Atelier doctoral : “Analyser les espaces de transition. Dialogue interdisciplinaire autour des zones de rupture et de franchissement” — Centre Jacques Berque, Rabat (Maroc), 03-07/03/2014

Cet atelier s’inscrit dans le programme ANR-Détroit, dont le titre exact est Le détroit de Gibraltar, à la croisée des mers et des continents (époque ancienne et médiévale). Il ne s’agit nullement dans le cadre de cet atelier de formation doctorale de se focaliser sur cette aire spécifique à l’extrémité de la Méditerranée, mais au contraire de s’ouvrir à tous les espaces géographiques où s’inscrit soit une disjonction naturelle, une contrainte topographique, soit une limite artificielle qui conditionnent la vie et surtout la mobilité humaine. Seront donc interrogés non seulement des espaces naturels tels les détroits, les zones de marais, les massifs montagneux ou les déserts, mais aussi des lignes frontières (délimitations politique, administrative, militaire ou religieuse qui font obstacle), en interaction avec les communautés humaines installées à l’intérieur, de part et d’autre ou à proximité, et les populations de passage. L’enjeu est d’approcher les solutions anthropiques nécessaires pour (sur)vivre dans ces espaces singuliers, pour les traverser ou pour s’en affranchir.Les domaines scientifiques convoqués (géographie, anthropologie, sociologie, histoire, sciences politiques) permettront d’établir un fructueux dialogue transdisciplinaire où s’échangeront concepts et problématiques, dans un souci constant de contextualisation historique (l’Antiquité et le Moyen Âge seront privilégiées).L’objet de l’atelier doctoral est de susciter une réflexion scientifique et méthodologique sur la problématique des espaces de transition. Cet atelier qui s’adresse prioritairement aux doctorants et aux post-doctorants en histoire, en géoarchéologie, en anthropologie historique et en géographie historique vise à créer un espace d’échanges d’expériences et d’analyse des pratiques d’investigation dans les différents contextes géographiques et disciplinaires.

Chaque participant est amené à s’impliquer activement dans l’enrichissement des échanges par la présentation de son objet de recherche doctorale et la participation à la réflexion collective animée par des chercheurs confirmés de plusieurs champs disciplinaires.

Este taller doctoral se inscribe en el proyecto ANR-Détroit, cuyo título exacto es El Estrecho de Gibraltar, en la encrucijada de los mares y de los continentes (épocas Antigua y Medieval). En el marco de dicho taller de formación doctoral no se trata en modo alguno de enfocar este área específica en el extremo del Mediterráneo, sino al contrario de abarcar todos los espacios geográficos donde se da ya sea una disyunción natural, una presión topográfica, ya sea un límite artificial que condicionan la vida y sobre todo la mobilidad humana. Se cuestionarán no solamente los espacios naturales tales como los estrechos, las marismas, los macizos montañosos o los desiertos sino también las líneas fronterizas (límites políticos, administrativos, militares o religiosos que los obstaculizan) que interaccionan con las comunidades humanas instaladas en el interior, por ambas partes o en las cercanías, y las poblaciones de paso. El reto es acercarse a las soluciones antropogénicas necesarias para (sobre)vivir en estos espacios singulares para atravesarlos o para superarlos.

Los ámbitos científicos evocados (geografía, antropología, sociología, historia, ciencias políticas) permitirán establecer un fructuoso diálogo transdisciplinario donde se intercambiarán conceptos y problemáticas, en un intento constante de contextualización histórica (especialmente la Antigüedad y la Edad Media).

El objetivo del taller doctoral es suscitar una reflexión científica y metodológica sobre  la problemática de los espacios de transición y está destinado especialmente a los doctorandos y post-doctorandos de historia, de geoarqueología, de antropología y de geografía históricas. Además, pretende crear un espacio de intercambios de experiencias y de análisis de las prácticas de investigación en los diferentes contextos geográficos y con un enfoque pluridisciplinario.

Cada participante deberá implicarse activamente en el enriquecimiento de los intercambios presentando su tema de investigación doctoral y participando en la reflexión colectiva, que será guiada por investigadores ya consagrados en las diferentes disciplinas.

Cordinateurs :

Laurent Callegarin, maître de conférences (ITEM EA 3002, université de Pau et des Pays de l’Adour), directeur des études à l’Ecole des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid). Thèmes de recherche : histoire économique de la Méditerranée occidentale dans l’Antiquité, numismatique antique, archéologie en Occident (Gaule, Hispanie, Maurétanies).

Zoubir Chattou, socio-anthropologue, enseignant à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès, rattaché au Centre Jacques Berque. Thèmes de recherche : migrations et mobilités transnationales, tourisme rural, développement durable et gestion des ressources naturelles.

Encadrants :

Aomar Akerraz, historien et archéologue, directeur de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Rabat). Thèmes de recherche : occupation du territoire du Maroc antique, archéologie du Maroc post-romain.

Mehdi Alioua, sociologue, enseignant-chercheur à l’Université Internationale de Rabat.Thèmes de recherche : mobilités, migrations, cosmopolitismes, transmigration, transnationalisme, globalisation, relations internationales.

Patrice Cressier, chargé de recherche au CNRS, historien et archéologue du monde musulman au Moyen Âge (UMR 5648-CIHAM, Lyon). Thèmes de recherche : archéologie et histoire de l’art islamique, Al-Andalus, Maghreb, franges sahariennes.

Stéphanie Guédon, maître de conférences en Histoire romaine, université de Limoges. Thèmes de recherche :vie de l’État dans le monde romain, réseaux et échanges interprovinciaux, Afrique romaine, désert libyque, Égypte romaine, circulation, itinéraires, échanges au sud de la Méditerranée romaine, frontières d’Afrique romaine.

Carolina Kobelinsky, anthropologue, post-doctorante à l’Ecole des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid). Thèmes de recherche : sociologie des migrations, ethnographie des subjectivités, relations Nord-Sud dans le monde contemporain.

Khalid Mounaanthropologue, sociologue, professeur à l’Université Moulay Ismail à Meknès. Thèmes de recherche : cannabis, changement social, pouvoir, mobilité internationale.

Patrick Picouet, géographe, professeur des universités, Université Lille 1. Thèmes de recherche : les détroits internationaux, de nouveaux territoires, les frontières, évolution et nouveaux concepts, la coopération transfrontalière dans l’Union Européenne, les représentations des frontières et des détroits internationaux.

Giusto Traina, professeur d’Histoire romaine, université Paris IV-Sorbonne. Thèmes de recherche :Histoire politique, géographie historique et historiographie de l’Empire romain (Principat et Antiquité Tardive), histoire, historiographie et philologie des mondes iranien et caucasien.

Pour voir le programme, cliquez sur le lien


Vous aimerez aussi...