Appel à communications : “Commerce et commerçants à travers l’histoire”, 7e colloque international de la Tunisian-Mediterranean Association for Historical, Social and Economic Studies,Béja (Tunisie), 11-13/12/2014 — LIMITE : 10/07/2014

“Tunisian-Mediterranean Association for Historical, Social and Economic Studies” & “Tunisian World Center for Studies, Research, and Development” organiseront le 11, 12, et 13 Décembre 2014 le septième colloque international sur le thème: “Commerce et Commerçants à travers l’histoire”. Plusieurs raisons expliquent ce choix, parmi lesquelles on peut citer l’immensité du domaine de la connaissance qui intègre de nombreuses disciplines et l’importance du sujet qui nécessite une diversité des approches pour comprendre les transformations du commerce à travers l’histoire.

Lié aux sociétés humaines à travers les âges, le commerce a pris des formes multiples ; il est associé à l’homme dés l’apparition du troc entre les tribus et les groupes humains au cours de l’ère primitive. C’est l’un des piliers des différentes entités politiques (Royaumes, Principautés, Nations, et Empires) durant toutes les périodes historiques ; il a été un facteur déterminant dans leur apparition et leur dynamisme économique, une source de leur puissance politique et financière grâce aux importants revenus fournis pour le trésor public. Le commerce est derrière l’émergence de plusieurs phénomènes sociaux et des changements qui ont affectés certains groupes de la société ; il était et est encore un outil pour la circulation ou le déplacement des acteurs sociaux, des valeurs, et des idées entre les communautés. Actuellement, le commerce est d’une grande importance pour le développement économique dans tous les pays ; il a des incidences sur les conditions de vie des populations, leur quotidien, ainsi que les moyens de leur épanouissement.

De façon général, le commerce et les commerçants ont contribué à l’enrichissement des cultures et au brassage des civilisations, parce que les routes commerciales terrestres (exemple : la route de la soie, routes des déserts…) et maritimes (Méditerranée, Atlantique, la mer Baltique, Mer des Caraïbes…), les caravanes, et les navires marchands ont contribué non seulement au transfert de matières premières et de divers produits, mais ils ont véhiculés des influences religieuses, spirituelles et artistiques. Ils ont favorisé le brassage de cultures, et de civilisations des peuples des régions situés sur leurs routes. Tout ce processus s’est produit dans un contexte d’interaction renouvelé dans le temps et dans l’espace, ce qui a contribué à l’établissement de relations amicales et diplomatique entre les différents peuples et les puissances internationales. Mais cela n’a pas empêché l’apparition des tensions dans les relations internationales, en raison des intérêts économiques contradictoires entre les puissances. Le désir des grands pays ou des puissances émergentes de contrôler les marchés et les produits vitaux entraine l’émergence des tensions, des conflits régionaux et même le déclenchement des guerres.

Le commerce local et international connaît d’importants changements liés à la crise économique actuelle, aux défis de la mondialisation à l’évolution des habitudes et des traditions des consommateurs. En plus des formes traditionnelles des échanges déjà connues, le commerce électronique est une nouveauté prometteuse ; il est devenu la pierre angulaire de l’économie numérique, car il permet la commercialisation des biens et des services avec les moyens de communication les plus modernes. Faut-il ajouter que le commerce et les commerçants demeurent au cœur des situations complexes et des tensions dans le monde. Le terrorisme, la propagation de la drogue, le déclenchement des conflits régionaux, et les crises de la transition démocratique sont très liés à la contrebande et au commerce parallèle ou informel.

L’émergence de l’e-commerce, par l’ampleur de sa croissance au niveau quantitatif et qualitatif est l’incarnation vivante de la consolidation au plan stratégique et commercial des organisations d’entreprises et des Etats. La promotion de ses enjeux nécessite la mise en place de tout un potentiel financier, matériel et humain pour tirer le meilleur parti de ce commerce numérique et surmonter ses risques. Les questions de l’e-commerce constituent également un défi pour les organisations commerciales et les Etats ; elles doivent être considérées comme un phénomène positif en mesure de réaliser la prospérité et le progrès pour les sociétés.

Ainsi, nous pouvons dire que le commerce avec ses divers composants n’est plus seulement cette activité traditionnelle qui s’intéresse aux échanges de marchandises et à l’augmentation de la richesse ; il est devenu l’un des choix stratégiques les plus importantes dans l’organisation des relations internationales contemporaines et la formation des blocs et des alliances régionaux. Il est devenu l’enjeu important dans la gestion des conflits internationaux, tels que le conflit entre l’Iran et les pays occidentaux ou l’actuel conflit russo- ukrainien. Ce sujet peut être abordé selon les principaux axes suivants :

axe 1. Sources historiques et activité commerciale :
Annales historiques, lettres officielles et non officielles, documents de Genizah, registres, documents Waqf, archives des églises et des monastères, littérature de géographie et de voyage, livres du Hisbah, biographies, et Fatwas des hommes de religion etc….

 axe 2. Structure du commerce à travers sa nature, ses composantes, et les acteurs en interaction :
– Axes et routes commerciales terrestres et maritimes, les facteurs qui les déterminent, leurs transformations dans le temps et l’espace.
– Lieux de commerce : Centres, Souks / marchés, et Villes marchandes apparus le long des axes et des routes commerciales, leur importance dans les relations commerciales, et leurs différents rôles dans les échanges.
– Produits échangés entre les différents acteurs (productions agricoles, métaux, produits industriels, produits importés de l’étranger, armes, textiles, esclaves… etc.), tonnage et valeur des échanges, mécanismes de commercialisation, conditions et normes des échanges, poids et mesures, monnaies.
– Femmes et commerce surtout dans les pays du Sud: pépinières d’entreprises et femmes pionnières (par exemple : Bahreïn, Oman, Pays africains)

axe 3. Rapports du commerce avec les États et les collectivités :
– Rôle du commerce et des routes commerciales (exp. commerce d’or et d’ esclaves, commerce lointain) dans l’émergence des royaumes et des Etats, en particulier au Moyen-âge ; sa contribution à la formation de l’Etat moderne en Europe occidentale après la crise du féodalisme et la montée des villes – états.
– Commerce et dynamisme économique ; fourniture des revenus importants au Trésor.
– Les intermédiaires commerciaux et leur influence sur l’évolution d’autres groupes sociaux tels que les agriculteurs et les artisans.
– Commerce parallèle et marchands ambulants: caractéristiques, mécanismes, et répercussions économiques et sociales.
– rôle du commerce dans le changement de certains groupes sociaux; déplacement / migrations des acteurs sociaux, des valeurs et des idées culturelles entre les communautés.
– Commerçants et transformations sociales et politiques à travers l’histoire : parcours individuels ou familiaux.
– Groupes humains, Minorités, et Commerce : gens du Sous, Sfaxiens, arméniens, Mozabites, Grecs, Juifs, Djerbiens et autres.

axe 4. Commerce et relations internationales :
– Commerce et domination mondiale : luttes pour le contrôle de certains produits échangés, conflits relatifs aux marchés et aux centres commerciaux.
– Commerce mondial durant 1500-1800, et son impact sur l’espace méditerranéen et le monde arabo – musulman.
– Rôle du marché et du commerce aujourd’hui dans l’élaboration des relations sociales, politiques, économiques, et culturels.
– Contribution du commerce et des commerçants dans les rapports entre les régions économiques et la communication entre les cultures et les formations sociales.
– Relation entre le commerce et le divin, ou osmose entre échanges et religion : Hajj et commerce, évangélisation et Commerce.
– Le commerce et son impact sur les frontières régionales: Exemple de Ceuta et Melilla, la frontière orientale du Maroc – Algérie, la question de Gibraltar et la frontière espagnole
– La contrebande (productions interdites, armes… etc.) : caractéristiques générales, mécanismes, et diverses répercussions.
– Fluctuations de la balance commerciale et leurs rapports avec la souveraineté des Etats et les politiques internationales.

axe 5. Organisation des échanges :
– Commerce et jurisprudence musulmane ou Figh al – Aswag: les questions qui ont été soulevées au sujet du commerce intérieur et extérieur ; leurs applications dans la réalité historique.
– Cadre régissant le commerce : rôle de chacun des partis superviseur (Pouvoir central ou Makhzen, commerçants, dirigeants locaux tels que les Cheikhs des Zaouias et des Tribus…) sur la structuration et l’organisation des échanges.
– Mécanismes, techniques, et organisation du commerce: troc, monnaies, douanes, droits sur les marchés et le commerce.
– Rôle des chambres de commerce dans la structuration du commerce au plan local ou régional (exp. Pays méditerranéens, Pays africains francophones)

axe 6. Commerce électronique:
– Définition du commerce électronique
– Formes et types de e-commerce (E-commerce, E-gouvernement, E-gestion et autres) – Infrastructure du commerce électronique et les facteurs déterminants
– Certaines expériences du commerce électronique
– Risques et avantages de l’e-commerce, et ses perspectives.

Utiliser la fiche d’inscrpition pour répondre à l’appel : Fiche Participation 7e Coll. Décembre 2014 (Fr)


Vous aimerez aussi...