Conférence : Ali Mebroukine, “L’Algérie politique face à l’épreuve de la globalisation” — CJB, Rabat, 18h, 03/03/2015

Conférence du CJB – L’Algérie politique face à l’épreuve de la globalisation
Mardi 03 Mars 2015, 18:00

Photo Ali Mebroukine 3-3-15Ali MEBROUKINE, Professeur de droit public à l’ENA et ancien collaborateur du Président Liamine Zéroual

1. Après 25 années de démocratie de façade et de refus obstiné de la part du pouvoir de se déprendre de la rente pétrolière, dont la redistribution populiste lui offre une source de légitimation à nulle autre pareille, l’Algérie est désormais confrontée à des enjeux majeurs dont celui de son insertion dans la globalisation. Le statu quo politique est désormais intenable, surtout dans la perspective d’une érosion des ressources fossiles (à l’horizon 2025) et d’une baisse durable des prix du pétrole. Le pouvoir serait alors vite dans l’incapacité d’acheter la paix sociale, et par voie de conséquence, d’entretenir l‘opinion publique dans l’illusion qu’il possède encore un soupçon de légitimité.

2. Le défi de l’Algérie est double : le premier est de se donner des institutions perçues comme contractuelles par les populations (ce qui ne signifie pas qu’elles doivent être obligatoirement le décalque du système représentatif libéral). Le second est de construire une économie productive, créatrice de biens et de richesses, en mettant à profit l’immensité des ressources naturelles et en mobilisant le formidable potentiel humain qu’elle recèle. Force est d’admettre qu’en ce début de l’année 2015, l’Algérie n’en prend pas le chemin. Le pouvoir issu des élections de 1999 a donné naissance puis corps à un clan présidentiel dont le chef est physiquement et moralement dans l’incapacité d’assumer ses fonctions depuis maintenant bientôt deux ans. Dans le même temps, les 62 partis qui officient sur la scène politique ne peuvent se prévaloir d’aucun ancrage populaire, puisqu’aussi bien plus de 75% des citoyens inscrits sur les listes électorales (donc en valeur absolue, beaucoup plus dès lors que les jeunes arrivés à la majorité ne s’y inscrivent pas), boycottent tous les scrutins nationaux et locaux, notamment depuis les législatives de mai 2007. Quant à la société civile, elle souffre moins d’apathie ou d’indolence devant la toute puissance des clans et des factions au pouvoir, que d’un phénomène plus inquiétant et plus profond d’anomie sociale. Outre que les lois et les règlements sont affligés d’une ineffectivité inquiétante, les codes sociaux traditionnels subissent à leur tour un phénomène de déstructuration très profond. Seul l’existence d’un système D, dont usent les groupes sociaux non susceptibles d’être clientélisés par le pouvoir, et qui est largement irrigué par les dernières effluves de la rente pétrolière, continue de maintenir debout le fragile pacte social interne. Tout comme dans le Maroc voisin mais pour des raisons différentes, nous assistons en Algérie à une « apolitisation consensuelle du politique » (A. Roussillon et J-N Ferrié), au sens où les seules demandes  sociales en direction du pouvoir sont les suivantes : une redistribution moins inéquitable de la rente pétrolière, et de la part des représentants de la Salafiya quiétiste, qui a pris le relais de la Salafiya El Djihadiya des années 1990, l’octroi de positions dominantes dans le commerce informel dont les revenus échappent totalement aux caisses du Trésor public et à celles de la sécurité sociale. S’agissant de l’élite intellectuelle, on remarquera d’abord qu’elle est segmentée depuis longtemps (élite arabophone et élite francophone ; la première ayant vocation à être considérablement fragilisée par l’ouverture des frontières aux services immatériels) et qu’ensuite elle cherche à truster des postes de pouvoir et d’influence au sein de l’appareil de l’Etat et à sa périphérie, tout en étant en quête permanente de soutien de la part des principaux clans du pouvoir.  Son opportunisme et son attentisme font qu’elle ne peut, en aucune manière, constituer un agent de la transformation sociale.

3. Reste l’institution dont quelques éminents hommes politiques (au premier rang desquels on citera l’ancien chef de gouvernement, précurseur des réformes libérales des années 1990, Mouloud Hamrouche) attendent qu’elle joue un rôle clé dans l’aggiornamento nécessaire de la société algérienne, autrement dit l’institution militaire. Ses porte-paroles attitrés ont déjà opposé une cinglante fin de non recevoir à quiconque chercherait à les impliquer dans les jeux politiques actuels ; l’armée algérienne, colonne vertébrale du régime depuis l’insurrection du 1er novembre 1954, entend s’en tenir à ses seules prérogatives constitutionnelles qui lui impartissent d’assurer la sécurité des populations, l’intégrité du territoire et de ne pas interférer dans le champ politique(notamment depuis l’adoption du constitutionnalisme libéral en 1989). Pourtant dans les faits, l’institution militaire continue de coopter les élites civiles dirigeantes, cependant que les services de sécurité qui ont perfectionné leurs méthodes d’intervention et d’encadrement de la société, n’ont de cesse que de manipuler à loisir personnalités et formations politiques, associations, fondations, élites intellectuelles, sociales et économiques, à des fins qui semblent évidentes : la mainmise sur la rente pétrolière,  la dépendance des populations à l’égard d’un Etat pourvoyeur de bien-être matériel(toujours subordonné à l’importance des revenus pétroliers) et le refus de favoriser  l’avènement d’une véritable économie de marché, susceptible de faire émerger une élite économique et sociale autonome.

4. Il est invraisemblable que la société algérienne ne soit pas bousculée, à court terme, par la globalisation dans laquelle elle refuse de s’insérer, d’autant que l’organisation et le fonctionnement du système social s’inscrivent à rebours de toute rationalité, ce qui exclut sa pérennité dans sa forme actuelle. La mondialisation et la globalisation seront donc fatalement imposées à l’Algérie ; la seule inconnue réside dans la vigueur des résistances que le corps social, toutes catégories et classes confondues, opposera à cet irrépressible rouleau compresseur.


Vous aimerez aussi...