Conférence publique : « Les minorités confessionnelles en Syrie » par Bernard Heyberger et Bruno Paoli — Mardi 23 mai 2017, 18h30, EHESS, amphithéâtre, 105, bd Raspail, 75006 Paris

Entrée libre

Télécharger l’affiche

Résumés des intervenants :

Bernard Heyberger (historien, directeur d’études à l’EHESS / CéSor) : Le terme de « minorité » ne s’est imposé en Syrie que dans l’entre-deux guerres. Mais il a ensuite été projeté sur les réalités du passé. Les chrétiens sont autochtones en Syrie depuis le début du christianisme, et ont vécu sous le régime de la dhimma pendant plus d’un millénaire. Les réformes du XIXe siècle, puis l’intervention des Puissances, et enfin le passage de l’empire à l’Etat-nation ont changé considérablement l’image qu’ils avaient d’eux-mêmes et le regard des autres sur eux. Ils ont pour la plupart adhéré au nationalisme arabe et/ou à l’idée de la Grande Syrie, ce qui ne les a pas empêchés d’être soupçonnés de diviser la nation et de servir l’Occident. Ils ont passé des compromis avec le régime autoritaire, mais n’ont pas pour autant échappé aux contraintes politiques et économiques. Depuis 2011, ils se sont rangés majoritairement derrière Assad.

Bruno Paoli (linguiste et historien, professeur à l’Université Lyon 2) : Les alaouites de Syrie ont été projetés sous les feux de l’actualité à l’occasion des dramatiques événements qui secouent le pays depuis six ans, stigmatisés par les uns en tant que communauté au pouvoir, victimisés par les autres parce qu’ils appartiennent à la communauté du pouvoir. La vérité se situe probablement entre les deux. Au delà des préjugés et des amalgames, une meilleure connaissance de leur histoire doit nous aider à mieux appréhender et comprendre la complexité de la situation actuelle et des enjeux du conflit en cours.


Vous aimerez aussi...