Journées doctorales CERCEC-CETOBaC « Modernités en débat. Perspectives croisées dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans : Europe centrale et orientale, Balkans, Méditerranée orientale, Caucase et Asie Centrale » —Campus Condorcet Aubervilliers, 21-22 mai 2024

Comité d’organisation : Samir Abdelli (CETOBaC), Melvin Bernard (CETOBaC), Vera Guseynova (CESSP/CERCEC), Reda Merida (CETOBaC), Niya Metodieva (CERCEC), Guillaume Minea-Pic (CERCEC/EUI).   

Propos général

Notion polysémique et critiquée, la modernité demeure un concept incontournable des sciences sociales pour décrire les processus économiques, politiques, sociaux et culturels du XIXe siècle à nos jours. Un temps mobilisée dans une perspective évolutionniste, la modernité était mesurée à l’aune des processus de construction d’États-nations, de démocraties parlementaires et des économies industrialisées. La conception occidentalo-centrée de la modernité est depuis fortement critiquée. Les études post-coloniales appellent à provincialiser la trajectoire européenne et les perspectives transnationales remettent en cause les modèles diffusionnistes dans la modernité occidentale. Ces récents développements épistémiques ont le mérite d’avoir rejeté les approches réifiantes de la modernité, sans pour autant permettre de saisir les conflits qui se cristallisent autour de l’usage de cette notion dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans. Invoquée par des dirigeants, administrations, partis politiques, ou élites savantes, la modernité constitue un cadre discursif servant de légitimation politique pour des transformations, y compris les plus radicales. Ainsi, les Tanzimat ottomanes du milieu du XIXe siècle ont ouvert un large débat historiographique sur la nature et la postérité de la modernité promue par l’Empire dans le contexte du vaste plan de réforme de sa structure administrative, de son système juridique et de son économie. Par ailleurs, l’idée de modernité a aussi été particulièrement interrogée à l’aune du projet soviétique qui s’en réclamait, et dont les tenants ont mené au nom d’une modernité socialiste des politiques extrêmes d’industrialisation à marche forcée et porté un projet d’ingénierie sociale qui justifiait toutes les violences commises. Il semble en ce sens primordial de porter un intérêt à la plasticité des usages de la modernité, en accordant un intérêt à la manière dont ses mobilisations récurrentes et protéiformes transforment les enjeux qui lui sont rattachés. Cette journée d’étude souhaite ainsi partir des acteurs passés et présents qui portent l’idée de modernité dans les espaces étudiés, afin d’interroger la production située de cette notion. En resserrant la focale sur la manière dont les dynamiques internes aux espaces géographiques et sociaux considérés produisent la modernité, cette journée d’étude souhaite s’inscrire dans la continuité de la réflexion engagée par les études aréales sur la conceptualisation de cette notion.

À retrouver sur le site du CETOBaC



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 17 mai). Journées doctorales CERCEC-CETOBaC « Modernités en débat. Perspectives croisées dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans : Europe centrale et orientale, Balkans, Méditerranée orientale, Caucase et Asie Centrale » —Campus Condorcet Aubervilliers, 21-22 mai 2024. IISMM. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11omx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search