Fauvelle, François-Xavier, Erbati, Larbi & Mensan, Romain, Sijilmâsa : cité idéale, site insaisissable ? Ou comment une ville échappe à ses fouilleurs [en ligne], Rabat, Centre Jacques Berque, coll. “Les Etudes et Essais” n°20, 2014

Pourquoi la cité de Sijilmâsa, siège de principautés islamiques et porte du grand commerce transsaharien durant tout le Moyen Âge, continue-t-elle de déjouer les efforts des archéologues visant à caractériser son apparence physique et son organisation ? À l’heure de la reprise de fouilles par une équipe franco-marocaine, c’est à cette question qu’entend répondre le présent article. Au-delà des raisons liées à la mauvaise conservation du site, il est ici suggéré que les travaux antérieurs ont cherché à vérifier sur le terrain l’hypothèse d’une cité possédant en même temps toutes les caractéristiques décrites dans les différentes sources écrites. A l’opposé de cette vision synthétique émerge, sur la base des premiers résultats archéologiques, un autre modèle, celui d’une cité multipolaire dont les composantes spatiales se sont reproduites par essaimage. Ce paradigme offre un parallèle avec le paysage actuel de ksour de l’oasis du Tafilalet.

Mots-clés : archéologie, cité islamique, architecture de terre, ksar (ksour), paradigme urbain, Moyen Âge, Sijilmâsa, Tafilalet (Maroc)

Pour accéder au texte complet, cliquez sur le lien


Vous aimerez aussi...