Appel à communications | Symposium International sur L’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA 2025) « Genre et extrémisme violent en Afrique », 7-9 Mai 2025, Université Senghor à Alexandrie — LIMITE : 15/08/2024

SIEEGA 2025 

THÈME : « GENRE ET EXTREMISME VIOLENT EN AFRIQUE » 

 

I- Contexte et justification

D’une pensée extrême à la violence physique, la radicalisation, l’extrémisme violent e le terrorisme sont des phénomènes processuels qui emploient des moyens à la fois divers et variés avec de graves conséquences. Dans un rapport d’enquête publié en 2019 par la ‘Fondation pour l’Innovation Politique’ on peut noter que le cumule de mort causé dans le monde par les différents groupes terroristes est de : 167 096 (État islamique : 52 619 morts, Talibans : 39 733 morts, Boko Haram : 22 287 morts, Al-Qaida : 14 680 morts, Al Shabaab : 10 392 morts, Front Al-Nosrah : 2 978 morts, Hezbollah : 1 335 morts, Hamas : 881 morts et Autres : 22 191 morts).

Pour sa part, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans un ouvrage intitulé « Sur les chemins de l’extrémisme en Afrique », paru en 2017, fait remarquer qu’en Afrique, le phénomène de l’extrémisme violent aurait, entre 2011 et 2016, causé la mort de quelque 33 300 personnes, entraîné des déplacements massifs de populations, provoqué un effondrement économique et engendré une catastrophe humanitaire parmi les pires que le continent ait jamais connues. Plus loin, cet ouvrage souligne que : « l’extrémisme violent menace directement et de manière flagrante la pérennité des gains récoltés en matière de développement par les pays africains ces dernières années».

De là, il devient évident de comprendre que la lutte contre la radicalisation, et la prévention de l’extrémisme violent, constituent un enjeu politique de portée mondiale et s’inscrit dans le cadre plus vaste de la lutte contre le terrorisme. Pour faire face à cette idéologie, plusieurs initiatives ont été conçues et mises en œuvre à travers le monde entier. Il en va ainsi de la Stratégie Antiterroriste Mondiale (SAT) des Nations Unies, adoptée le 08 septembre 2006 par tous les Etats membres. Cette résolution A/RES/60/288/ est essentiellement destinée à soutenir les actions de lutte contre le terrorisme sur les plans nationaux, régionaux et internationaux. L’organisation régionale (Union Africaine) a, quant à elle, adopté un large éventail d’instruments juridiques et organisationnels pour endiguer l’expansion de l’extrémisme violent et le terrorisme sur le continent. Un an après la destruction des deux ambassades américaines de Nairobi et de Dares Salam, le 07 Août 1998, l’organisation régionale alors appelé OUA, a adopté en juillet 1999, la Convention d’Alger, traduisant le premier accord à l’échelle du continent sur la prévention et la lutte contre le terrorisme. Au plan national, les Etats ce sont dotés de lois spécifiques pour combattre ce phénomène. La Côte d’Ivoire, par exemple, s’est dotée, entre autre, de plusieurs lois dont la loi N°2016-992 relative à la lutte contre le terrorisme, ainsi qu’une Stratégie Nationale de Lutte contre le Terrorisme (SNLCT) et la création de l’Académie Internationale de Lutte Contre le Terrorisme (AILCT).

Toutefois, et au regard des dynamiques de lutte contre ce phénomène, il convient de dire que l’approche tout sécuritaire à elle seule ne suffit pas à endiguer ce fléau. C’est, en suspens, l’analyse soutenue par le conseiller spécial du Secrétaire Général pour le sahel, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, le 20 décembre 2018.

Cette analyse fait écho au plan d’action du Secrétaire Général de l’ONU du 15 janvier 2016, sur la prévention de l’extrémisme violent. Le point cinq (05) de ce plan d’action appelle, expressément, à travailler pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes donc, l’intégration de la perspective genre dans la prévention de l’extrémisme violent. 

Cet appel du Secrétaire Général de l’ONU se conçoit aisément quand on sait que, depuis 1975 (Conférence de Mexico), les Nations Unies se sont illustrées par leur ferme engagement dans la promotion de l’égalité entre hommes et femmes. Il en va de même des conférences de Copenhague en 1980, de Nairobi en 1985, de Vienne en 1993 et de Beijing en 1995. Lesquelles ont ainsi servi de base pour la mobilisation de la communauté internationale sur ce sujet qui prend de l’ampleur au fil des décennies et qui s’avère nécessaire à l’émancipation humaine.

Par ailleurs, la quatrième conférence mondiale sur les femmes à Pékin, a insisté sur des nouvelles options en fixant un ordre du jour pour le renforcement du statut des femmes et l’adoption d’une déclaration, accompagnée d’une plate-forme d’action, visant à éliminer les obstacles à l’égalité entre hommes et femmes et à garantir la participation active des femmes à toutes les sphères de la vie. En Afrique subsaharienne, cette évolution s’est marquée par la ratification des protocoles en faveur de l’égalité entre hommes et femmes et également la prise en compte de la parité dans les instances décisionnelles. La prise en compte des questions de genre dans les plans stratégiques des pays de la CEDEAO témoigne de la volonté manifeste des politiques à respecter les droits de la femme et surtout à lui donner les mêmes chances que l’homme dans tous les domaines de la société.

Organisé pour la première fois en Afrique, le thème du Sommet mondial sur le genre de 2019 était « Éliminer les obstacles à l’égalité des sexes ».

Toute chose qui, au demeurant, invite à aborder, la prévention de l’extrémisme violent dans une perspective de genre. D’où le thème : « Genre et extrémisme violent en Afrique »

Argumentaire et informations

 

Calendrier de soumission des communications
15 Août Date limite réception des résumés
30 Août Notification de la décision d’acceptation ou de refus des résumés
30 janvier Date limite de réception des articles globaux
28 Février Retour aux auteurs
30 Mars Réception des articles définitifs

TRDS Pour le Comité scientifique 2


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chargé de diffusion scientifique (25 juin 2024). Appel à communications | Symposium International sur L’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA 2025) « Genre et extrémisme violent en Afrique », 7-9 Mai 2025, Université Senghor à Alexandrie — LIMITE : 15/08/2024. IISMM. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vzc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search