Delahaye, Olivier, ‘Round Midnight… Express, Paris, Éditions Turquoises, 2015, 160 p.

delahaye Êtes-vous déjà allée à Istanbul ? demandai-je ingénument. 
— Sûrement pas ! Jamais je ne mettrai les pieds dans ce pays ! répondit-elle du tac au tac.
— Ah bon ? l’interrogeai-je. 
— Oui, vous comprenez, j’ai vu “Midnight Express” à sa sortie et ça m’a vaccinée. 
Un film peut-il agir comme un vaccin ? 
C’est le cas de “Midnight Express”, réalisé par Alan Parker en 1978, qui a vacciné des générations de spectateurs contre la Turquie, stigmatisant allègrement tout un peuple.
Dans un voyage qui prend le film pour point de départ, l’auteur remonte le cours des siècles sur les traces de la vision des Turcs développée par les Occidentaux.
Au fil de ses pérégrinations, il rencontre Alan Parker à Londres bien sûr, mais aussi Goethe et son “Divan” à Weimar, les Camondo dans leur fragile rêve de ­modernité à Paris, Nâzım Hikmet dans la prison où il composa ses “Paysages ­humains”, un certain Halil Usta, roi du kebab, à Gaziantep, de même que les descendants des premiers chrétiens dans la plaine de Mésopotamie et bien ­d’autres personnages qui, ensemble, élaborent peu à peu un antidote à la xénophobie et à l’ignorance.
‘Round Midnight …  Express” est un livre « jazz » sur un film « rock’n’roll », un livre qui nous parle des Turcs et aussi de nous-mêmes.
Olivier Delahaye, né en 1955 à Paris, est écrivain, réalisateur, scénariste et producteur. Après ses études de droit, d’histoire de l’art et de philosophie, il produit des films publicitaires, des fictions et des documentaires. Il écrit “SOLEILS”, long-métrage qu’il coréalise avec Dani Kouyaté en 2013. L’année suivante, les éditions Héloïse d’Ormesson publient son roman “Le Ventre lisse”, et Belin son récit “Pierre Loti à Rochefort. Le temple d’une vie”.

Vous aimerez aussi...