Ekindjian, Ohvanesse G., Edesse. Joyau chrétien aux confins arméno-syriens, Paris, L’Harmattan, 2013, 232p.

Edesse, ville de la haute Mésopotamie, fut longtemps peuplée de Syriaques et d’Arméniens. Considérée par les Croisés comme une seconde Jérusalem, elle devient la source du christianisme occidental. Les chrétiens de ce premier Etat latin d’Orient se retrouvent minoritaires après les combats et la dévastation en 1146. A la dislocation de l’Empire ottoman, Edesse, désormais appelée Ourfa, est un symbole des massacres hamidiens. M. Kemal force la France à renoncer à la Cilicie ; en 1924, les Arméniens et les Syriaques survivants doivent partir sans espoir de retour.

Voir sur le site de l’éditeur

 



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2014, 27 janvier). Ekindjian, Ohvanesse G., Edesse. Joyau chrétien aux confins arméno-syriens, Paris, L’Harmattan, 2013, 232p. IISMM. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pxpi

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search