Miquel, André, La Fontaine de Bagdad, Paris, Orients éditions, 2015, 88 p.

miquel-221x300Au VIIIème siècle Ibn al-Muqaffa traduit en arabe le Pantchatantra, immense succès d’Inde. Repris sous le titre de Kalila et Dimna, ces contes animaliers doivent rendre sage les rois et leurs sujets. Neuf siècles plus tard La Fontaine dira leur devoir une grande partie de son inspiration.

André Miquel a commencé son travail d’orientaliste    par    leur    traduction; aujourd’hui toujours admirateur de ces deux auteurs, il rapproche le premier de son héritier en multiples fables d’une délicieuse sagesse. C’est son soixante et onzième livre.
Baya est considérée comme la peintre maitresse de l’art algérien. Orpheline, pauvre elle s’échappe par son art et sera révélée par les surréalistes français. Reine des univers merveilleux, elle illustre parfaitement ces fables.
« Les contes de fées sont le cœur du peuple même » écrira André Breton de sa muse.

Voir sur le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...