Colloque « Despotismes orientaux, du proche à l’extrême » — Collège de France, 27 juin 2024

Colloque coorganisé par la Pr Anne Cheng, chaire Histoire intellectuelle de la Chine, et le Pr Henry Laurens, chaire Histoire contemporaine du monde arabe.

Avec le soutien de la Fondation Hugot.

Jean Sigismond de Hongrie avec Soliman le Magnifique en 1556. Miniature – © Domaine public

Pour les Grecs, le despotisme était le mode de gouvernement rencontré chez les barbares asiatiques qui, parce qu’ils étaient esclaves par nature, se soumettaient volontairement à un souverain héréditaire absolu. La tyrannie en revanche était un moment temporaire dans l’histoire des cités. Le concept de despotisme oriental est repris par les Européens pour décrire l’Empire ottoman d’abord sur le mode d’une menace organisée et implacable, ensuite comme un système au rendement toujours décroissant. Les descriptions du système soviétique au XXe siècle ont suivi ces deux étapes. Bien souvent, au XVIIIe siècle la référence au despotisme est une critique plus ou moins voilée de la monarchie absolue européenne. En revanche, le « despotisme éclairé » sert à justifier un passage en force pour établir des réformes jugées indispensables. Dans le dernier tiers de ce siècle, il sert de justification aux projets de conquête coloniale dans l’Ancien Monde. Cette conquête, qui voudrait se poser comme libératrice, trouve finalement sa justification dans le despotisme éclairé (fardeau de l’homme blanc, mission civilisatrice). La modernisation autoritaire de ces pays reprend ainsi tout ce discours tout en utilisant une référence identitaire de nature essentialiste. Ainsi un discours produit pour justifier la domination de l’autre peut servir aujourd’hui la perpétuation de régimes autoritaires par les pouvoirs qui régissent les pays concernés en rejetant comme étrangères les doctrines libérales.

Programme

Amphithéâtre Guillaume Budé

9h30 Introduction
Anne Cheng et Henry Laurens (Collège de France)

10h15 L’empire perse-achéménide, paradigme du « despotisme asiatique ».
Pierre Briant (Collège de France)

10h45 Le climat selon Montesquieu : force ou malédiction du despotisme ?
Catherine Vorpilhac-Auger (ENS Lyon)

11h15 Pause

11h30 La Russie de Montesquieu, ou l’impossible mise à distance du despotisme.
Hugo Toudic (Université de Chicago)

12h00 La preuve par l’Inde.
Le despotisme oriental de Bernier à Anquetil-Duperron.
Stéphane Van Damme (ENS Paris)

12h30 Pause déjeuner

Matin
14h00 Ce que le despote doit au calife, ou comment la figure du despote oriental s’est nourrie de références médiévales.
Emmanuelle Tixier du Mesnil (Université Paris Ouest)

14h30 Vie et mort des empires : Kang Youwei (1858-1927), un réformateur chinois à Rome en 1904.
Haun Saussy (Université de Chicago)

15h00 Le thème du despotisme dans le Japon moderne naissant (1868-1889) : les traductions et les usages de L’Esprit des lois.
Eddy Dufourmont (Université Bordeaux Montaigne)

15h30 Pause

15h45 Un despotisme transformateur ou conservateur ? Les lectures contrastées de l’impérialisme russe et soviétique (19e-21e siècles).
Sabine Dullin (Sciences Po Paris)

16h15 L’Autorité palestinienne, un cas d’autoritarisme arabe ? Dima Alsajdeya (Collège de France)

16h45 Conclusion : Despotisme, produit des Lumières ?
Antoine Lilti (Collège de France)

18h00 Fin

À retrouver sur le site du Collège de France


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chargé de diffusion scientifique (21 juin 2024). Colloque « Despotismes orientaux, du proche à l’extrême » — Collège de France, 27 juin 2024. IISMM. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v96


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search