Appel à contributions | Revue L’Année du Maghreb n°34 « Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen » — LIMITE : 30/06/2024

Dossier de recherche 34|2, décembre 2025 : Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen

Call for papers: Religious Conversions. Believing and Doing on the Move in the Mediterranean Area
Samir Abdelli, Kheloudja Amer et Zohra Aziadé Zemirli

La conversion religieuse est un phénomène complexe, polysémique et polymorphe qui met en exergue la question de la mobilité religieuse et sociale à travers le temps long. À la jonction d’une démarche individuelle et d’un phénomène collectif, elle constitue un objet de recherche transversal éclairant les dynamiques et les modalités d’appartenance, le « bricolage » religieux et les enjeux de son articulation dans l’espace (Hervieu-Léger, 1999). En fonction d’où l’on place le regard, la conversion religieuse peut-être perçue comme une « entrée », une « sortie » qui traduirait le mouvement d’un « avant » à un « après ». Comment traduire l’intensité de ces « passages » ? Est-ce une rupture nette et totalisante, une mutation progressive et adaptée ou une recomposition parcellaire et estompée du croire et du faire religieux ?

Ce dossier propose de penser le religieux dans sa capacité à mobiliser institutions, groupes et individus autour de dynamiques plurielles qui contribuent à la redéfinition du champ religieux lui-même (Dirèche, 2011). Il appréhende la conversion religieuse au prisme de trajectoires multidirectionnelles et communicantes, des « bifurcations » (Le Pape, 2009) dans lesquelles se rejoignent des mouvements de détour, décentrement et retour vers soi. La conversion religieuse est comprise ici par-delà la catégorisation dualiste de rupture et continuité. Ce qui amène à la penser non comme le seul processus opaque de désaffiliation et d’affiliation religieuses mais bien comme un mouvement de soi vers soi impliquant une tension constante de négociations entre reconfiguration des modalités du croire et du faire religieux et prégnance des identités et sensibilités d’un individu propre à un milieu social donné. Par ailleurs, la conversion dépasse l(a)’(dés)affiliation religieuse et peut consister à « flirter » autour d’un référentiel, d’un groupe et/ou d’une tradition discursive nouvelle (Asad, 2017 [1986]). Parfois, la conversion est synonyme de (re)découverte d’une tradition « héritée » et/ou fantasmée. Elle peut aussi impliquer la redéfinition d’une vision (a)religieuse du monde sans s’astreindre à une praxis prescrite. À l’inverse, elle peut comprendre une redéfinition des pratiques tout en s’extrayant d’une vision religieuse du monde inspirée des dogmes.

Religion d’État versus régime de laïcité, formes de sécularisation ou retour du religieux, la politique religieuse menée au sein des sociétés contemporaines questionne les interactions entre le cadre juridique, l’institutionnalisation du religieux ainsi que les acteurs.trices du champ social (Sbaï, 2019). Comment le processus de conversion et l’assignation de « converti.e » s’articulent-ils dès lors que le fait religieux est associé à un groupe minoritaire ou majoritaire dans un espace donné : expression contestataire, marginale, levier d’insertion ou d’ascendance sociale ? C’est autour de la tension entre logiques de « visibilisation » ou d’« invisibilisation » de la conversion que notre réflexion s’articule. Si une conversion peut être pensée comme un processus relevant du for intérieur, de la foi et de la croyance de l’individu, le fait de la rendre (in)visible répond à des considérations collectives et sociales qui amenuisent la frontière entre dimensions publiques et privées (Boissevain, 2014).

Portant une attention particulière aux spatialités, ce dossier entend contribuer aux recherches sur les conversions religieuses passées et présentes – sans restriction temporelle – dans l’espace méditerranéen en proposant une étude croisée (Despotis, Löhr, 2022 ; Norton, 2019 ; Boissevain & Le Pape, 2014 ; Marzouki, Roy, 2013 ; Garcia-Arenal, 2001 ; Guiral-Hadziiossif, 2000). Appréhender les conversions religieuses dans le temps long et dans des espaces variés entend contribuer à une meilleure restitution de la complexité des phénomènes de retour du religieux et ceux de sortie de la religion. Dans cette optique, ce dossier comprend le fait religieux dans une acception large en regroupant « entrées » et « sorties » des monothéismes, des religions, rites et obédiences minoritaires ou marginaux ainsi que des formes d’agnosticisme et d’athéisme, soit des sorties religieuses.

L’approche diachronique ambitionne de faire dialoguer les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques et juridiques par la mobilisation de nouvelles archives, d’observations issues d’enquêtes de terrain inédites et de matériaux juridiques autour des conversions religieuses dans ces espaces. Cette ambition n’ignore pas pour autant les contraintes que peuvent révéler la conduite d’enquêtes de terrain et l’accès aux archives mais propose de les inclure comme élément de réflexion dans le présent numéro. Qu’il s’agisse des contextes maghrébin, sud-européen ou proche-oriental, enquêter auprès de groupes confessionnels minoritaires peut également voir les enquêté.e.s refuser de participer à cette objectivation par méfiance ou craintes engendrées par des formes de pressions sociales/politiques, liées à une représentativité négative ou des mesures sécuritaires. De même, les observations et entretiens auprès d’enquêté.e.s qui se perçoivent en marge amènent à une modélisation du discours, un contrôle de l’image et à la construction d’une logique discursive cohérente. Celle-ci légitime la démarche de conversion mais fait l’impasse sur des points sensibles et subtilités, des tabous comme, par exemple, le rejet ou la coexistence d’« ex »-identités plus ou moins informelles (Ebaugh, 1988). Ainsi, comment traiter les silences de la conversion ? Que nous disent les observations de terrain sur la place accordée à l’objectivation des récits de soi dans le processus d’écriture en sciences sociales ? Comment mener une enquête de terrain et/ou accéder à des archives en passant par-delà la méfiance et/ou le refus de la participation des enquêté.e.s, le régime d’autorisation étatique et les contraintes administratives qui en découlent (Hadj-Moussa, 2019) ?

Ainsi, ce dossier saisit l’entrée des conversions pour penser la disparité des intensités, des reconfigurations et des usages contemporains du religieux (Lamine, 2024). Il souhaite contribuer à penser les logiques de l’(in)visibilisation des conversions en mobilisant trois axes thématiques qui portent sur la médiatisation, les dynamiques et pratiques qui en découlent dans le champ culturel et au quotidien, à l’échelle locale et dans les sphères de l’intime.

(…)

Plus d’informations : ici



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 24 mai). Appel à contributions | Revue L’Année du Maghreb n°34 « Conversions religieuses. Croire et faire en mouvement dans l’espace méditerranéen » — LIMITE : 30/06/2024. IISMM. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pv0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search