Nikolay Dobronravin, Professeur de linguistique et sciences politiques à l’Université de Saint-Pétersbourg — 02, 03, 09 et 11/05/2017

Nikolay Dobronravin a obtenu son doctorat (Études africaines, 1983), puis son habilitation (2000) portant sur les littératures ajami (langues ouest-africaines transcrites en caractères arabes) à l’Université de Saint-Pétersbourg. Ses recherches actuelles ont pour objet principal l’histoire de l’ajami et de l’islam dans l’Afrique soudanienne et dans la diaspora ouest-africaine aux Amériques. Il a publié en russe, anglais et portugais, notamment dans “The Arabic Script in Africa” (Brill, 2014) et dans le “Journal of Qur’anic Studies” (2013).

Conférences :

  • Mardi 2 mai 2017, 16h-17h30, INALCO (salle 309), 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Les chansons historiques haoussa : textes et manuscrits – dans le cadre du séminaire « Écriture littéraire dans les langues africaines » (INALCO)

Les chansons historiques forment un genre spécial de la littérature haoussa. Depuis le 19e siècle, ces chansons sont transmises en ajami (l’écriture arabe adaptée à la langue haoussa). Certaines œuvres ont fait l’objet de plusieurs copies manuscrites, ce qui permet de comparer tant le langage (analyse des dialectes) que le contenu. Une attention particulière sera accordée aux variantes textuelles du chant sur la bataille de Tabkin Kwato attribué à Ousmane Dan Fodio, qui offre des perspectives uniques sur l’histoire du pays haoussa.

  • Mercredi 3 mai 2017, 15h-17h, EHESS/IMAF (2e étage, salle de séminaire), 96 bd Raspail, 75006 Paris

La cosmogonie islamique et les généalogies ethnopolitiques en Afrique Occidentale – dans le cadre du Séminaire « Anthropologie comparative du Sahel occidental musulman » (EHESS)

La conférence commencera par une présentation rapide des généalogies ethnopolitiques attestées en milieu musulman d’Afrique occidentale, centrées sur Pharaon (Fir‘awn), Nimrod (Nimrūd), Og (‘Ūj) et d’autres personnages évoqués dans le Coran et ses commentaires. Puis on examinera la place des mêmes personnages dans la cosmogonie islamique, telle qu’elle transparaît dans la littérature précoloniale en ajami. Une attention particulière sera accordée aux diverses variantes du traité arabe ouest-africain «Uṣūl ibn Ādam» et au concept des « dix Adams » développé dans ce traité et dans la tradition orale mandingue.

  • Mardi 9 mai 2017 16h-18h, Univ. Paris I (Amphi. Georges Dupuis) 9 rue Malher, 75004 Paris

Les manuscrits des Africains musulmans au Brésil et aux Caraïbes – dans le cadre des conférences de l’IMAF

Cette conférence portera sur les manuscrits créés par les Africains musulmans au Brésil et aux Caraïbes. Dans les Amériques, on avait copié non seulement le texte coranique, mais aussi des œuvres littéraires ou dévotionnelles arabes (Maqāmāt d’al-Ḥarīrī, al-Burda d’al-Būṣīrī, etc.) et des talismans, et rédigé de la correspondance et de nouveaux écrits en arabe et dans les langues africaines. Nous tenterons de dresser le répertoire et de comprendre les contextes de production et de transmission de ces manuscrits, dont certains sont conservés au Brésil, en France, en Angleterre ou en Irlande.

  • Jeudi 11 mai 2017, 14h-17h, EHESS/IMAF (2e étage, salle de séminaire), 96 bd Raspail, 75006 Paris

La présence de l’islam dans les déclarations d’indépendance des États non reconnus au 20e et au début du 21e siècle – dans le cadre du séminaire « Anthropologie de l’islam en Afrique » (EHESS)

Les allusions à l’Islam ne manquent pas dans les déclarations d’indépendance bien connues des États souverains issus de la décolonisation. Moins étudiées sont les déclarations d’indépendance des Etats non reconnus du 20e et du début du 21e siècle, tant en Afrique qu’en Asie centrale ou aux Philippines. La présence de l’Islam et de la Charia dans de tels documents sera examinée au cours de la conférence. On tentera d’établir les particularités régionales de ces déclarations éphémères d’indépendance.


Vous aimerez aussi...