Appel à communications : Colloque international “Les Mille et une nuits : Sources, transformations et liens avec la littérature, les arts et les sciences”, Cambridge (Etats-Unis), 15-17/04/2015 — LIMITE : 15/10/2014

Organisé par Harvard University (CMES) et l’Institut national des langues et civilisations orientales (CERMOM) – projet ANR MSFIMA

Les ouvrages qui disposent de nombreuses sources textuelles, mais qui se sont transformés, qui ont été beaucoup traduits et ont eu une très grande influence, comme les Mille et une nuits, créent des réseaux très riches, très difficiles à délimiter. Que faut-il avoir lu, vu ou entendu pour prétendre connaître les Nuits, pour savoir de quoi nous sommes en train de parler? Du manuscrit arabe le plus ancien ou le plus complet ? L’édition de Bûlâq ou de Mahdi ? La traduction de Galland, de Burton ou de Haddawy ? La nouvelle de Poe ? L’opéra de Rabaud ? Le roman de Mahfouz ? Les essais de Borgès ? Le film de Pasolini ? Les matériaux liés aux Nuits ne cessent de s’accumuler, provenant de nombreux arts, pays, époques, disciplines, langues, …, leur périmètre ne cesse de s’agrandir, pour faire des Nuits une oeuvre universelle, de tous les points de vue.

Literary works with many textual sources, having been transformed, much translated, and exercising wide influences, such as the Thousand and One Nights, create dense and fluid textual networks. What must we have read, seen or heard to claim to know the Nights? The oldest and most comprehensive Arabic manuscript? The Bulaq or Mahdi edition? Burton or Haddawy’s translations? Poe’s short story? Rabaud’s opera? Mahfouz’s novel? Borges’s essays? Pasolini’s film? Materials related to the Nights continue to emerge from many arts, countries, periods, disciplines, and languages, and their scope continues to widen, making the Nights a universal work from all points of view.

Premier panel: les sources manuscrites des Nuits et la littérature arabe médiane
Que représentent les sources manuscrites arabes des Nuits par rapport à leur modèle persan perdu ? Quelles transformations ont-elles subi ? Ont-elles été imitées et par quoi ? Quels sont les autres textes qui ressemblent aux Nuits dans le domaine arabe ? Sur quels critères les regrouper ? En quoi diffèrent-ils des autres genres, comme par exemple la sîra, le conte du folklore ou le khabar ? En quoi représentent-ils une littérature médiane?

Deuxième panel : La traduction de Galland et le 18e siècle
Comment et pourquoi les Nuits se sont-elles transformées ? Quel type de littérature ont-elles représenté pour le public français ? Quel impact sur la notion de “conte” ? Comment s’est construit le “conte oriental” ? Quelles conséquences sur la littérature française voire sur la pensée et la philosophie de l’époque ?

Troisième panel : Les Nuits, la littérature du monde et les arts
Les Nuits, qui mettent en scène, par enchâssement, une dramaturgie de la création littéraire, représentent-elles un modèle pour l’écrivain et l’artiste? Parmi les centaines d’histoires des Nuits, lesquelles adapte-t-on ? Pourquoi et comment ces contes ont-ils été choisis et transformés ? Qu’en résulte-t-il en retour pour le texte initial des Nuits ?

Quatrième panel: Les Nuits, les humanités et les sciences
Comment utiliser les Nuits dans les autres disciplines ? Comment des questions qui concernent les sociétés médiévales, les religions ou l’exercice politique peuvent-elles être traitées à travers les Nuits ? Est-il possible, dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire, d’utiliser par exemple l’aspect thérapeutique des récits de Shahrazâd en médecine ?

Les résumés des propositions doivent être envoyés à l’attention de Aboubakr Chraïbi au plus tard le 15 octobre  2014. Les communications peuvent se faire en anglais, en arabe ou en français.
Abstracts should be no more than 300 words and should be sent to Professor Aboubakr Chraïbi  by October 15, 2014. Papers maybe presented in Arabic, English or French.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search