Appel à communications : Journées d’études “Le tourisme religieux dans le monde arabe, entre pratiques pèlerines et enjeux patrimoniaux”, Amman, 18-19/11/2015 — LIMITE : 30/06/2015

Présentation

L’activité touristique s’est développée à partir de la seconde moitié du XIXe siècle dans le monde arabe. À cette époque, le voyage en Orient comportait une forte dimension religieuse puisqu’il s’agissait, dans un contexte de développement de l’archéologie biblique, de visiter les lieux mentionnés dans les Écritures. Tourisme religieux et redéfinition de la topographie sacrée ont très tôt entretenu un lien intime généralement en rupture, dans un premier temps au moins, avec les définitions locales de cette topographie. Le tourisme religieux s’est largement développé et intensifié tout au long du XXe siècle, d’abord à l’initiative des administrations coloniales puis au sein des États indépendants. Cette activité a connu une progressive mise en institution au cours du XXe siècle, souvent par des instances distinctes dans le cas du tourisme religieux. Leurs stratégies ont pu converger lorsque les lieux saints étaient partagés par des fidèles de différentes religions. Les tourismes chrétien, juif et musulman se sont développés selon des rythmes, des logiques et des acteurs variés. Pour ce faire, les États du monde arabe ont mis en place des politiques nationales, parfois internationales, de patrimonialisation de leurs lieux saints et des sites liés à l’histoire religieuse. Ces redéfinitions officielles des topographies sacrées se sont manifestées par la création ou la promotion intensive de nouveaux sites touristiques inclus à des circuits thématiques. Ceci s’est traduit parfois par la destruction des lieux saints qui ne s’inscrivaient pas dans ces nouveaux récits officiels ou par des phénomènes d’oubli de saints locaux par la mémoire collective. La plupart du temps, ce processus s’est accompagné de la réécriture de l’histoire religieuse des pays concernés, parfois véhiculée par l’intermédiaire de politiques architecturales ou archéologiques présentées comme des spécificités nationales.

La promotion du tourisme et du patrimoine religieux a donc été principalement orchestrée par les instances officielles des différents pays du Maghreb ou du Mashreq, par l’intermédiaire des ministères des affaires religieuses (habous ou waqf-s), des ministères du tourisme ou des institutions religieuses. Ces politiques sont couramment présentées comme une manière de dynamiser des espaces ruraux, en marge économiquement. Elles se font la plupart du temps sans consultation des populations locales ce qui peut générer des conflits ou des résistances. Récemment, l’intérêt porté à la valorisation du patrimoine intangible a permis à certains groupes sociaux de mettre en avant leurs topographies sacrées surtout par l’intermédiaire des récits hagiographiques représentatifs de leurs espaces culturels. Les deux journées d’études que nous organisons se proposent d’appréhender les thématiques liées au développement du tourisme religieux selon trois axes. Nous tenterons dans un premier temps de mettre en perspective les politiques patrimoniales liées à la promotion du tourisme religieux dans le monde arabe en nous arrêtant sur les circuits et les sites qui sont apparus au long du XXe siècle. Nous interrogerons ensuite la relation entre échelle nationale et locale au sein du processus de promotion du tourisme religieux. Pour ce faire, nous étudierons en particulier les redéfinitions topographiques et rituelles engendrées par la valorisation de nouveaux lieux saints ainsi que les résistances à ces évolutions. Enfin, l’étude du tourisme religieux et de la patrimonialisation qu’il sous-entend nous permettra d’appréhender la contemporanéité et l’évolution des enjeux liés aux pratiques pèlerines dans le monde arabe et musulman, en mettant en perspective les dynamiques communes à l’échelle internationale.

Calendrier :

Les propositions de communication peuvent être soumises en français ou en anglais sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum.

Ces propositions sont à envoyer pour le 30 juin 2015.

Format des communications et perspective de publication :
Les communications finales, d’une durée limitée à 30 mn, se feront en français ou en anglais. L’essentiel des communications des journées d’études feront l’objet d’une publication sous la forme d’un numéro thématique de revue.

Organisation :

Les frais de transport et d’hébergement des participants au colloque seront pris en charge par les institutions organisatrices.

Coordination et contacts :
Katia Boissevain (IDEMEC, ANR CIRELANMED) : k.boissevain@gmail.com
Justin McGuinness (American University of Paris): jmcguinness@aup.edu
Norig Neveu (Ifpo): n.neveu@ifporient.org


Vous aimerez aussi...