Conférence : Keltouma Aguis, “La prostitution dans la société algérienne” — Rabat (Maroc), CJB, 18h, 17/12/2014

Résumé

conférence prostitution 17-12-14La prostitution dans la société algérienne, à l’inverse des idées dominantes n’est pas un sujet tabou, elle a fait l’objet de plusieurs études menées par des chercheurs algériens (F. Barkahoum, 2002. M.MEBTOUL, 2002).

L’intérêt que je porte à la prostitution date de 1997 ; durant  mon cursus universitaire, je me suis intéressée à la prostitution autorisée afin d’avoir un diplôme de Licence en sociologie, puis à la prostitution clandestine dans la mesure d’obtenir un diplôme de magistère en sociologie option anthropologie, et actuellement en phase de Doctorat (en cours de soutenance) je m’intéresse à la prostitution hétérosexuelle et homosexuelle.

La contradiction entre l’omniprésence  des discours sociaux normatifs qui refusent  la prostitution et excluent  ses acteurs, et le réel affirmant  l’existence de la prostitution et  la présence, de plus en plus visible, de ses acteurs, m’a interpelée  dans la mesure d’essayer de comprendre comment ces acteurs, en dépit des codes sociaux (religion, loi, morale) arrivent-ils à circuler entre la norme et la transgression?

Afin de répondre à ce questionnement, nous avons privilégié l’approche intersectionnelle, afin de cerner la dimension historique, religieuse, économique et spatiale du phénomène. Méthodologiquement, nous avons opté pour une étude anthropologique auprès de 30 prostitué(e)s, et 140 individus appartenant aux mondes sociaux hors la prostitution. Les techniques utilisées sont : l’observation dans ses différents types, l’entretien ouvert approfondis, la fiche d’information, le récit de vie et le focus groupe.

Notre travail se répartit en deux grandes phases, l’une s’intéresse aux représentations que portent les participants [prostitué(e)s et non prostitué(e)s] sur la prostitution comme pratique, et sur les prostitué(e)s comme acteurs. La deuxième phase s’interroge sur le vécu des prostitué(e)s dans la société algérienne notamment à Oran (terrain d’étude), et ce dans des différents moments: avant la prostitution, le moment de basculement vers la prostitution, dans la prostitution. Notre travail ne pourrait être achevé sans la réalisation d’une temporalité et une cartographie de la prostitution dans la région d’Oran.

Le travail en question s’inscrit dans la théorie du genre, le référent par lequel nous avons minutieusement pensé chaque idée de ce travail de thèse.

Par Keltouma AGUIS, chercheure au CRASC, Oran, Algérie.
Doctorante en Anthropologie, EDA, CRASC.
Le discutant de la séance sera Abdessamade Dialmy, sexologue.

Vous aimerez aussi...