Behbahani, Simin, Grappe de lumières. Poèmes 1946- 2014, Paris, Lettres persanes, 2015, 214 p.

BehbahaniIl y a des personnalités publiques contestatrices que les tyrannies les plus redoutables n’osent toucher de peur de provoquer un soulèvement populaire ou de faire ébranler les fondements de la société. Car elles représentent, par leur talent, leur force morale, leur intégrité, leurs convictions constantes et leurs combats permanents en faveur de la vérité, les aspirations d’un peuple entier. Souvent, l’œuvre accomplie de ces personnalités, devenues des monuments vivants, acquiert aussi une dimension patrimoniale et se dote d’une existence indépendante dont même la disparition programmée ou naturelle de ses propriétaires ne diminue pas l’influence, au contraire, elle l’intensifie considérablement. Elles deviennent immortelles grâce à leurs œuvres. « Vous pouvez me tuer, mais pas ma poésie », a écrit Simin Behbahani. « Vous pouvez me tuer, mais vous ne pouvez pas empêcher l’émancipation des femmes », aurait dit une autre femme exceptionnelle, Tâhereh.

Tel est le cas de Simin Behbahani, immense poète de l’Iran d’aujourd’hui, qui de l’âge de 14 ans jusqu’à la fin de sa vie à 87 ans a écrit des poèmes d’amour à sa manière. Elle s’approprie la forme classique du ghazal, un héritage précieux à ses yeux ; elle assume le rôle de l’amante exprimant son amour charnel pour son aimé, inversant ainsi le rapport traditionnel entre amant et aimée ; elle diversifie le contenu dughazal, habituellement limité au thème de l’amour spirituel ou divin, en abordant toutes les questions de société ; elle en fait même une arme politique pour défendre la liberté et dénoncer les dérives d’un régime autoritaire, monarchique ou « républicain » ; enfin, elle crée différents modes d’expression dans le cadre du ghazal en employant le parler quotidien et en inventant de nouveaux rythmes. Ainsi, sa poésie est une alchimie extraordinaire de tradition et de modernité, d’expression littéraire sophistiquée et de langage populaire, d’évocation des sentiments amoureux, parfois d’un ton sensuel et même érotique inouï, et de détestation des violences à l’égard des femmes, d’éloge du corps féminin et de condamnation de son exploitation par les hommes, de célébration des accomplissements des femmes et de déploration de leurs souffrances dans une société de domination masculine, de revendications sociales et politiques et de dénonciation des méfaits d’un système politique.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search