Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques (SIDET) — Paris, EHESS, 2e et 4e mercredis du mois, 17 h à 20 h

Responsables

  • Marc Aymes, chargé de recherche au CNRSCet enseignant est référent pour cette UE
  • Nicolas Elias, postdoctorant au musée du Quai Branly

2e et 4e mercredis du mois de 17 h à 20 h (salle 015, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 12 novembre 2014 au 11 mars 2015. La séance du 26 novembre se déroulera en salle Jean-Pierre Vernant (8e étage, bât. Le France)

Voici un séminaire d’« études turques » – mais de quoi parlons-nous ? D’une « aire culturelle », de plusieurs ? Est-ce à dire que la fréquentation d’une parentèle linguistique, la délimitation d’un groupe ethnique ou l’établissement d’une cité nationale entretiennent un lien privilégié avec le tracé de nos objets d’étude ? Jusqu’à quel point contestons-nous ce principe ? De telles questions sont familières, mais demeurent épineuses. Pour avancer, il faut souvent rejouer le drame.

L’objectif est double :

  • indexer les terrains et débats d’un « champ » ;
  • déployer la complexe géométrie des problèmes de la recherche, aussi bien au sein dudit champ que transversalement à lui.

La technique mise en œuvre consiste à parier sur le caractère sécant de ces deux plans d’action. Elle repose sur le nouage de savoirs situés à des opérateurs de généralisation. Nous nous proposons ainsi, à l’échelle de ce qu’il est convenu d’appeler les « études turques », de familiariser les étudiants avec les différents répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, études littéraires, géographie, histoire, philosophie, linguistique, musicologie, science politique, sociologie, …) ainsi qu’avec les principaux outils mis en œuvre sur cette « aire culturelle ». L’enjeu est de permettre à chacun de s’interroger sur les articulations entre son terrain de recherche et les configurations des sciences. Pour une discussion plus argumentée de cette démarche, nous renvoyons au texte « Aires culturelles et sciences sociales, ou les deux cultures » paru dans La Lettre de l’EHESS n° 55 (octobre 2012).

La validation du séminaire suppose une participation active et la lecture approfondie des documents de travail étudiés à chaque séance. Chaque étudiant doit aussi, à la clôture du séminaire, remettre une note critique (en 15 000 signes environ) sur un choix de textes se rapportant à son propre projet de recherche.

Programme :

I.    Longue durée

12 novembre 2014 : Destins communs

  • Marc Aymes, « Le siècle de la Turquie : une histoire contemporaine ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 103 (2009) : Proche-Orient : foyers, frontières et fractures, p. 47-61.
  • Alain Ducellier, « Les fantômes des empires. La longue durée politique dans les Balkans », Le Débat, 107 (novembre-décembre 1999), p. 69-96.

26 novembre 2014 : Temps pluriels

  • Antonis Liakos, « Canonical and anticanonical histories », dans Neni Panourgiá, George E. Marcus (dir.), Ethnographica Moralia: Experiments in interpretive anthropology, New York, Fordham University Press, 2008, p. 138-156.
  • Gilles Veinstein, « Histoires parallèles d’un empire défunt », dans Martine Godet (dir.) (avec la collab. de Muriel Carduner-Loosfelt et d’Hélène Coq-Lossky), De Russie et d’ailleurs. Feux croisés sur l’histoire. Pour Marc Ferro, Paris, Institut d’études slaves, 1995, p. 343-352.

II.    Grands espaces

10 décembre 2014 : L’espace parcouru : hommes en mouvement

  • Renée Hirschon, Heirs of the Greek Catastrophe : The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, New York, Oxford University Press, 1989.

14 janvier 2015 : L’espace organisé : centres et périphéries

  • Şerif Mardin, « Center-periphery relations, a key to Turkish politics ? », Daedalus, 102 (1973), p. 169-190.
  • Élise Massicard, « Sivas, une province turque entre local et global », Les Études du CERI, 79 (2001), 51 p.

III.    Ce qu’ordonnent les institutions

28 janvier 2015 : Échafaudages de l’État

  • Jean-François Bayart, « Turquie : la mythologie de l’État national ; étude bibliographique », Peuples méditerranéens – Mediterranean Peoples, 3 (avril-juin 1978), p. 113-121.
  • Hamit Bozarslan, « Structures de pouvoir, coercition et violence », dans Vaner, Semih (dir.), La Turquie, Paris, Fayard/CERI, 2005, p. 225-249.

11 février 2015 : La culture au pluriel

  • Birol Caymaz, Emmanuel Szurek, « La révolution au pied de la lettre. L’invention de “l’alphabet turc” », European Journal of Turkish Studies, 6 (2007) : Ill-literate Knowledge (M. Aymes, dir.), URL : http://ejts.revues.org/1363
  • Nicolas Élias, « Marche sur la neige mais que ta trace ne soit pas visible : la démarche ethnomusicologique de Jérôme Cler à l’aune de la globalisation », dans Bouët, Jacques, Solomos, Makis (dir.), Musique et globalisation : musicologie – ethnomusicologie, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 203-225.

IV.    Entre-soi ou entre-deux ?

25 février 2015 : Les voies du Seigneur en partage

  • Ahmet Yaşar Ocak, « Islam in the Ottoman Empire : a sociological framework for a new interpretation », dans Kemal H. Karpat (dir.) (avec Robert W. Zens), Ottoman Borderlands : Issues, personalities and political changes, Madison, The University of Wisconsin Press, 2003, p. 183-197.
  • Tuğba Tanyeri-Erdemir, Robert M. Hayden, Aykan Erdemir, « The iconostasis in the Republican mosque : transformed religious sites as artifacts of intersecting religioscapes », International Journal of Middle East Studies, 46/3 (2014), p. 489-512.

11 mars 2015 : Les apories de l’hétérogène

  • Jocelyne Dakhlia, « Lignes de fuite. Impostures et reconstructions identitaires en Méditerranée musulmane à l’époque moderne », dans Moatti, Claudia, Kaiser, Wolfgang (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, Maisonneuve & Larose / Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2007, p. 427-457.

Chiara Diana

Chiara Diana est doctorante en histoire sociale de l'Egypte moderne et contemporaine, à l'IREMAM, Aix-en-Provence, France. Son sujet de doctorat porte sur les politiques éducatives et sociales pour la création d'un système d'éducation et protection pour la petite enfance en Egypte, avec une attention particulière aux programmes de développement d’organismes internationaux (UNESCO, Banque Mondiale, UNICEF, USAID). Elle s’intéresse aussi à la citoyenneté et l'activisme des enfants dans l’Egypte post-Moubarak.

Vous aimerez aussi...