Appel à articles : Dossier “Les Fatimides et la Méditerranée centrale, Xe-XIIe siècle”, REMMM — LIMITE : 15/09/2014

La structuration des domaines de spécialité, géographiques ou dynastiques, a amené à une sorte d’amnésie de l’histoire de la Méditerranée centrale (Adriatique, Grèce, Italie, Sardaigne, Sicile, Libye, Maghreb central et Ifrīqiya) pendant la première moitié du Moyen Âge. Zone de détroits, d’espaces insulaires, aux stratégies spécifiques, région de circulations maritimes intenses, elle est rarement envisagée comme un ensemble dont les dynamiques à travers le temps demandent à être étudiées globalement. Trop souvent considéré comme ce qui n’est ni la Méditerranée orientale, ni la Méditerranée occidentale ou bien comme la périphérie de ces deux aires, cet espace a joué un rôle certain dans la construction du Dār al-islām médiéval et dans l’émergence d’un califat installé dans ces terres centrales de l’Islam (centrales par rapport aux deux autres capitales califales). Les Fatimides eux-mêmes sont le plus souvent envisagés avant tout en relation avec l’Égypte, l’Orient et la mer Rouge, dimensions essentielles du califat, bien entendu, mais non exclusives ; les relations de ces régions avec la Méditerranée centrale par leur intermédiaire mériteraient en particulier de nouvelles analyses. Cela n’a pas toujours été le cas et une série d’études synthétiques parues il y a quelques décennies sont encore considérées comme des références quasi indépassables. Or, dans le domaine textuel comme dans le domaine archéologique et artistique, des sources nouvelles apparaissent sans cesse, dont les apports peinent à être pris en compte, surtout pour ce qui concerne la culture matérielle.

Dans le prolongement de tendances qui avaient émergé au ixe siècle, la Méditerranée centrale semble acquérir une importance particulière avec la construction du califat fatimide, lequel débute au xe siècle et se poursuit jusqu’au xiie siècle, tandis que les Byzantins reprennent l’offensive en Méditerranée et au Levant. Le califat fatimide s’affirme à partir de cette base régionale (Ifrīqiya, Sicile dont la conquête est achevée après un siècle et demi), où il développera des formes de délégation après son transfert en Égypte à partir de 973.

Si l’on peut penser qu’un comparatisme plus systématique entre les différentes contrées du Dār al-islām serait utile et que la régionalisation des études empêche de bien lire les interactions et les circulations en son sein, on constate que la question se pose déjà pour la Méditerranée centrale et ce, en dépit d’une évidente histoire partagée. Comment les dynasties (Zirides, Hammadides, Kalbides) et les régions ont-elles interagi dans ce cadre ? Quel fut le poids des mouvements dissidents et des minorités religieuses ? Les circulations intellectuelles, artistiques et commerciales apparaissent plus clairement aujourd’hui que par le passé et permettent peut-être de retracer une histoire révisée de cet espace au cours de ces trois siècles. Quelle fut la place de la Méditerranée centrale, sous domination islamique ou non, dans la construction fatimide ? Quelles relations avec la Grèce, la Sardaigne ou l’Italie continentale ? Quels furent les liens entre les deux rives de la Méditerranée après la conquête de la Sicile par les Hauteville ?

Une ouverture sera ménagée vers al-Andalus et le Maghreb al-Aqṣā, sans lesquels il est difficile de comprendre une partie de ces circulations. La compétition califale ne se joue en effet pas seulement avec l’Orient du Dār al-islām, mais beaucoup avec le califat d’Occident, avec pour enjeu, non seulement l’emprise territoriale proprement dite, mais aussi le contrôle de la mer et des pistes transsahariennes. Si ce point est bien établi aujourd’hui, il est important d’en tirer toutes les conséquences.

Pour ce faire, on proposera des éléments nouveaux permettant de repenser les circulations méditerranéennes et de redonner toute sa place à un espace trop souvent négligé, alors même que durant les xe-xiie siècles il a occupé une grande partie de l’horizon de la dynastie fatimide.

Les propositions (4 000 signes maximum) seront envoyées par courriel à annliese.nef@univ-paris1.fr avant le 15 septembre 2014

Envoi des articles sélectionnés (45 000 signes) avant avril 2015

Consulter l’appel à communications sur le site de la REMMM


Vous aimerez aussi...