Colloque : « Révolution et émancipation » – Université Paris Diderot-Paris 7, 02-03/02/2018

Colloque

Révolution et émancipation
2 et 3 février 2018

 co-organisé par LCSP (Archipel des devenirs) et ICT à

l’Université Paris Diderot-Paris 7, ainsi que par Télécom EM (Institut
Mines-Télécom), Logiques d’Agir (Besançon), Sophiapol (Nanterre), IIAC(CNRS/EHESS), GRHi(Rouen) et Espaces Marx.

2017 est le centenaire de 1917, remémoration plutôt que commémoration, vivifiée par l’actualité des révolutions zapatistes, sud-américaines et des « printemps arabes ». Au sens strict, une révolution est un changement de régime politique. Elle est aussi définie par le Larousse comme un « changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place, prend le pouvoir et réussit à le garder ». Que signifie « prendre » et « garder » « le » pouvoir ? De quel universel les volontés subversives se réclament-elle ? De quelles autorités, de quelles légitimités les prétentions révolutionnaires se prévalent-elles ? Et en mettant l’État et la violence au centre de la définition, ne se prive-t-on pas de penser la diversité des moments révolutionnaires ou insurrectionnels et de leurs effets ? Les révolutions ont été décrites dans leurs enchaînements séquentiels et événementiels, sur le plan historique (Furet, Soboul etc.) ; analysées comme le produit de plusieurs facteurs et variables causales, sur le plan sociologique (Skocpol, Dobry etc.) ; pensées, sur le plan philosophique (Arendt, Badiou, Holloway etc.).
Elles sont rapides ou lentes, sociales ou politiques, ou les deux, précédées de signes avant-coureurs ou non, irréductiblement spécifiques ou comportant des similitudes frappantes entre elles, inachevées ou non, porteuses de continuités souterraines ou
au contraire d’inédit etc. Les études postcoloniales ont mis en évidence que les révolutions ne sont pas une spécificité occidentale et que de multiples traditions révolutionnaires ont parsemé la planète à l’âge moderne et contemporaine. Les pratiques politiques révolutionnaires n’ont pas toujours pour cible directe le changement de régime mais peuvent investir des formes de vie alternatives et d’autonomie radicale (ZAD, socialismes associationnistes, zapatisme etc.)
A quelles conditions une révolution peut-elle être émancipatrice ? Quel est le rapport entre les convictions idéologiques et programmatiques des révolutionnaires eux-mêmes et la perception du changement social profond dont la révolution est l’autre nom ? Quelle est la part de violence et de radicalité dans la phénoménalité révolutionnaire, entendue comme prise du pouvoir ? Qu’est-ce que la violence ? Qu’est-ce que la radicalité ? Par rapport à qui, à quoi ? Quel rapport entre les phénomènes de subjectivation et les  transformations plus structurelles du monde commun ? Les révolutions sont-elles toujours suivies de contre-révolutions ? Quel est le rôle des révoltes et des insurrections ? Que nous apprennent l’histoire, la philosophie, l’anthropologie ?
Ce qui motive ce projet est, au fond, de chercher à comprendre à quelles conditions, sociales, historiques et politiques, une révolution peut être le vecteur de l’émancipation, d’une manière interdisciplinaire.
L’idée est plus généralement de lancer une dynamique sur la question qui ne s’arrête pas à un seul colloque.


Vous aimerez aussi...