Rencontre sur Jean Senac avec Hamid Nacer-Khodja et René Ceccaty — Centre culturel algérien, Paris, 18h30, 05/06/2014

Autour des ouvrages «Jean SÉNAC poète et martyr» de de Bernard Mazo(1939-2012), Ed: Seuil 2013, et «Jean SENAC : Pour une terre possible», Edition établie et présentée par Hamid Nacer-Khodja- Jeudi 5 juin 2014 à 18H30

Jean SÉNAC le poète vu par Hamid Nacer-Khodja

alt

Je veux réaliser mon être en pouvoir absolu », « Je suis un militant de la classe ouvrière », tels sont les deux mots d’ordre à unir de Jean Sénac (1926- 1973) publiés dans ses premiers poèmes en 1946. Sous le crédo trinitaire «Dieu, Arts, Patrie », l’auteur débutant se veut aussi le « défenseur des écrivains et peintres d’Algérie », quelle que soit leur langue d’expression ou de confession.

Ainsi, à peine âgé de vingt ans, ce jeune chrétien anarchiste, enfant naturel d’une mère chrétienne syncrétique d‘origine indigente, élabore son programme de vie dans une Algérie qui se métamorphosera face aux impératifs de l’Histoire, soeur jumelle de son existence. Au sortir de la seconde guerre mondiale, Sénac s’installe à Alger qui a gardé quelque peu ses relents de « capitale des lettres françaises en exil ». Il fréquente les auteurs des deux principales écoles littéraires de l’époque : un Algérianisme en pleine déliquescence et une Ecole d’Alger alors à son apogée, sans compter Sauveur Galliéro, un peintre anticonformiste d’inspiration éloignée de l’orientalisme de parade pratiqué en art officiel. Deux autres rencontres déterminantes orienteront définitivement l’oeuvre-vie de Sénac : Albert Camus en 1948 en Algérie et René Char en 1950 en France.

Du premier, il hérite de sa philosophie de vivre mais déplore progressivement sa vision du devenir historique de leur terre natale jusqu’à leur séparation douloureuse en 1957 : le fils rebelle s’est défait de son père impossible devenu père ennemi pour cause de divergences sur l’Algérie en guerre d’indépendance. Du second, héros de la Résistance française au nazisme, il sera une caution à sa conception de la violence révolutionnaire, d’autant que Sénac subira aussi les plis et replis de son écriture poétique. Tous deux le cautionnent pour publier en 1954 son premier recueil, ‘’Poèmes’’ (Paris, Gallimard). C’est un bilan entre l’ancien, un Sénac en désordre de pays et de chair non sans une noblesse dans la souffrance, et le nouveau, comme dans son poème dédié à l’artiste-peintre Baya, « Matinale de mon peuple », stipulant (1950) « Dis que bientôt l’acier refusera la gorge / bientôt le douar entamera la nuit », soit un programme annonçant en termes prophétiques la fin d’une époque et l’avènement brutal d’une autre. En effet, bien avant novembre 1954, grâce à la fréquentation dès 1950 des partis politiques algériens et de militants nationalistes (dont Larbi Ben M’Hidi et Amar Ouzegane, ses amis), Sénac avait pris ouvertement position pour l’indépendance de l’Algérie à majorité araboberbère. Durant toute la guerre d’Algérie (1954- 1962), il est en France et milite par l’action : conférences, grèves, actions diverses comme l’installation d’une imprimerie clandestine, bref agissant plus qu’un «porteur de  valises»). Il devient aussi le chantre nationaliste en publiant un essai-manifeste au titre guerrier «Le Soleil sous les armes» (1957) et un recueil annonciateur de sa destinée de militant dans l’Algérie nouvelle, «Matinale de mon peuple» (1961). Il ne néglige pas pour autant son être intime (à lier avec son verbe politique) dans de nombreuses plaquettes dont «Poésie» (1959) et «Le Torrent de Bain» (1962), sans compter celles éditées à titre posthume dans «Pour une terre possible» (1999 et 2013).
A l’Indépendance, Sénac rentre à Alger le 30 octobre 1962. Les années et les épreuves de la guerre de libération n’ont pas altéré sa Passion pour l’Algérie, laquelle devient un combat pour la réalisation d’un «homme nouveau» dans une «République des Pauvres» à naître en construisant le socialisme. En poésie, c’est le triomphe de la révolution et de l’amour, plus que jamais à réconcilier dans le «corpoème» jusqu’au désenchantement final. En militantisme culturel, ce sont de multiples actes et écrits pour la révélation de jeunes poètes (Rachid Boudjedra, Ahmed Azeggagh, Malek Alloula et tant d’autres) et la consécration de jeunes peintres regroupés autour d’une «Ecole du Noûn» ou «Ecole du Signe», cette dernière appellation deviendra vite célèbre (Abdallah Benanteur, Mohamed Khadda, Denis Martinez, Arezki Zérarti, Mohamed Aksouh, etc.).Que ce soit à l’Union des Ecrivains Algériens (Mouloud Mammeri président, Sénac secrétaire général de 1963 à 1967) ou à la Radiodiffusion algérienne où il fut producteur des émissions « Le Poète dans la Cité » et «Poésie sur tous les fronts» (1964-1971), Sénac oeuvra inlassablement pour un front culturel authentiquement national. Avec le recul du temps, il apparait comme un auteur représentatif des belles-lettres algériennes de «graphie française», selon son expression tant reprise. Il ne convient pas d’occulter qu’il fut aussi un historien de cette littéraire doublé d’un critique d’art averti dont les travaux concourent à une histoire de la culture algérienne de 1946 à sa mort en 1973 dans la solitude d’une «cave-vigie» d’Alger, lui qui aimait tant le soleil, le bruit, les territoires de l’Algérie, sa patrie pour laquelle il lutta envers et presque contre tous.

Hamid NA CER -KHODJA
Université de Djelfa-Algérie

Centre Culturel Algérien
171, rue de la Croix Nivert 75015 paris
France


Vous aimerez aussi...