nature variée dans laquelle il faut inclure les témoignages cartographiques, avec l’apport des sources archéologiques et des données liées à la culture matérielle. À travers les différents travaux qui seront proposés, il conviendra alors de s’interroger sur la nature du risque, réel ou supposé, qui est régulièrement imputé au milieu désertique. La participation à l’atelier doctoral donne également la possibilité d’assister, à titre d’auditeur, au colloque international intitulé « Vivre à la frontière : les sociétés du prédésert d’Afrique du Nord et du Sahara (Antiquité-Moyen Âge) », qui aura lieu les 7 et 8 décembre 2017, à Tunis.

Conditions pratiques :

Nombre de places : 10

Il n’y a pas de frais d’inscription. Le dossier de candidature doit être envoyé par voie électronique (adresse du destinataire : stephanie.guedon@unilim.fr), et comprend :

  • une lettre de motivation.
  • un curriculum vitae (max. 3 pages) accompagné d’une présentation des recherches en cours.
  • un résumé (min. 4000 caractères) de l’intervention proposée.
  • une lettre de recommandation.

La date limite d’envoi du dossier est fixée au 15 septembre 2017. Les coordinateurs informeront les candidats par courrier électronique de la réponse donnée à leur candidature d’ici le 30 septembre 2017. Le logement en chambre double ainsi que les déjeuners seront pris en charge par l’organisation de l’atelier doctoral. Les dîners seront à la charge des participants. Le Programme Hubert Curien Maghreb offre la possibilité de prendre en charge les billets d’avion pour le voyage entre la France et la Tunisie, pour les étudiants qui en feront la demande (billets aller-retour d’un montant inférieur à 450 euros).

Présentation à télécharger


Vous aimerez aussi...