Appel à articles : Dossier “Les partis politiques au Maroc”, Revue marocaine de sciences politiques et sociales — LIMITE : 30/07/2014

La revue marocaine des sciences politiques et sociales, sollicite votre la contribution au futur numéro sur les partis politiques au Maroc. Un argumentaire a été rédigé à ce sujet, qui a été la base d’une rencontre de première discussion. Vous trouverez ci-joint le texte de cet argumentaire. Vous pouvez vous inscrire dans le ou les questionnements de cet argumentaire, comme vous pouvez évidemment faire votre propre proposition de thème ou de problématique.

Contact : Mohammed MOUAQIT,  mouaqit@yahoo.fr
Remise des papiers : fin juillet
Publication : septembre /octobre

Note de présentation

La question des partis politiques au Maroc est toujours à l’ordre du jour et n’est pas prête de le quitter. Les péripéties récentes liées au renouvellement du leadership de certains partis, aux compétitions électorales, générales ou partielles, aux difficultés d’une équipe gouvernementale à la composition partisane hétéroclite, etc., le tout sur fond d’un paysage politique balkanisé et du contexte du « printemps arabe », font de cette question une problématique omniprésente dans l’espace médiatique et incontournable dans l’intérêt académique/scientifique des chercheurs porté au système politique et à son évolution. Le contexte du « printemps arabe » sert particulièrement de cadre d’intérêt accentué pour les partis politiques, du fait que la question du changement politique et, plus précisément, du fait de l’enjeu de la démocratisation qu’il inscrit de façon inédite dans l’horizon de l’évolution des systèmes politiques dans le monde arabe/maghrébin. S’intéresser aux partis politiques dans ce contexte, c’est donc s’intéresser à l’enjeu du changement politique, dont les partis politiques constituent un rouage important, voire décisif. Quel éclairage la sociologie politique apporte-t-elle ou est-elle susceptible d’apporter à cette question des partis politiques ?

Le présent papier introductif a pour objectif de baliser le terrain à des études destinées à constituer la matière d’un futur numéro de la revue de science politique sur ladite question des partis politiques, notamment dans son rapport à l’évolution et au changement du système politique au Maroc. L’enjeu est à la fois académique et pratique. Il s’agit tout autant du développement de la sociologie politique au Maroc à partir de l’objet « partis politiques » et de la contribution à l’intelligibilité de la réalité partisane et de la dynamique de l’évolution du système politique marocain. Pour ce faire, le présent papier partira des questions suivantes : quel est l’état de la sociologie des partis politiques marocains ? Sur quel fond conceptuel et théorique la réalité partisane marocaine est-elle intelligible sur la base de la sociologie politique existante ? Quels questionnements et quelles hypothèses à prendre en charge pour un éclairage ou un renouvellement de la dynamique de la réalité partisane à l’aune des récentes évolutions ?

I

Si la question des partis politique est de grande importance dans la vie politique, cela ne semble pas se traduire, dans le cas du Maroc, par son importance en tant qu’objet de la sociologie politique. De l’aveu de plusieurs politistes, la sociologie des partis politiques au/du Maroc est « lacunaire ». Evalué en particulier sur la base de la sociologie politique locale, cet état lacunaire est à la fois d’ordre quantitatif et d’ordre qualitatif. Les études à valeur scientifique ne sont pas nombreuses, et du fait qu’elles ne portent pas une ambition conceptuelle ou théorique, ou bien du fait qu’elles ne mettent pas l’outillage conceptuel et théorique existant à l’épreuve des évolutions récentes et des recompositions à l’œuvre, leur contribution à la sociologie des partis politiques est plutôt modeste.

Evaluée dans son apport international et local, la littérature sociologique sur les partis politiques au Maroc pourra être ventilée de la manière suivante. Il y a d’abord évidemment les références majeures, celles-ci étant l’œuvre de politologues

occidentaux, l’ouvrage de Robert Rezette étant certainement, en dépit de son ancienneté, le classique en la matière, dont l’importance a justifié sa réédition récente par la Fondation française des sciences politiques. Mais comme la réalité du système politique marocain n’est plus désormais intelligible sans passer par les partis politiques, d’autres ouvrages constituent des références majeures bien que non consacrés centralement aux partis politiques. On citera par exemple les noms de R. Leveau, de Waterbury, de Zartmann. Mais au titre de la contribution la plus mise à jour au regard des évolutions récentes, il convient de citer l’étude de J.C. Santucci, publiée dans un premier temps aux Editions de la REMALD, reprise et réactualisée. En dehors de ces références majeures, qui sont le fait de chercheurs occidentaux, il existe une littérature locale variée, soit sous forme de publications à portée générale, soit de monographies consacrées à un parti politique, soit de publications non centralement consacrées aux partis politiques, mais dans lesquels une sociologie des partis politiques s’y trouve, soit enfin sous forme d’un article. L’apport de ces études est certainement inégal, mais leur valeur n’est pas toujours seulement informationnelle. En raison aussi de leur caractère disparate, elles restent encore non synthétisées et non systématisées dans leurs conclusions.

Ce rapide inventaire a pour intérêt la conclusion suivante : Les deux premières catégories mentionnées sont celles qui importent le plus par leur référentialité conceptuelle et théorique. La théorie de «parti-zaouia» (Rezette) ou la théorie segmentaire (Waterbury) pour l’explication du phénomène de scissiparité font partie de ce cadre de référentialité de la réalité partisane marocaine. Cela veut dire qu’elles constituent, à un degré ou à un autre, le cadre d’interprétation et d’analyse de la réalité partisane marocaine, ne serait-ce que c’est par rapport à elles que les approches en la matière ont à se définir. Il ne semble pas que la sociologie locale des partis politiques ait pu marquer d’un apport théorique alternatif la sociologie politique des chercheurs occidentaux. La sociologie politique locale relative aux partis reste largement tributaire de cette référentialité.

II

Sur fond de cette sociologie de la réalité partisane marocaine, les partis politiques apparaissent marqués par les données suivantes : ils ne sont pas à la base, c’est-à-dire dans leur genèse, le produit et l’expression d’une dynamique du système politique, mais le produit et l’expression d’une dynamique nationalitaire ; inscrits dans un système politique à légitimité traditionnelle et porteurs potentiellement ou effectivement d’un principe de légitimité «légale-rationnelle» pour reprendre la terminologie wébérienne, ils sont le produit et l’expression du conflit ou de la connivence de ces types de légitimité ; ils sont le produit et l’expression de forces sociales hétérogènes qui sont le reflet de la constitution sociale : reflet du rapport entre l’urbain et le rural, entre « solidarités organiques » et « solidarités mécaniques » pour utiliser la terminologie durkheimienne ; reflet des structures sociales « primaires » : la famille comme structure parentale ; la zaouia comme structure religieuse de rapport entre maître et disciple ; reflet des formes culturelles locales ou de la dynamique d’acculturation à l’œuvre : religiosité ; salafisme réformiste ; idéologies sécularistes ou sécularisantes : socialisme ; qawmisme ; libéralisme… Ces données sociologiques déterminent les traits fondamentaux des partis politiques au Maroc au cours d’une partie de leur histoire :

– les partis politiques vont se ventiler en fonction de leur dépendance/indépendance en tant que structures à l’égard du pouvoir central

monarchique ; le champ partisan se constitue en fonction de la distance à l’égard du/ ou de la loyauté au/ pouvoir monarchique ; les analyses de cette réalité se concentrent en général sur cette ventilation, mais ne rendent pas compte de sa signification : ce que signifie cette réalité, c’est aussi le fait fondamental que le pouvoir monarchique a besoin désormais de la médiation de cette nouvelle « institution intermédiaire » que constitue le parti politique ; cela explique en partie la faible indépendance du champ partisan à l’égard du pouvoir central ; le « parti administratif » est certainement la traduction la plus manifeste de cette dépendance et de l’aspect artificialiste de la constitution d’une partie du champ partisan, mais d’autres formes plus indirectes de «fonctionnalisation» de la légitimité partisane par le pouvoir monarchique ont joué ou jouent encore : infiltration des partis par le pouvoir makhzénien ; notabilisation d’individualités des partis de l’opposition ; immixtion dans le choix du leadership ; consécration ou ratification royale du nouveau leader du parti politique à la suite de son choix par les structures partisanes, etc. ;

– Cette fonction de médiation du pouvoir monarchique par les partis politiques trouve son expression juridico-institutionnelle dans la définition constitutionnelle, qui a longtemps prévalu, qui les cantonne au rôle d’encadrement et d’aide à la gestion au lieu de leur rôle d’exercer le pouvoir politique et de gouverner ; on ne peut que s’étonner de la tendance de la sociologie locale à se faire l’écho de cette définition officielle du rôle des partis politiques en allant répétant que les partis politiques ne remplissent pas leur rôle d’encadrement ; dans ce contexte, la participation au gouvernement se détermine en fonction de l’équilibre à assurer entre la reconnaissance par le pouvoir monarchique de la légitimité de tel ou tel parti à participer à la gestion et de l’acceptation par le parti de participer à la médiation de la légitimité monarchique et de sa centralité (participation qui dépendra, dans le cas des partis de l’opposition, du degré de leur « normalisation ») et, de ce fait, à jouer le rôle de paravent contre l’insatisfaction des gouvernés ;

– en tant qu’organisations, les partis politiques sont, dans leur rapport à leur environnement politique et social, dans une situation de fragilité, même lorsque le parti tire sa force de son ancrage social et de son adossement à une organisation syndicale ; la durabilité des partis dont la raison d’être est d’être les médiateurs de la volonté du pouvoir monarchique est fonction de leur utilité et de leur fonctionnalité ; les partis à la constitution plus solide et à la légitimité plus enracinée dans une représentativité liée à leur légitimité nationalitaire ou à un ancrage régional ou social sont soit sous l’effet de la « normalisation » par le centre, qui entraîne la division du parti entre les tenants de/ et les résistants à/ la « normalisation, ou sous l’effet de leur segmentation, que celle-ci s’explique par une faible ‘asabiyya idéologique ou de classe ou par la prégnance d’un mode de structuration social tribal qui tend à se reproduire dans les conduites des acteurs individuels ou collectifs ; le phénomène de la scissiparité est la manifestation de cette fragilité, qui tend à se répercuter sur les organisations annexes (syndicats ou organisations de la jeunesse); la balkanisation du champ partisan qui se produira plus récemment peut être analysée, mais non exclusivement sous cet angle, comme une manifestation de la tendance segmentaire du champ partisan amplifiée par l’existence d’une situation de « marché libre » d’entrepreneurs électoraux rendue possible ou favorisée particulièrement par le mode de scrutin de liste ;

– le profil du leadership partisan se constitue sur fond d’une légitimité hétérogène : nationalitaire dans le cas du zaïm, avec comme cas emblématique la personne de Allâl Al-Fassî ; tribale dans le cas de l’amghar, avec comme cas emblématique Aherdan ; sur fond élitaire dans le cas du chef d’un groupement de

notables, dont le leadership est souvent marqué par une fonctionnalité au bénéfice du pouvoir central ; le profil du « zaïm » repose sur un charisme « historico- nationalitaire » ; le profil de l’ « amghar » repose sur la représentativité des structures ethno-rurales ; le profil du « chef » repose sur la capacité « fonctionnelle » du leader à assurer à un groupement la participation au pouvoir ; le profil de « zaïm » semble, de son vivant ou comme capital symbolique après sa disparition, avoir un effet plus cohésif sur l’organisation et plus garant de son unité, mais son existence est liée à un contexte historique de construction nationale qui relève désormais du passé et, par conséquent, n’opère plus comme légitimité dans la constitution du leadership ; l’amghar est lui aussi tributaire d’une configuration sociologique qui tend à l’affaiblissement et tend par conséquent à faire place à la figure du « chef » des notables ; le leadership partisan tend donc dans l’ensemble à prendre la forme du « chef », dont le type correspond davantage à une légitimité « légale-rationnelle », bien que largement façonnée dans un cadre social traditionnel ou/et traditionnaliste et dans un cadre politique qui tend à son instrumentalisation ;

– la culture politique est faite de consensualisme, de compromisme et de confidentialisme, ce qui a pour effet de faire de la politique un jeu plus ou moins fermé entre le pouvoir central et la classe politique. La conséquence en est le fait que le système politique fonctionne sur une base de « citoyenneté » dépolitisée lassée du jeu, d’une part entre ses composantes, d’autre part entre elles et le pouvoir central, de la classe politique.

III

La sociologie des partis politiques marocains reste encore largement intelligible à l’intérieur de ce cadre théorique. Toutefois, la réalité politique marocaine n’est pas à ce point « immobile » qu’elle ne fasse éprouver le besoin d’en sonder l’évolution et le mouvement. Le Maroc a certainement « bougé », bien que le rythme lent du changement politique au Maroc conserve au système politique de forts traits de continuité. Les principales évolutions en fonction desquelles les partis politiques marocains sont à étudier dans la perspective dynamique de l’histoire récente sont les suivantes : le passage de la phase nationalitaire à la phase post-nationalitaire, qui a pour conséquence, pour les partis politiques issus du mouvement national, de rendre leur légitimité davantage tributaire de leur représentativité démocratique que de leur représentativité historique ; la chute du communisme soviétique et la fin de la bipolarisation du monde autour de l’alternative « démocratie libérale » Vs « démocratie populaire », l’idéal politique n’étant désormais concevable qu’à l’intérieur du modèle perfectible de la démocratie libérale ; le changement de règne, qui crée les conditions de nouveaux rapports entre un nouveau monarque, une nouvelle élite et une classe politique en remaniement; un renouvellement générationnel, qui constitue par sa jeunesse, par sa culture et par ses aspirations un fond de citoyenneté par rapport auquel les partis politiques ont à s’ajuster ; la transformation sociologique de la société liée à l’urbanisation du rural et à la ruralisation de l’urbain ; la mise en cause des régimes autoritaires à la faveur des évènements du « printemps arabe ».

Sur fond de ces tournants ou infléchissements historiques, il conviendra de rendre compte de l’évolution ou des évolutions qui se trament dans le champ partisan et dans le champ politique marocains, ainsi que des continuités éventuelles qui caractérisent ce champ. On pourra dans un premier axe circonscrire la réalité historique et présente du phénomène partisan. On pourra dans ce cadre établir les

bases historiques du phénomène partisan au Maroc et faire ressortir la signification attachée à cette nouvelle réalité pour l’évolution du système politique marocain. On pourra ensuite établir l’état actuel du champ partisan et de sa représentativité électorale. Une démarche monographique sera également nécessaire dans ce cadre pour rendre compte des forces politiques les plus significatives ou les plus emblématiques de la réalité partisane marocaine. Dans un deuxième axe, on pourra s’interroger sur cette réalité et en proposer une interprétation et des analyses. On pourra dans ce cadre entreprendre une démarche taxinomique pour une mise en ordre typologique et classificatoire de la variété des partis politiques. On pourra ensuite répondre à un certain nombre de questions : quelle est la valeur du multipartisme et du pluralisme ? Quels en sont les déterminants (le parti comme forme moderne de mobilisation collective ; artificialisme du pouvoir central à travers le phénomène du « parti administratif », qui n’exclut pas la capacité de ce type de parti d’acquérir, via le clientélisme ou l’ancrage dans les « structures primaires » de la société [parenté ; tribalisme], une certaine représentativité; «mécanisme segmentaire»; mode de scrutin…)? Quelle configuration/reconfiguration idéologique du champ politique marocain la réalité partisane dessine-t-elle ? Quel est le degré de différenciation idéologique entre les partis ? Cette configuration/reconfiguration ne semble-t-elle pas s’articuler entre une sensibilité islamique, ventilée entre un « islamisme culturel » d’assise bourgeoise à la manière du P.I. et un « islamisme idéologique » ancré socialement dans les couches sociales moyennes/inférieures à la manière du P.J.D., une sensibilité moderniste/séculariste sociale-démocrate, à la manière de l’U.S.F.P. et du P.P.S. d’assise sociale petite/moyenne bourgeoise, et enfin une sensibilité « libérale » ? Dans cette configuration/reconfiguration, le « libéralisme » idéologique n’apparaît-il pas comme une idéologie plus artificialiste qu’ «organique», plus représentative d’une élite économique et makhzénienne que l’expression d’une « société civile » économique porteuse d’une autonomisation à l’égard du pouvoir central ? Comment expliquer que le libéralisme soit à ce point peu porté par la configuration « spontanée » du champ partisan qu’il en vient à être une ressource idéologique pour le pouvoir central? Est-ce la conséquence de la faiblesse « organique » de la bourgeoisie économique ou d’une culture autoritaire qui déteint sur l’ensemble du champ partisan, y compris sur les partis porteurs d’une idéologie moderniste et sécularisatrice, ou des deux ? On pourra également dans ce cadre faire l’étude du leadership et des évolutions récentes à cet égard, traiter du phénomène de la scissiparité, s’interroger sur la théorie du parti-zouia, etc. Dans un troisième axe, on pourra considérer les partis politiques dans leur rapport avec l’enjeu du pouvoir. La vocation du parti étant de gouverner, la manière dont le pouvoir central détermine discursivement et juridiquement le rôle des partis politiques ne les condamne-t-il pas à être de simples aide-gestionnaires de l’exercice du pouvoir par le pouvoir monarchique ou d’être des partis-tampons destinés à prendre sur eux le mécontentement politique ? La représentativité « démocratique » des partis politiques ne devait-elle pas dans ces conditions rester dans l’incertitude ou dans la relativité artificielle (falsification des résultats électoraux ; minimisation « volontaire » par un parti de sa représentativité électorale…) ? L’évolution politique au cours des dernières décennies n’augure-t-elle pas, à la faveur de la crédibilisation relative des procédures électorales, d’une plus grande reconnaissance de la vocation des partis politiques à gouverner ? La capacité du pouvoir monarchique à faire obstacle à cette vocation, matérialisée par l’arrêt décrété de la « méthodologie démocratique » mettant fin à l’expérience de l’ « alternance consensuelle », a-t-elle été réduite par la configuration politico-institutionnelle postérieure aux évènements du « printemps arabe » ? Le mode de scrutin de liste ne s’avère-t-il pas dans ces conditions un obstacle à un rôle plus renforcé des partis politiques dans l’exercice du pouvoir, bien que sur un autre plan, celui de la représentativité politique féminine, il soit plus recommandable ?

D’autres questionnements et thèmes pourront être intégrés éventuellement dans ce cadre. Le cadre thématique présenté ci-après servira de base à une première réflexion. Il n’a de valeur qu’indicative et provoire.

Axe I- Le champ partisan marocain : héritage historique et état actuel

1- Les bases historiques du phénomène partisan.
2- Etat actuel du champ partisan.
3- Légitimité et représentativité électorale des partis. 4- Etudes monographiques.

Etc.

Axe II- Le parti politique comme réalité organisationnelle.

1- Classification et typologie.
2- Partis et idéologie.
3- Multipartisme et balkanisation : réalité et limites du pluralisme. 4- Le phénomène de la scissiparité.
5- Le leadership des partis politiques.
6- Parti et zaouia.

Etc.

Axe III- Les partis politiques et la vocation à gouverner

1- Le cadre juridico-institutionnel du parti politique et la conception officielle du rôle des partis politiques.
2- Les alliances partisanes.
3- Les expériences des partis dans le passé ;
4- L’expérience de l’ « alternance consensuelle » ;
5- L’expérience de l’islamisme après le « printemps arabe ». Etc.

Bibliographie

La réalité du pluralisme au Maroc. Abdelhay El moudden; Hassan Rachik; Mohamed Tozy. Les cahiers bleus. N°2 / Déc. 2 0 0 4.

Myriam Catusse, « Présentation », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006. Les partis politiques dans les pays arabes. Tome 2 Le Maghreb. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée. N° 111-112. Mars 2006. http://remmm.revues.org/2864

Jean-Claude Santucci, « Le multipartisme marocain entre les contraintes d’un « pluralisme contrôlé » et les dilemmes d’un « pluripartisme autoritaire » », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 15 mai 2013. URL : http://remmm.revues.org/2864

Abderrahim El Maslouhi, «La gauche marocaine, défenseure du trône. Sur les métamorphoses d’une opposition institutionnelle », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 10 mars 2013. URL : http://anneemaghreb.revues.org/485 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.485

Noureddine Zahi, Zaouia et partis, Ed. Afrique /Orient.

Rkia El Mossadeq :

– Consensus ou jeu de consensus ? Pour le réajustement de la pratique politique au Maroc. 1995.

– Les labyrinthes de l’alternance. Rupture ou continuité ? 1998. M. Darif, Les partis politiques marocains. En arabe.

 

Contact :

Mohammed MOUAQIT,  mouaqit@yahoo.fr

Remise des papiers : fin juillet
Publication : septembre /octobre


Vous aimerez aussi...