Parution : Les portes du néant de Samar Yazbek

les portes du néant samar yazbek

Traduit de l’arabe par Rania Samara

Paru le 9 mars 2016

Présentation :

Depuis son exil, Samar Yazbek est retournée clandestinement trois fois en Syrie en s’infiltrant par une brêche à la frontière turque. Au-delà du besoin de retrouver son peuple et son pays, Samar Yazbek ressent l’urgence de témoigner. Elle est le seul auteur syrien à se rendre dans la région d’Idib (au nord-ouest du pays) où elle est accueillie par une famille dont on suit le destin.

À chacune de ses visites, elles vit de l’intérieur l’horreur de la révolution, la montée du jihadisme, puis l’afflux croissant des jihadistes étrangers qui viennent littéralement voler au syriens leur révolution. Au mépris du danger, elle multiplie les rencontres : femmes, enfants, rebelles, civils en armes mais aussi jihadistes. Chacun a une histoire unique à raconter, leurs destins croisés forment peu à peu la toile de fond de ce récit.

Au cœur de cette folie, Samar Yazbek découvre aussi la réalité profonde de l’exil : ce n’est pas simplement être « dehors », c’est être nulle part. Et, chaque fois que vient l’heure du départ, Samar sent monter l’angoisse d’abandonner ses amis derrière elle. Ils l’encouragent pourtant à partir. « Ne meurs pas ici », lui dit une femme, « pars tant que tu le peux et demeure ce fil qui nous relie au monde ».

À propos de l’auteur :

Née en 1970 à Jablé en Syrie, Samar Yazbek a publié quatre romans dans son pays dont Un parfum de cannelle (Buchet-Chastel, 2013). Feux croisés, journal de la révolution syrienne (Buchet Chastel) a obtenu en 2012 une reconnaissance internationale et a été récompensé par plusieurs prix littéraires défendant la liberté d’expression et le courage : Prix PEN Pinter en Angleterre, Prix Tucholsky en Suéde et le Prix Oxfam aux Pays-Bas. Journaliste et écrivain reconnue, figure de l’opposition à Bachar el-Assad, elle est contrainte à l’exil en 2011 et se réfugie en France avec sa fille. Entre « deux monstres » – le régime syrien et les jihadistes -, Samar Yazbek se dit aujourd’hui aux « portes du néant ».

« Les portes du néant supporte comparaison avec l’Hommage à la Catalogne de George Orwell comme œuvre de littérature. Elle a sans nul doute écrit un des premiers classiques politique du XXIe siècle. » Andrew Hussey, The Observer

« Courageuse, rebelle et passionnée… Yazbek est une dissidente syrienne peu ordinaire. » Financial Times

« Incroyablement puissant, poignant et émouvant. » Michael Palin

« Un témoignage éloquent, captivant et douloureux sur la chute de son pays dans la barbarie par une Syrienne incroyablement courageuse » The Irish Times


Vous aimerez aussi...