Parution : Pauline Koetschet et Peter E. Pormann (dir.), La construction de la médecine arabe médiévale — 8/06/2016

La construction de la médecine arabe médiévale

Présentation :

L’histoire de la médecine arabe pré-moderne demeure nimbée d’un certain mystère, non pas parce que nous n’aurions pas de sources, mais parce que dans leur majorité, ces sources n’ont été ni éditées ni étudiées. Ce sont ces sources qui forment la base des articles publiés dans cet ouvrage. Ces articles traitent, entre autres, du transfert des connaissances médicales et de la construction de le médecine arabe à partir des sources grecques, indiennes, et persanes traduites en arabe, et des modifications apportées au savoir médical passé.


Les auteurs :

Pauline Koetschet est chargée de recherche au CNRS depuis janvier 2014, elle est philosophe, spécialiste de textes grecs antiques et arabes médiévaux. Ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée de philosophie, elle a vécu deux ans en Égypte (2011-2013) où elle a effectué un post-doctorat à l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire). Elle a été également membre de l’Institut français du Proche-Orient en Syrie (Damas) entre 2005 et 2011, en tant qu’étudiante en arabe, puis doctorante. Sa thèse de philosophie et lettres classiques, soutenue en juillet 2011, traitait de la mélancolie chez Abū Bakr al-Rāzī (Paris-Sorbonne IV). Elle a été conduite en grande partie à Damas, grâce à une bourse d’aide à la mobilité internationale.

 

Peter E. Pormann a étudié la littérature et l’islamologie à Paris (Sorbonne), Hambourg et Tübingen, lui permettant l’obtention d’une maîtrise en études islamiques à l’Université de Leiden, et de littérature à l’Université d’Oxford (Corpus Christi College). Sa première motivation dans le choix de la littérature était de comprendre la culture occidentale, aux racines principales issues de l’Antiquité gréco-romaine et de la tradition judéo-chrétienne. La troisième racine, la culture islamique, est intrinsèquement liée à la tradition occidentale, un fait commodément oublié par les idéologues de différentes obédiences. Sa recherche tente de rectifier cette idée fausse en étudiant les nombreux contacts entre les musulmans, les juifs et les chrétiens qui écrivaient en grec, en latin, en hébreu et en arabe, que ce soit dans le dixième ou le vingtième siècle.


Sommaire :

Sommaire (en arabe) 1

Remerciements (en arabe) 3

Introduction (en arabe) 5

D’Alexandrie à Bagdad : la transmission du savoir médical 17
Dr Aḥmad ʿEtmān (1945-2013)

La médecine indienne, l’une des sources de la construction de la médecine arabe médiévale :
de l’héritage théorique aux applications pratiques 35
Floréal Sanagustin

Les traductions syriaques et arabes des textes médicaux
au début de l’époque abbasside 43
Peter E. Pormann

Du Compendium de Galien au Traité sur l’oeil de Ḥunayn 61
Našʾat al-Ḥamarneh

La terminologie médicale des maladies ophtalmiques au IXe siècle 75
Iktimal Rajab

Le traité Sur la bile noire d’Ibn Māsawayh. Introduction et édition 91
Pauline Koetschet

Pour un système de la mélancolie. Le traité Sur la mélancolie d’Isḥāq ibn ʿImrān 111
Aʿdil al-ʿUmrānī

Le traitement par les médicaments, entre constantes et variations chez Abū Bakr al-Rāzī (870-925) 121
Mehrnaz Katouzian-Safadi
Frédéric Shehadeh

La figure d’Hippocrate dans les sources arabes : sa vie, son oeuvre, ses lettres, et le célèbre Serment 131
Emily Cottrell

Index des spécialistes 143

Bibliographie (en arabe) 147

Bibliographie (en français) 164

Introduction (en français) 178

Remerciements (en français) 180


Paru le 8 Juin 2016

192p.

20€


Vous aimerez aussi...