Appel à contributions de la REMMM : “La nationalité dans le monde arabe : une histoire sociale (des années 1830 aux années 1960)” — LIMITE : 30/09/2013

Contribuer à une histoire sociale de la nationalité afin de comprendre les économies morales des appartenances : tel est l’objectif majeur que nous entendons poursuivre dans ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée. Car, si la nation fut et reste au cœur des recherches d’historiens sur le Maghreb et le Proche-Orient à l’époque contemporaine, la nationalité a rarement été étudiée, pour le monde arabe, autrement que pour ses aspects normatifs. Définie de manière générale à partir de l’expérience européenne comme un lien d’appartenance étatique (Noiriel, 1995), la nationalité est aujourd’hui admise comme un des fondements et une des traductions de la nation. Cette équivalence de valeur, déduite de la philosophie du principe des nationalités (Giraud, 1924 ; Redslob, 1931 et Weil, 1938), appelle à être discutée sous le rapport de l’histoire sociale notamment pour le monde arabe qui a connu une succession d’États entre les années 1830 et les années 1860. Une approche par les pratiques et les acteurs nous inviterait à sortir de l’opposition entre droit et sentiments, deux langages possibles mais non exclusifs de la nation et de la nationalité.

Une des manières de concevoir cette histoire sociale de la nationalité au Maghreb et au Proche-Orient pourrait consister à analyser sa mise en place selon trois périodes (Abécassis, Le Gall-Kazazian 1992). Un premier temps de conception juridique de la nationalité des années 1830 aux années 1880 a abouti, dans les provinces ottomanes et dans les territoires sous autorité coloniale européenne, à la formation de statuts de « sujets locaux » (Ilbert, 1988 ; Blévis, 2003). Une deuxième période de refondation de ces normes en contexte de protectorat (1914, pour la Tunisie – Lewis, 2008) et de démantèlement des appartenances au monde ottoman après le traité de Lausanne de 1923 pour l’Égypte et les mandats (Bourmaud, 2009 ; Sfeir, 2008) fut marquée par des volontés d’homogénéisation et de sorties des statuts ambigus tel que celui de « protégés ». Enfin, dans des périodes d’indépendance (jusqu’à celle de l’Algérie en 1962), ces catégories d’appartenance furent rapidement reformulées au Maghreb ainsi qu’en Égypte ou dans la péninsule arabique (Beaugrand, 2009) selon une nette volonté politique de mettre fin à tout statut particulier minoritaire ou à tout traitement juridique spécifique.

Interrogeant un tel cadre chronologique, le numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée s’organisera autour de trois questionnements : l’élaboration des catégories juridiques de la nationalité (Garfinkel, 2007 ; Dupret, 2001) ; leurs effets sociaux et les performances qu’elles autorisent (Van Voss, 2001). Lire la suite…

Les propositions (4 000 signes maximum) seront envoyées par courriel à oualdi.mhamed@gmail.com et amaranor@gmail.com avant le 30 septembre 2013

Envoi des articles sélectionnés (45 000 signes) avant le 1 mars 2014



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2013, 2 septembre). Appel à contributions de la REMMM : “La nationalité dans le monde arabe : une histoire sociale (des années 1830 aux années 1960)” — LIMITE : 30/09/2013. IISMM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwym

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search