Séminaire ” Le Fait turc aujourd’hui, les enjeux d’une ambition” — Aix-en-Provence, MMSH, IREMAM, les mercredis, 10h-12h

Responsable : Gérard Groc (Iremam)

11 ou 12 séances à la MMSH, salle A 219

L’année dernière (2014 – 2015), la Turquie était triomphante. Une série de succès électoraux (municipaux, présidentiel) avait conforté le pouvoir d’une équipe gouvernementale bien rôdée et munie de bilans honorables, surtout économiques, qui pouvaient en remontrer à bien des interlocuteurs. Elle se préparait à une dernière confirmation électorale (législatives de juin 2015) qui allait parfaire l’édifice, donner une majorité non seulement absolue mais suffisante à changer la constitution et à introniser enfin ce régime présidentiel taillé sur mesure autour de la personne de son nouveau chef incontesté, R. T. Erdogan, l’ « Homme de la Nation ».

La victoire fut là, certes, mais relative, contrainte, donnant voix officielle à une opposition mobilisée non seulement sur l’idée d’un règlement de la question kurde mais aussi d’une ouverture démocratique bien comprise par une part croissante d’une opinion publique encline à éviter les émiettements partisans antérieurs. Et le système grippe désormais, paralysé apparemment dans son incapacité à négocier une majorité réduite qui demande des concessions, des accords, à penser voire à permettre des coalitions et doit en rabattre par rapport à un absolutisme personnalisé qui apparaît bien comme le seul cadre conceptuel encore à l’agenda de l’AKP et de son chef.

La situation trébuche aussi dans le contexte régional, placé sous le signe d’un enracinement croissant de l’Etat islamique, par rapport auquel l’attitude de la Turquie est ambivalente et le soutien apporté quasi avéré. Or, les choses bougent grandement dans ce cadre. Sans encore parler de Kurdistan, les Kurdes de Syrie donnent une réalité de plus en plus tangible à une zone (Rojava) libérée des pouvoirs nationaux (Syrie, Irak) ce qui croise en Turquie-même l’émergence d’une opposition légale kurde qui a enfin réussi à sortir de son image sectaire pour adopter un discours de large démocratisation, audible à d’autres secteurs de la société turque. La Turquie officielle rechigne à intégrer ces évolutions. Par ailleurs, le statut de l’Iran a changé au niveau international où son appui, autrefois vilipendé, est aujourd’hui recherché pour opposer contre le radicalisme sunnite un front autrement plus solide que celui des appareils arabes encombrés de leurs alliances tortueuses (y compris Arabie Saoudite, Qatar, Egypte etc..). Là encore, l’appareil AKP au pouvoir semble ne pas vouloir accompagner les mutations, s’arcboutant à des projections (renversement du régime Assad) dont l’actualité n’est plus dominante. Elle semble donc de plus en plus isolée, presque absente d’un échiquier proche-oriental présenté pourtant il y a peu comme au cœur de ses ambitions.

Ce contraste entre une « Nouvelle Turquie » figée dans l’omnipotence affirmée de son héros prêt à tout pour conserver ses scores, y compris à ignorer le verdict récent de la volonté populaire, et l’habileté de l’AKP à ses débuts (émergence en 2002) est assez frappant pour vouloir s’interroger sur les évolutions observables ; c’est ce que nous proposons dans une suite donnée à notre séminaire inauguré l’an passé sous le titre « le Fait turc, les ambitions d’une puissance émergente » , mais dont la perte assez généralisée de crédit en interne comme en externe nous oblige à changer le sous-titre pour lui préférer un nouvel intitulé : « Le Fait turc, les enjeux d’une ambition ».

Calendrier 2015-2016

Sauf exceptions Mercredi 10h-12h, MMSH, Salle A219

Mercredi 30 septembre 2015, 14h30, MMSH, Salle Paul-Albert Février
La Turquie en recherche d’une nouvelle formule politique (G.Groc)
Séance présentée dans le cadre des Rencontres-débats de l’IREMAM.

Mercredi 14 octobre 2015, 10h-12h, MMSH, salle A219
La peur du Turc ; aux origines médiévales d’une angoisse européenne (M. Balivet)

Mercredi 4 novembre 2015, 10h-12h, MMSH, salle A219
Les liens du partage ; anthropologie des exopraxies religieuses à Istanbul et en Anatolie (B. Fliche, Idemec)

Mercredi 25 novembre 2015, 10h-12h, MMSH, salle A219
Les enjeux de la puissance, lus dans la géographie nationale (S. de Tapia, Université de Strasbourg)

Mercredi 16 décembre 2015, 10h-12h, MMSH, salle A219
Les années 90, passé et/ou présent de la Turquie (E. Copeaux)

Mercredi 6 janvier 2016, 10h-12h, MMSH, salle A219
La relation turco-américaine à l’épreuve du Proche Orient (E. Serim, doctorante, IEP Aix)

Mercredi 20 janvier 2016, 10h-12h, MMSH, salle A219
La création Underground dans la littérature turque (T. Muhidine, Inalco)

Mercredi 3 février 2016, 10h-12h, MMSH, salle A219
Légalité, constitutionnalité et droits de l’Homme en Turquie (I. Kaboglu, Marmara Ü.)

Mercredi 24 février 2016, 10h-12h, MMSH, salle A219
Les usages du passé ottoman dans la politique turque actuelle (J. Dumas)

Mercredi 9 mars 2016, 10h-12h, MMSH, salle A219
Chypre, ses effets, ses contraintes sur la politique de la Turquie (G. Groc)

Mercredi 30 mars 2016, 10h-12h, MMSH, Salle Paul-Albert Février
Nations et nationalités en conflit sur la scène syrienne (J-B. Le Moulec, U. Kaya + 2 intervenants sur le Monde arabe, table ronde en collaboration avec le programme WAFAW)

La question kurde aujourd’hui (O. Grojean, Paris, date à préciser).


Vous aimerez aussi...