Conférences publiques : Fariba Adelkhah et Mariam Abou Zahab, “Sunnisme et chiisme en conflit (Afghanistan et Pakistan)” — Mardi 4 mars 2014, 18h, EHESS, amphithéâtre, 105, bd Raspail, 75006 Paris (M° Saint-Placide ou Notre-Dame-des-champs)

Capture d’écran 2014-01-29 à 14.58.47Fariba Adelkhah

Les débats politiques relatifs à l’islam tendent à mettre en exergue les tensions, voire les conflits, au sein de la société, entre chiites et sunnites, ou entre différents groupes ethniques. De ce fait, ils oblitèrent d’autres discussions portant sur les changements structurels liés à la recomposition ethnique et confessionnelle en Afghanistan. Toutefois, c’est bien à travers les pratiques religieuses que s’opèrent le plus souvent ces transformations structurelles. L’attestent l’évolution du droit privé et le développement d’écoles religieuses pour filles dans le double cadre, paradoxal, de la consolidation des liens communautaires, d’une part, et, de l’autre, du renforcement de la sphère légale et institutionnelle.

Mariam Abou Zahab

Les violences confessionnelles sous leur forme actuelle (assassinats ciblés, attentats-suicides) sont un phénomène nouveau qui a débuté dans les années 1980 et qui a trouvé ces dernières années de nouveaux champs de bataille, de nouvelles recrues et de nouvelles cibles. Le discours sectaire fait partie du débat qui hante le Pakistan depuis 1947 sur qui est musulman. Les identités religieuses autrefois fluides se sont radicalisées.

Cette présentation tentera d’expliquer pourquoi le terme ‘islam’ est devenu synonyme d’islam politique sunnite, et comment le discours anti-chiite a changé au cours de la décennie écoulée. Seront abordés le rôle de l’Etat et des médias dans la construction de “l’autre”, l’implication de l’utilisation systématique du terme de « minorité » pour désigner les chiites, l’intolérance croissante de la société dans un pays où l’identité nationale est centrée sur la majorité religieuse et l’utilisation de l’espace public pour réduire la pluralité religieuse.

Modérateur : Michel Boivin, directeur de recherche, CNRS

Télécharger l’affiche : Affiche_Adelka_Abou-Zahab


Vous aimerez aussi...