Exposition : Prix Aga Khan d’architecture. Lauréats 2013 : 5 projets pour un monde responsable — Paris, Cité de l’architecture & du patrimoine – Palais de Chaillot, 26/03-12/05/2014



L’exposition est composée de photographies et d’écrans vidéo qui présentent les cinq
lauréats et les 15 projets finalistes du Prix 2013. Elle comprend aussi les
interviews de Marc Barani, Christian de Portzamparc, Isabelle Hérault, Dominique
Perrault et Rudy Ricciotti sur les lauréats 2013. Un documentaire relate le
processus de sélection du Prix. De nombreuses photographies constituent une fresque
historique depuis sa création en 1980 (précédents projets lauréats, membres
prestigieux des comités de sélection et des jurys, ainsi que les publications).

Dossier de presse complet en ligne sur 
http://www.akdn.org/Architecture/2013recipients.asp
(Communiqués de presse sur chaque projet lauréat, photos haute-résolution et vidéo)

Lauréats 2013 du Prix Aga Khan d’Architecture

•   Centre Salam de chirurgie cardiaque, Khartoum, Soudan - Architecte : Studio
Tamassociati
     Le Centre Salam de Chirurgie Cardiaque, d’une capacité de 63 lits, a soigné
plus de 5,4 million de patients depuis son ouverture en 1994. L’architecture
accueillante “est un prototype exemplaire pour la région et le terrain”, a
souligné le Jury. Le Centre remplit les demandes techniques d’un hôpital avec
des fonctions complexes, dont trois salles d’opération, tout en fournissant un
nombre de solutions écologiques à des problèmes communs. Un mélange de mode de
ventilation et de lumière naturelle rend chaque espace confortable et privé. En
plus des panneaux solaires et des techniques spéciales d’isolation, les
architectes ont utilisé 90 conteneurs de six mètres qui avaient précédemment
servi pour le transport des matériaux de constructions du Centre.

•   Revitalisation du centre historique de Birzeit, Birzeit, Palestine - Architecte
: Riwaq - Centre for Architectural
Conservation<http://www.lecourrierdelarchitecte.com/article_4213>
     Le projet sur cinq ans, qui finira par inclure 50 villages, fait partie d’un
plan de réhabilitation initié par Riwaq- Centre pour la Conservation
Architecturale. Le projet a transformé la ville en déclin de Birzeit, créant
des emplois et ranimant l’artisanat traditionnel. Le Jury a remarqué que le
projet avait réuni « intervenants et artisans locaux dans un processus de
guérison non seulement physique mais également social, économique et politique
». En se concentrant sur des villes et villages dans une région sous l’autorité
civile palestinienne – où on estime que se trouvent 50 % des structures
historiques survivantes et où vivent la plupart des palestiniens – Riwaq s’est
rendu compte qu’il pourrait sauver une bonne partie du patrimoine local tout en
ayant un impact socio-économique plus significatif.

•   Projet d’infrastructure urbaine Rabat-Salé, Maroc - Architecte : Marc Mimram
Architectes
     Reliant Rabat à Salé, le projet est né d’une nouvelle vision de régénération à
grande échelle, dans lequel l’amélioration du transport et de la mobilité
serait la priorité du plan d’urbanisation. Le projet combine un design de pont
exemplaire, une infrastructure améliorée et un plan d’urbanisation. Par
conséquent, le pont Hassan II est devenu une nouvelle icône pour les deux
villes, renforçant une identité de villes jumelles modernes et progressistes.
Le Jury a observé que le projet était « un modèle sophistiqué et cohésif pour
des projets d’infrastructures futures, surtout pour les lieux d’urbanisation
rapide ».

•   Réhabilitation du bazar de Tabriz, Tabriz, Iran - Architectes : Cultural
Heritage, Handicrafts and Tourism Organisation of East Azerbaijan Province
     Datant en partie du Xe siècle, le Bazar de Tabriz fonctionne depuis longtemps
comme principal centre commercial de la ville. Mais à la fin du XXe siècle, il
commençait à se détériorer. Afin de réhabiliter les structures, qui couvrent 27
hectares et plus de 5,5 kilomètres de bazar couvert, une plateforme de gestion
fut établit, impliquant la communauté du bazar, les autorités municipales, le
Patrimoine Culturel et l’Organisation du Tourisme et de l’Artisanat (ICHTO).
Pendant le projet de restauration pilote, le gouvernement a contribué à 85
pourcent à la couverture financière et la communauté du bazar a contribué à 15
pourcent; lors des étapes ultérieures, la communauté du bazar – convaincu de
l’importance de la restauration – a fournit jusqu’à 90 pourcent du financement.
Le Jury a reconnu que le projet était « un exemple remarquable de coordination
et de coopération d’intervenants pour restaurer et revitaliser une structure
unique ». Depuis 2000, de nombreux complexes à l’intérieur du bazar ont été
réhabilités, l’infrastructure a été améliorée et des installations publiques
ont été aménagées.

•   Cimetière islamique, Altach, Autriche - Architecte : Bernardo Bader
     Jusqu’à récemment, certains musulmans vivant en Autriche enterraient leurs
morts dans leurs pays d’origines. Mais le désir des musulmans d’être enterrés
dans leur pays de naissance a conduit à la création d’un groupe
multiconfessionnel et multiethnique, notamment les autorités locales et une
ONG, à créer un cimetière où les rites funéraires pourraient être pratiqués
localement. Le Jury a reconnu la façon avec laquelle le cimetière a pu répondre
au « désir d’une communauté immigrante cherchant à créer un espace qui comble
leurs aspirations spirituelles et, à la fois, répond au contexte de leur pays
d’adoption ». Inspiré du design d’un jardin, il comporte des murs roses en
béton, cinq enceintes de cimetière échelonnées, une structure comprenant
différentes salle d’assemblée et de prière. Les principaux matériaux utilisés
sont le béton armés pour les murs et le bois de chêne pour la décoration de la
façade de l’entrée et l’intérieur de l’espace de prière.

Le Prix Aga Khan d’Architecture, instauré en 1977 par Son Altesse l’Aga Khan, est
décerné tous les trois ans. Il récompense tous types de projets de construction
ayant un impact sur l’environnement bâti actuel, des projets modestes de petite
taille aux complexes plus importants.
Tout comme les lauréats de ce cycle, le mandat du Prix diffère de la majorité des
nombreux prix d’architecture : il sélectionne des projets – pouvant aller d’écoles
innovantes en terre et bambou à des bâtiments écologiques ultramoderne – qui
présentent une architecture d’excellence et permettent en outre d’améliorer la
qualité de vie globale.

La récompense d’un million de dollars, qui sera divisée parmi les cinq lauréats,
n’est pas forcément attribuée à l’architecte. Le Prix identifie également des
municipalités, maçons clients, maîtres artisans et ingénieurs qui ont joué un rôle
important dans la réalisation du projet. Le Jury répartit à sa discrétion la
récompense.

Depuis la création du Prix il y a 36 ans, 110 projets ont été récompensé et près de
8000 projets de constructions ont été documentés.

Cité de l’architecture & du patrimoine – Palais de Chaillot Rue Haute
Accès par le 7 avenue Albert de Mun, Paris 16ème (M° Iéna ou Trocadéro)
Exposition conçue et réalisée par le Prix Aga Khan d’Architecture et présentée à la Cité de l’architecture & du patrimoine, du 26 mars au 12 mai 2014,
Rue Haute.
Entrée libre.
Tous les jours de 11h à 19h, fermé le mardi


Vous aimerez aussi...