Borgeaud-Garciandia & Georges, Isabel (dir.), Dossier « Travail, femmes et migrations dans les Suds », Revue Tiers-Monde, janvier-mars 2014, n°217

https://zimbra.ehess.fr/service/home/~/Couv_RTM_217.jpg?auth=co&loc=fr&id=20332&part=2.2Parmi les travaux qui croisent analyses du travail et féminisation des migrations, rares sont ceux qui se penchent sur les migrations de travail féminines des Suds n’ayant pas le Nord pour destination finale. Or ces déplacements, qu’ils soient internes, frontaliers, régionaux, transnationaux ou intercontinentaux ; qu’ils se traduisent par un aller simple ou combinent les offres migratoires ; qui mobilisent des femmes travailleuses, leurs familles, des États et nombre d’autres acteurs, témoignent d’une richesse et d’une diversité dont ne peut se passer la recherche portant sur les femmes qui décident, se voient contraintes, ou sont poussées à migrer pour travailler. L’analyse de ces déplacements témoigne, de même, de la difficulté de maintenir des dichotomies établies entre Nord et Sud, entre migrations de travail et migrations familiales, entre mobilités, entre dominations et résistances, etc.

Le dossier « Travail, femmes et migrations dans les Suds » regroupe des articles portant sur plusieurs types de mobilités s’étendant à travers diverses régions et suivant des motivations, des stratégies et des articulations migratoires, de travail et familiales originales. Il se veut une contribution à la cartographie complexe des figures, des parcours, des formes de mises au travail et des motivations des migrantes afin de contribuer à dessiner une image à la fois plus complète, plus complexe et plus nuancée des migrations féminines de travail. Ainsi partons-nous de l’hypothèse qu’un tel déplacement du regard vers des contrées et des mouvements moins explorés permettent d’appréhender à nouveaux frais tant l’objet de recherche « femmes travailleuse en migration » (qui semble marqué ici par une diversité particulièrement importante d’éléments interdépendants, individuels et sociaux, à prendre en considération) que sa contribution plus générale à la sociologie à la croisée du travail, de la famille, du genre et des migrations.

Sommaire

DOSSIER

Natacha Borgeaud-Garciandía, Isabel Georges — Travailleuses en migration dans « les Suds ». Déplacements de regards, reconfigurations de l’objet ? / 7

Migrations internationales

Alain Tarrius — Transmigrations européennes de travailleuses du sexe balkaniques et caucasiennes accompagnées de parentèles féminines /25

Marie Percot — Un métier pour partir : la migration des infirmières kéralaises (Inde du Sud) /45

Julien Debonneville — Les écoles du care aux Philippines. Le devenir travailleuse domestique au prisme de l’altérité /61

Sylvie Ayimpam — Commerce transfrontalier et migration féminine entre les deux Congo /79

Aïssatou Diallo — Yakaar, Dakar-Dubaï-Guangzhou : trajectoire des commerçantes de Dakar /97

Karina Crivelli — Travailler dans la rue à Buenos Aires. Expériences quotidiennes des vendeuses ambulantes boliviennes /113

Migrations internes en Amérique latine

Anna Perraudin — Les Marías à Mexico. Une analyse des formes précaires de commerce, au prisme des mobilités, du genre et de l’ethnicité /131

Sophie Blanchard — Migration féminine et « condition domestique » : de l’apprentissage à la professionnalisation. Trajectoires de travailleuses domestiques andines à Santa Cruz /147

Séverine Durin — Le visage indien de la domesticité. Domesticité à demeure et ethnicité à Monterrey, Mexique /163

VARIA

Magalie Saussey — Réforme des services d’eau potable au Burkina Faso. La participation des femmes en question /181

Samir Bellal — Rapport salarial et régulation économique en Algérie 199

ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES /217

ABSTRACTS /239

RESUMENES /243

 


Vous aimerez aussi...