Daniela Melfa, Professeure associée à l’Université de Catane (Italie) — 08-14-16-21-29/03/2017

Biographie : Daniela Melfa est maître de conférence au Département des Sciences politiques et sociales de l’Université de Catane. Elle est spécialiste de l’Histoire contemporaine de l’Afrique du Nord. Après une thèse de doctorat sur les agriculteurs italiens de Tunisie, ses études se sont focalisées sur l’histoire du Parti communiste tunisien dans l’après-indépendance. Membre de réseaux de recherche nationaux et internationaux, elle a été visiting researcher pour un trimestre en 2012 au Center for Middle Eastern Studies, University of California, Berkeley. Elle est présidente de SeSaMO (Società per gli Studi sul Medio Oriente) (2017-2019).

Programme des conférences :

  • Mercredi 8 mars 2017, 10h-13h, Bât. Le France (RdC, salle 1), 190-198 av. de France 75013 Paris

Etre migrants à l’époque coloniale : chances et défis des Italiens dans le protectorat français de Tunisie

Le séminaire s’interroge sur le statut des Italiens de Tunisie à l’époque coloniale à travers l’expérience des Italiens installés dans les zones rurales. Est-ce qu’ils rentrent dans la catégorie de migrants ou bien de colonisateurs ? Est-ce que l’expérience des colons peut être conçue en dehors du cadre de la colonisation ? L’analyse de ce microcosme s’articulera autour des phases suivantes : l’arrivée, l’implantation et le départ. La typologie des flux migratoires, l’évolution du cadre juridique, l’acquisition de biens fonciers, les relations intercommunautaires, sont tous des aspects susceptibles d’apporter des éclaircissements.

  • Mardi 14 mars 2017, 15h15-15h45, IISMM (1er ét., salle de réunion), 96 bd Raspail 75006 Paris

« Nous sommes des révolutionnaires responsables… ». L’utopie communiste dans la Tunisie de l’après-indépendance – dans le cadre de la table ronde « Un tricontinentalisme arabe ? » (L. Guirguis et alii)

L’après-indépendance dans les pays du Maghreb fut un moment d’effervescence collective. Les militants communistes se distinguèrent par leur internationalisme dans la lutte contre l’impérialisme et l’exploitation de l’homme. En me focalisant sur le Parti communiste tunisien, je compte analyser comment l’idéalisme révolutionnaire en politique étrangère se combina avec l’option réformiste, imprégnée de culture démocratique et constitutionnelle, adoptée dans le cadre national.

  • Jeudi 16 mars 2017 14h-16h, IMAF (2e étage, salle de réunion), 96 bd Raspail, 75006 Paris

Le Parti communiste tunisien (1956-1993) entre orthodoxie et spécificité nationale : religion, langue et vestiges coutumiers

Un débat autour du rapport entre théorie générale et spécificités nationales a marqué la diffusion du communisme dans les pays arabes. En me focalisant sur le Parti communiste tunisien, je vise à retracer l’influence de la culture locale sur le façonnement d’une voie tunisienne au communisme. Le rapport à l’islam, le statut des juifs et des femmes sont autant de problèmes qui ont investi la stratégie du parti et les choix personnels des militants.

  • Mardi 21 mars 2017, 13h-15h, EHESS (salle 3), 105 bd Raspail, 75006 Paris

La gauche réformiste et la révolution du peuple : défis et débats en Tunisie – dans le cadre du séminaire « Histoire et sciences sociales en révolution : un paradigme tunisien ? » (J. Dakhlia)

La fragmentation et la marginalité de la gauche sont un fait marquant de la vie politique tunisienne depuis l’indépendance. A partir des regroupements actuels, la conférence vise à examiner les composantes historiques de la gauche tunisienne et à en cerner les principaux clivages : réformisme vs révolutionnarisme ; soutien critique à Bourguiba vs opposition frontale ; nationalisme vs panarabisme. Cet aperçu contribue à éclaircir les raisons de l’« atrophie historique » (Achcar) de la gauche.

  • Mercredi 29 mars 2017, 14h-16h, IISMM (1er ét., salle de réunion), 96 bd Raspail 75006 Paris

L’internationalisation de la cause arménienne dans l’après-guerre (1918-1919) : les fonds d’archives du ministère italien des Affaires étrangères – dans le cadre du séminaire « Anthropologie historique des chrétiens en Islam » (B. Heyberger)

La mobilisation en faveur de l’autodétermination du peuple arménien dans l’après-première guerre mondiale peut être considérée le prototype d’un agissement devenu recourant parmi les minorités nationales et les peuples colonisés. A travers les documents repérés aux archives du ministère italien des Affaires étrangères concernant les années 1918-1919, la conférence se focalise sur le processus d’internationalisation (acteurs, méthodes, arguments, langage) de la question arménienne dans le cadre d’intérêts concurrents autour de l’Anatolie et le Caucase.

Télécharger l’affiche – DMelfa


Vous aimerez aussi...