Conférence : Mondher Kilani, “Pour un universalisme critique. Parcours d’un anthropologue” — Académie Beït al-Hikma, Carthage Hannibal (Tunisie), 16h30, 17/04/2014

Dans le cadre des conférences académiques de Beït al-Hikma, le Département des َsciences  humaines et sociales de L’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts, présentera le jeudi 17 avril 2014 à 16h30, au siège de l’Académie à Carthage Hannibal, une conférence (en langue française) du Professeur Mondher Kilani sur le thème:

«Pour un universalisme critique. Parcours d’un anthropologue *»

La présentation sera suivie d’un débat

       (Entrée libre).

* Le monde contemporain, connecté comme jamais auparavant, est aussi traversé par de profonds déséquilibres producteurs de hiérarchies, sources de nombreux troubles dans le lien social. Pour comprendre un tel monde, l’anthropologie est un précieux recours. Ce qui la distingue, en effet, c’est sa capacité à varier les échelles d’observation. Elle donne à voir le monde pour saisir la fabrique du social. Elle permet de traduire les formes d’expérience, sans chercher derrière elles une nécessaire nature. Il s’agit de percevoir le réel sur un fond de possibilités plus large que ce qu’en perçoit la conception usuelle.

Cinq raisons illustreront une telle ambition analytique : la raison civile, la raison identitaire, la raison sacrificielle, la raison génocidaire et la raison anthropologique. Ces thématiques sont traversées par les mêmes préoccupations : l’être-ensemble et ses différentes déclinaisons ; le religieux et les obstacles à la sécularisation ; la culture, productrice autant que destructrice du lien social ; l’identité en tant que processus conflictuel ; le témoignage et la « preuve », et leurs usages dans les controverses publiques ; les formes de violence et les logiques sacrificielles qui les accompagnent ; la perception de l’altérité et les politiques d’exclusion ; l’attitude face à l’environnement naturel et la perception de la catastrophe ; enfin, les valeurs et les pratiques sociales et culturelles oscillant entre le singulier et l’universel.

Cette dernière problématique constitue le point de convergence de toutes les autres, puisque c’est elle qui fonde le discours anthropologique et lui confère son intérêt. D’où le plaidoyer pour un universalisme critique, conscient de ses présupposés, pratiques et théoriques, et qui s’assume jusque dans son incomplétude et ses limites.



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2014, 16 avril). Conférence : Mondher Kilani, “Pour un universalisme critique. Parcours d’un anthropologue” — Académie Beït al-Hikma, Carthage Hannibal (Tunisie), 16h30, 17/04/2014. IISMM. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/py4x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search