Rencontre-débat autour de l’ouvrage de Pénélope Larzillière, La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes (Actes Sud, 2013) — Paris, Centre universitaire des Saints Pères, 18h, 12/03/2014

Capture d’écran 2014-02-20 à 10.31.00

A propos de l’ouvrage

La Jordanie contestataireSi la Jordanie est officiellement une monarchie constitutionnelle, la constitution promulguée en 1952 puis amendée plusieurs fois accorde en fait les pleins pouvoirs au roi. L’“ouverture” démocratique n’a pas empêché la création d’un cadre légal coercitif, limitant l’expression et la participation politiques. Les services de sécurité restent omniprésents et la répression – bien que moins systématique − perdure. L’apparente stabilité du régime est basée sur de complexes et changeants processus autoritaires qui sont mis en place de manière différenciée selon les arènes politiques et sociales. Pour autant, l’opposition existe et des voies alternatives de contestation ont émergé, comme on l’a vu lors des manifestations populaires de 2011.
L’enquête de terrain de plusieurs années menée par l’auteure lui a permis de reconstituer les trajectoires de militants de différentes tendances : islamistes, nationalistes et communistes. Hormis les islamistes, qui ont toujours été légalement autorisés, mais parfois réprimés, les opposants sont passés d’un militantisme totalement clandestin à une scène publique très contrôlée. À travers leurs parcours apparaissent les conditions générales du militantisme politique face à un régime répressif, mais aussi le sens donné par chaque individu à son engagement et à l’idéologie qui le sous-tend.

Voir sur le site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search