Conférence : François Burgat, La Palestine dans l’ombre des printemps arabes — Marseille, Villa Méditerranée, 19h, 01/03/2016


Dans le cadre des conférences les mardis de la villa

Animé par François Burgat

Depuis 2011, la question palestinienne a pu paraitre marginalisée par les « printemps arabes » : il n’y a pas eu en Palestine de « chute d’un régime». L’opposition à Israël est demeurée le dénominateur commun de la politique intérieure palestinienne. Et pourtant : “ la question palestinienne” n’a pas manqué de croiser les grandes dynamiques régionales en cours. Dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban, la phraséologie de l’Etat islamique gagne du terrain, contestant la prédominance de l’OLP, et même celle du Hamas. En Syrie, les Palestiniens sont devenus une composante militaire de la guerre civile en cours – les uns soutenant le régime, les autres l’opposition. L’Iran, l’Arabie saoudite, la Turquie ou l’Egypte cherchent à séduire les partis politiques palestiniens, du Hamas au Fatah. Il n’y a certes pas eu de “printemps” palestinien: mais, plus que jamais, l’avenir de la Cisjordanie et de la bande de Gaza se trouve soumis au devenir incertain de la région.

Avec :

  • Nicolas Dot Pouillard, core-Researcher au sein du programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World), et chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Beyrouth). N. Dot Pouillard est également membre du comité de rédaction de la revue en ligne Orient XXI, consacrée au monde arabe. Il est l’auteur de deux ouvrages : Tunisie. La révolution et ses passés (Iremmo/L’Harmattan, 2013) et De la théologie à la libération : histoire du Jihad islamique palestinien, avec Wissam Alhaj et Eugénie Rébillard, Préface de Olivier Roy (Editions La découverte, 2014).
  • Xavier Guignard, doctorant en Science politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, où il termine une thèse sur l’émergence d’une diplomatie palestinienne. Ses recherches s’intéressent particulièrement à la construction du pouvoir dans un contexte autoritaire et colonial. Il fut bénéficiaire de la première bourse doctorale de l’Institut français du Proche-Orient à Jérusalem en 2012 et 2013. En 2014, il enseigna à l’Université Al-Quds Bard Honors College (Abu Dis, Palestine) comme professeur invité. En 2015, il a rejoint le programme WAFAW et enseigné à Sciences Po Paris. Il mène, depuis 2010, de nombreuses enquêtes de terrain au Liban, en Palestine et en Jordanie et vit aujourd’hui entre Paris et Amman.

Accès à la conférence sur réservation


Vous aimerez aussi...