Colloque : Géopolitique de la traduction en Méditerranée – Le Caire, 02-04/04/2017

Télécharger le programme

Dates : de Dimanche 2 Avril 2017 – 09:00 à Mardi 4 Avril 2017 – 18:00
Lieu : Le Caire, Egypte

ARGUMENTAIRE

Ce second volet d’un triptyque (après une première session à Istanbul les 19-20 novembre 2015) consacré à la traduction des Sciences humaines et sociales (La sociologie), sera dédié, en avril 2017, à l’Histoire : nous envisageons de croiser les regards sur les historiographies égyptienne et turque, de discuter leur diffusion et leur réception en français et en anglais à travers la question de la traduction, mais aussi d’inviter les éditeurs spécialisés dans le do- maine à participer à une demi-journée de débats.

Si la réflexion autour de périodes, d’évènements ou de conflits a souvent alimenté les ren- contres scientifiques, le thème de la traduction des traditions, des concepts mais aussi des mo- dernités théoriques reste à développer. Les traductions d’œuvres littéraires (majoritaires dans les flux de traduction entre mondes arabe et turc et la France) et d’ouvrages de SHS ont, la plupart du temps été présentées ensemble comme s’il s’agissait d’une même opération de transfert : il est temps d’insister sur l’autonomie de la traduction d’une discipline tel que l’Histoire qui suppose d’autres compétences (y compris en Histoire de la langue et en géogra- phie historique) et requiert une autre pratique. On prendra en compte les traductions réalisées par les historiens eux-mêmes, mais aussi l’existence d’une nouvelle historiographie comme le rappellent – en français – la publication du Dictionnaire des Orientalistes de langue française (Karthala, 2008), du Dictionnaire de l’Empire ottoman (Fayard, 2015), de biographies telles que celle de Şükrü Hanioğlu (Mustafa Kemal Atatürk, Fayard, 2016) ou un essai sur la nais- sance d’une anthropologie raciale et nationaliste en Turquie : De Darwin à Dersim de Zafer Toprak (à paraître en 2018). Les ouvrages d’historiens arabes et turcs produisant en français sont également à prendre en compte, ainsi que les historiens du Maghreb (Abdallah Laroui, Hichem Djaït) et les historiens égyptiens.

En réalité, la situation de ces traductions est loin d’être satisfaisante : après plusieurs cam- pagnes d’appels et certaines réalisations, le chantier n’a pas vraiment connu de développe- ment significatif et l’on attend encore que se forme une attitude globale, cohérente face à la masse des travaux. Ainsi, l’absence toujours notable de traducteurs spécialisés dans les SHS (en français plus encore qu’en anglais), nous servira d’indicateur : les différentes études et enquêtes sur le livre arabe et sa diffusion en langues européennes le rappellent.

Enfin, il nous paraît pertinent (comme lors de la rencontre organisée à Istanbul) d’envisager une demi-journée en anglais afin de rallier le public anglophone et d’associer nos collègues, chercheurs anglophones, nombreux au Caire : historiens et spécialistes de littérature comparée et de traduction.

En abordant le deuxième volet d’un projet qui devrait nous permettre de prendre en considéra- tion les flux comme les besoins de traduction, notre objectif est de convoquer une réflexion collective sur un programme où l’imagination aurait sa place : non seulement formuler ce qui, objectivement, devrait être traduit mais aussi imaginer ce qui – en terme de traduction – pour- rait changer nos représentations, stimuler les transferts culturels à venir, les anticiper même en axant notre travail sur ce qui pourrait incarner les autres cultures, les autres schémas intellec- tuels et narratifs. Dans un univers de flux de traductions extrêmement inégaux, il importe de réinventer un modèle de culture critique en s’appuyant sur la réalité des publications et re- cherches des pays concernés (Monde arabe et Turquie), une vision nécessaire dans la globalité aveugle – ou aveuglante – qui nous entoure.

Désirant associer les institutions égyptiennes (Université d’Al-Azhar, Université du Caire, Bureau égyptien du livre, la Bibliothèque du Caire) et françaises (Institut Français d’Égypte), l’Université du Bosphore (Istanbul) et l’INALCO, nous avons souhaité axer la rencontre sur les courants historiographiques (tendances, courants, individus en Egypte et en Turquie) et sur les politiques, mais aussi sur les questions de traduction et d’édition dans ce domaine spécifique.

Contacts : 
Michel Bozdémir (michel.bozdemir@inalco.fr)
Timour Muhidine (timour.muhidine@inalco.fr)


Vous aimerez aussi...