Contrat post-doctoral dans le cadre du projet de recherche : « L’islam à Mayotte et La Réunion. Sécularisme, normes et pratiques » – LIMITE : 12/01/2018

Avec le soutien des crédits recherche ‘Islam, religion et société’ du Ministère de l’intérieur (DLPAJ, Bureau central des cultes) et du CIPDR

Appel à télécharger

Site de l’annonce

Coordonné par Elise Lemercier et Elise Palomares, maîtresses de conférences en sociologie à l’Université de Rouen, le projet « L’islam à Mayotte et La Réunion. Sécularisme, normes et pratiques » (Marisé) vise à contribuer au développement des connaissances sur l’islam dans une perspective intersectionnelle en réalisant deux monographies dans des territoires situés dans l’océan Indien, Mayotte et La Réunion.

D’une durée de deux ans, il regroupe douze chercheur×e×s en plus du ou de la futur×e post-doctorant×e : Mlaili Condro, docteur en linguistique, Randi Carolyn Deguilhem, DR CNRS, HdR/TELEMME, Nadia Fadil, professeure d’anthropologie à l’Université de Leuven (KU Leuven /IMMRC), Aurélie Fillod-Chabaud, Post-doctorante en sociologie, AMU/CNElias et IREMAM, Stéphanie Guyon, MCF en science politique, U. Picardie Jules Verne/CURAPP, Myriam Hachimi Alaoui, MCF en sociologie, U. du Havre/IDEES Le Havre, Élise Lemercier, MCF en sociologie, U. de Rouen Normandie/DySoLab, Samia Locate, docteur en langue et linguistique Arabe (PhD), Hassan Oili, Doctorant en sociologie à l’U. Paris Diderot/URMIS, Élise Palomares, MCF en socio-anthropologie, U. de Rouen Normandie/DySoLab, associée à l’URMIS, Laurent Sermet, PU, IEP Aix-en-Provence, Vasoodeven Vuddamalay, MCF-HdR géographie, U. d’Évry, Labo SLAM.

Peu de recherches ont eu pour objet la production de normes religieuses et les différentes modalités de l’expression du culte musulman dans ces territoires français de l’océan Indien, alors que Mayotte est le seul territoire français où les habitants sont majoritairement musulmans et que l’islam est très anciennement implanté à La Réunion, même s’il y est resté minoritaire. Malgré une hétérogénéité dans les représentations et les pratiques musulmanes à Mayotte et à La Réunion, ces deux configurations locales ont en partage un legs colonial, caractérisé notamment par le régime de l’exception juridique.

Mayotte et La Réunion constituent dès lors un terrain d’observation privilégié et original des rapports entre la République française et l’islam, qui pourra dès lors complémenter d’autres travaux qui se sont surtout intéressés à la présence de lois d’exception dans les colonies historiques telle que l’Algérie, ou dans le rapport contemporain aux immigrés originaires d’anciennes colonies françaises installés en France métropolitaine.

Dans ce projet, nous faisons l’hypothèse qu’une monographie comparée de leurs situations singulières peut renouveler les perspectives sur les agencements entre religieux et sécularisme en France. Pour ce faire, notre projet de recherche se propose de s’inscrire dans le renouveau des approches sur le (post)colonial en sociologie et en anthropologie, y compris en matière d’analyse des processus religieux. Plus qu’une séparation entre le religieux et l’État, le sécularisme sera donc abordé comme une forme de gouvernance et d’administration du religieux, qui participe de la reconfiguration des conduites, des statuts juridiques, des sensibilités et des aptitudes morales (Asad, 2003 ; . Mahmood, 2015).

Dans ce projet de recherche, le ou la post-doctorant×e contribuera à chacune des deux monographies (Mayotte et La Réunion) en contribuant à décrire la structuration de l’islam à Mayotte et à La Réunion, en étudiant les communautés musulmanes et les normes religieuses dans ces deux espaces caractérisés par des axes, des motifs et des réseaux migratoires variés.

  • A Mayotte, il s’agira d’étudier la diversité des pratiques quotidiennes et notamment d’interroger l’existence, ou non, d’enjeux religieux et politiques liés à la cohabitation entre musulman·e·s comorien·ne·s et mahorais·e·s. En outre, le ou la post-doctorant·e participera à l’enquête auprès des musulman·e·s métropolitain·e·s fonctionnaires installé·e·s à Mayotte pour analyser la complexité des normes et des injonctions avec lesquelles ils et elles doivent composer dans la sphère privée et publique.
  • A La Réunion, la diversité des pratiques et des discours qui façonnent l’expérience religieuse des musulman·e·s sera investiguée selon deux angles. Le premier interrogera la formation d’un « islam réunionnais » à travers la formation des cadres et des élites et ce que les dynamiques de l’islam à La Réunion doivent aux circulations migratoires passées et présentes. Le second consistera en l’étude des pratiques du mouvement du tabligh (Tablighi Jamaat) par la tenue d’entretiens et d’observations.

 

Activités principales :

  • Réaliser une veille scientifique et rédiger un état de l’art sur l’islam dans l’océan Indien ;
  • Proposer une démarche adaptée à cet objet d’étude et concevoir un dispositif de recherche ;
  • Mettre en œuvre des méthodes de recueil de données qualitatives et en assurer l’analyse ;
  • Participer à la diffusion et valorisation des résultats sous forme de publications scientifiques, de rapports, de présentations orales…
  • Participer à l’organisation des manifestations scientifiques.

Compétences :

  • Docteur×e en sociologie, anthropologie ou science politique
  • Maîtrise la conception et la réalisation d’une enquête ethnographique
  • Savoir restituer sa méthode et développer une posture réflexive
  • Présenter à l’oral des résultats de recherche
  • Rédiger des rapports et des publications scientifiques
  • Travailler en équipe
  • Outre le français, des compétences dans l’une des langues locales (prioritairement shimaore et kibushi, mais aussi shingazidja, shinzuani, shimoeli) et/ou en arabe seraient un plus.

 

Conditions d’exercice

  • Dates : 18 mois, du 1er avril 2018 au 30 septembre 2019.
  • INM 536, salaire net mensuel 2 039,57 euros.
  • Déplacements à Mayotte et à La Réunion : un séjour de deux mois consécutifs sur chacun des deux terrains (défraiement pour les transports et l’hébergement).
  • Télétravail possible sur une partie de l’activité, le/la post-doctorant·e disposera d’un bureau dans les locaux de DySoLab, Campus de Mont-Saint-Aignan, Université de Rouen.

 

Dossier de candidature :

Le dossier est à envoyer aux deux responsables scientifiques du projet avant le 12 janvier 2018 sous format électronique (.pdf) à Elise Lemercier (elise.lemercier@univ-rouen.fr) et Elise Palomares (elise.palomares@univ-rouen.fr).

Il comprendra un CV, une lettre de motivation, une publication, une copie du diplôme de doctorat et du rapport de soutenance.

 

Date limite de candidature et dates des auditions : La date limite d’envoi des candidatures est le 12 janvier 2018. Les candidat·e·s préselectionné·e·s seront prévenu·e·s au plus tard le 26 janvier 2018, les auditions auront lieu le vendredi 2 février 2018 (à distance pour tous les candidat·e·s auditionné·e·s).


Vous aimerez aussi...