Séminaire “La construction du compromis politique (2011-2014) en Tunisie, compromis historique ou occasion manquée ?” — Paris, EHESS, les mercredis, 10h-13h

Responsables

  • Nadia Marzouki, chargée de recherche au CNRS ( CESPRA )Cet enseignant est référent pour cette UE

2e mercredi du mois de 10 h à 13 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 janvier 2016 au 13 avril 2016. La séance du 9 mars est avancée au 7 mars (salle 4, même horaire, même adresse)

La Tunisie est très souvent présentée comme le seul « succès » des  révolutions arabes, qui ont partout ailleurs conduit à des situations d’instabilité, de guerre civile et de restauration de l’ancien régime. La capacité inédite des acteurs politiques tunisiens à trouver des compromis est jugée essentielle à la réalisation de ce « succès » tunisien. Mais comment et pourquoi ces compromis ont-ils pu être atteints ? Dans quelle mesure ont-ils contribué à la consolidation démocratique et à la réalisation des objectifs principaux de la révolution, à savoir la justice sociale et le pluralisme politique ?

Ce séminaire a essentiellement deux objets :

  • comprendre les processus par lesquels les principaux acteurs politiques de la transition tunisienne ont pu atteindre des compromis fondamentaux ;
  • évaluer la variété des types de transactions qui ont eu lieu pendant la période 2011-2014, et qui sont trop rapidement associées dans la catégorie homogénéisante de compromis.

Pour éclairer la spécificité – ou non – du processus tunisien de construction du compromis, nous introduirons dans la discussion une dimension comparative, en évoquant d’autres cas de succès ou d’échec du compromis politique, dans le monde arabe ou en Europe, notamment les cas de l’Égypte, de la Turquie et de l’Italie.

Enfin, ce séminaire sera l’occasion d’un examen critique de la littérature de science politique portant sur les transitions démocratiques, le rapport entre islamisme et démocratie, ou encore le mythe de la « tradition réformiste » tunisienne. Il s’agira de tester la pertinence de ces travaux et notions à la lumière des changements politiques qui ont eu lieu depuis 2011 et de montrer en quoi ces derniers invitent à retravailler un certain nombre des concepts et méthodes qui prévalent dans l’étude de la démocratie et du monde arabe.

Ce séminaire s’inscrit dans la mention Études politiques et s’adresse aux étudiants de master et aux doctorants.



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2015, 24 septembre). Séminaire “La construction du compromis politique (2011-2014) en Tunisie, compromis historique ou occasion manquée ?” — Paris, EHESS, les mercredis, 10h-13h. IISMM. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pzmo

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search