Formation : Cycle “Les religions dans les relations internationales” — Paris, IESR-EPHE, 4 séances, janvier 2015

  • Cycle du soir en janvier 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 4 mardis ( 18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 72 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 46 €

Comment les acteurs politiques, qu’il s’agisse des États, des organismes supra-étatiques, ou encore des ONG traitent-ils aujourd’hui la question religieuse au niveau international, que ce soit dans leur politique vis-à-vis des Églises, des groupes religieux, ou dans la prise en compte d’une notion juridique telle que le droit à la liberté religieuse ? Ce cycle à plusieurs voix abordera ces questions en analysant les politiques menées par des entités telles que les États-Unis, le Saint-Siège, ou encore l’Union européenne.

  • Mardi 6 janvier 2015 : La politique religieuse des États-Unis sur la scène internationale ( Blandine Chelini-Pont, Aix-Marseille Université)

Les États-Unis ont toujours eu une politique extérieure animée d’une projection spirituelle. De même, ils ont utilisé sans discontinuer la « fibre » religieuse comme un critère et une condition dans leur politique d’alliances. Ce cours cherchera à présenter la conjugaison de ces deux paramètres depuis la seconde guerre mondiale, et à en mesurer l’impact sur la logique de guerre froide, la rhétorique récente de l’axe du Mal, la protection d’Israël, la protection de la politique religieuse de l’Arabie Saoudite, et d’autres questions.

  • Mardi 13 janvier 2015 : États, religions et ONG, acteurs dans la défense de la liberté religieuse ( Valentine Zuber, EPHE)

Le problème de la relation entre les grandes religions ainsi que l’impératif de sauvegarde de la liberté religieuse est l’un des grands défis auquel doit répondre la promotion mondiale actuelle des droits de l’homme. Or, il existe des divergences sérieuses entre les États sur la définition et l’extension à donner à ce principe. Par ailleurs, les demandes, parfois insistantes, de certains mouvements ou États pour une meilleure protection des religions constituent un nouveau défi aux défenseurs institutionnels des droits de l’homme. Il s’agira donc de présenter les enjeux actuels de la défense de la liberté religieuse, clé de l’universalité des droits de l’homme.

  • Mardi 20 janvier 2015 : Le Saint-Siège a-t-il encore une diplomatie ? ( François Mabille, Fédération universitaire et polytechnique de Lille)

L’Église catholique a un statut original sur la scène internationale, lointain héritage du XIXe siècle qui ne concevait les relations internationales qu’en les assimilant à des relations interétatiques. Il a fallu attendre le pontificat de Jean-Paul II pour que le Saint-Siège prenne la pleine mesure de cette place inédite pour un acteur religieux. Un pontificat plus tard, en se rendant à Lampedusa pour son premier déplacement, puis en proposant une médiation éthico-diplomatique dans le conflit israélo-palestinien, le pape François semble avoir restauré cette place de la diplomatie vaticane sur la scène internationale. À l’encontre de cette présentation qui reçoit l’adhésion des médias, l’on voudrait rappeler quelques-uns des fondamentaux de la politique internationale du Saint-Siège et montrer les difficultés qui se présentent aujourd’hui à l’Église catholique dans l’affirmation de son rayonnement international.

  • Mardi 27 janvier 2015 : Le facteur religieux dans la construction européenne ( Bérengère Massignon, GSRL)

La construction européenne crée un nouvel espace d’action et d’allégeances possibles, différent de l’État-Nation. Face à ce défi, les Églises chrétiennes, puis d’autres religions et les communautés philosophiques non confessionnelles, ont ressenti le besoin de s’organiser pour s’informer et éventuellement peser sur le processus de décision communautaire. S’adapter au jeu européen requiert un double ajustement : créer des structures fortes et efficaces à l’échelle du continent (l’organisation) et définir sa contribution propre à l’identité européenne (le discours). De même, l’investissement européen des religieux et des laïques met au défi les institutions européennes de créer des structures de concertation adéquates. Mises en place dès la présidence de la Commission par Jacques Delors, ces fora de débats ont connu une institutionnalisation progressive, notamment avec l’article 17 du Traité de Lisbonne. En effet, la religion est mentionnée dans certains Traités européens, textes dont nous analyserons la portée symbolique (comment les préambules définissent l’identité européenne, en lien ou non avec la religion) et fonctionnelle (comment des dispositions spécifiques encadrent l’action religieuse des institutions européennes).


Vous aimerez aussi...