Belaskri, Yahia, Une longue nuit d’absence, Paris, Vents d’ailleurs, 2014, 160p.

Capture d’écran 2014-02-25 à 12.58.24Il n’a pas peur, Paco, oh non ! Il n’a pas peur lorsque, à dix ans, il se laisse porter au gré des chemins, explorant à vélo les sentiers les mieux cachés de son Andalousie natale. Il n’a pas peur, à seize ans, lorsqu’il ment sur son âge pour pouvoir s’engager aux côtés des Républicains et lutter pour ses idées au milieu des ravages de la guerre d’Espagne.

Son parcours aurait pu prendre fin en 1939, lorsqu’il dut prendre la fuite et suivre la route de la défaite, jusqu’à trouver refuge à Oran, de l’autre côté de la Méditerranée. Mais Paco, face à l’horizon trouble des premiers signes de la guerre d’Algérie, doit à nouveau assumer son désir de liberté et de justice, un désir plus fort que le déra­ci­nement, plus fort que la peur, plus fort que les frontières.

Après Si tu cherches la pluie, elle vient d’en haut (prix Ouest-France-Étonnants voyageurs, 2011), Yahia Belaskri livre un roman passionnant, fresque intimiste dans une Méditerranée en plein chaos, aux échos à la fois historiques et très actuels, racontant la vie d’un homme partagé entre vie quotidienne et exigence des idées. Yahia Belaskri brosse ici, outre le portrait de Paquito devenu Paco l’Oranais, alias Enrique Semitier, l’espion de la République, un tableau attachant de la ville d’Oran et de ses habitants, des hommes et des femmes venus de tous les horizons. Trois guerres et les massacres qui semblent sans limites servent de toile de fond à ce roman qui offre une vision de l’Algérie, hors du grand récit historique mis en place ici et là-bas.

Voir sur le site de l’éditeur

 


Vous aimerez aussi...