Volait, Mercedes, Dossier “Ces musées arabes et turcs qui refont l’histoire”, Qantara, été 2015, n°96

Au sommaire du dossier – Qantara 96

Dans le jardin du musée Robert-Mouawad à Beyrouth. © M. Jalloul

Le passé en ses murs publics et privés

La présence de l’histoire dans les musées et les intérieurs arabes ou turcs n’est pas moins riche qu’en Occident. L’invention coloniale de la tradition, puis la formation des imaginaires nationaux ou régionaux (tel le panarabisme) en ont été des vecteurs privilégiés, non sans continuum de l’un à l’autre. La politique de « relèvement des arts indigènes » chère à l’idéologie coloniale s’est accompagnée d’installations contextuelles d’objets « traditionnels » produits à neuf ; elle a remis en vigueur la pratique, immémoriale quant à elle, du remploi. L’une et l’autre esthétique ont perduré jusqu’à aujourd’hui. La célébration de la nation s’est matérialisée dans d’ambitieuses reconstitutions ; l’Allée historique d’Amman, la dernière-née en plein air, frappe par sa forme artistique et le récit dynastique qu’elle véhicule. Ces installations sont parfois déléguées au savoir-faire étranger. La vie rurale égyptienne a été recréée au Musée agricole du Caire par des muséologues hongrois, tandis que les fresques historiques hyperréalistes, à vocation de propagande militaire, qui inondent l’Afrique et le Moyen- Orient depuis les années 1990, sont l’oeuvre d’artistes nord-coréens passés maîtres dans ce genre pictural. Comme souvent, la formulation identitaire est le fruit d’une relation.

Ces scénographies historiques étaient auparavant l’apanage des musées de cire, tôt introduits au Moyen-Orient ; l’effigie d’Atatürk à son bureau sous protection d’une cage de verre, pieusement admirée par les visiteurs du mausolée d’Ankara, impressionne particulièrement. Ces incarnations historiques prennent désormais la forme du tableau vivant, remis à l’honneur dans les parcs à thèmes, cette fois à des fins touristiques et commerciales, comme au Village pharaonique du Dr. Ragab au Caire. Le commerce avec l’histoire, au sens le plus noble du mot, n’est pas seulement affaire d’endoctrinement ou de marchandisation ; des idéaux s’y incarnent, des temps d’incertitude aussi. La  maison-musée d’Henri Pharaon à Beyrouth est une oeuvre de conviction oecuménique ; celle qu’Omar El Farouk a passé une vie à construire est engendrée par l’utopie d’un microcosme harmonieux situé entre ciel et terre. Les intérieurs ottomans du siècle écoulé s’avèrent les refuges du passé que chacun choisit de construire lorsque le monde familier disparaît, jusqu’à la pure fiction du musée de l’Innocence. Ces maisons de collectionneurs, à l’instar des objets palestiniens recueillis avec soin et amour, oeuvrent à garder vivante la mémoire de cultures matérielles que chacun sait disparues, avant de devenir musées à leur tour.

Mercedes Volait est directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’INHA

Au sommaire du dossier

  • De l’art hérétique du remploi à la mode égyptienne par Mercedes Volait
  • Fabrique-moi une histoire : la Médersa des Oudayas par Alain de Pommereau
  • Murs de mémoire sur fin d’Empire par Ece Zerman
  • Henri Pharaon au passé plus que parfait par Maïssa Jalloul
  • Scènes de la vie rurale au Musée agricole du Caire par Nadia Radwan
  • Je me souviens… La collection-mémoire des Palestiniens de Jordanie Irène Maffi
  • Panorama, le musée qui fait (vraimentgagner la guerre par Lucas Tonnellier
  • Petite promenade positiviste au royaume de Jordanie par Elena Corbett
  • Un rêve d’architecte : Omar El Farouk par Menha El Batraoui

Dossier coordonné par Mercedes Volait

Egalement au sommaire…

Dans la rubrique Histoire, un éclairage original du récit fondateur de la monarchie marocaine par les Idrîssides dans lequel la numismatique pèse son poid. Un Portrait dédié à un « bilan d’étape » de l’œuvre de Jacques Berque, à l’occasion des vingt ans de sa disparition. Une promenade en texte et en images dans la Tunisie des poètes, aux antipodes du tourisme de masse, qui nous conduit de Sfax à Tunis en passant par l’archipel des Kerkennah. Deux nouvelles rubriques : un « Voyage en cuisine » dédié à l’escabèche et un « Arrêt sur photo » commenté par l’écrivain Abdelkader Djemaï. Et comme chaque trimestre, toute l’actualité artistique et littéraire du trimestre…

 

 

Vous aimerez aussi...