Exposition : Une histoire parmi d’autres. Les mondes de l’art au Yémen – Villa Vassilieff (Paris) du 15 avril au 6 mai 2017

JPEG - 463 ko
L’Atelier libre à Aden, entre 1976 et 1978. Courtesy d’Abdallah Obeid.

UNE HISTOIRE PARMI D’AUTRES

Les mondes de l’art au Yémen

Hashem Ali, Abdallah al-Ameen, Boushra Almutawakel, Yasser al-Ansi, Elham al-Arashi, Archives du jour­nal 14 Octobre (Aden), Nasser al-Aswadi, l’Atelier (Sanaa), l’Atelier Libre (Aden), Ali Baraas, Centre Culturel Soviétique (Aden), Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales (Sanaa), Mohamed Abdo Dail, Ali al-Dharhani, Amal Fadhel, Ali Abdo al-Faqiyya, Groupe d’Art Contemporain, Bayt al-Halaqa, Institut des Beaux-Arts (Aden), Institut d’État aca­dé­mi­que des Beaux-Arts Sourikov (Moscou), Abbas al-Junaydi, Fondation Kawn (Sanaa), Ahmed al-Kharazi, Guillaume Merere, Ministère de la Culture et du Tourisme du Yémen, Fuad al-Muqbil, Talal al-Najjar, Amna al-Nassiri, Abdallah Obeid, Marine Poirier, Reema Qasem, Nasser al-Qawi, Farid Sameed, Jameel Subay, Murad Subay, Syndicat d’Artistes Plasticiens, Abdul Rahman Taha, Awraq al-Tashkiliyya, Jacques Veerman, Ali Mohamed Yahya, …

Commissariat : Anahi Alviso-Marino

Une his­toire parmi d’autres sou­haite res­ti­tuer la mul­ti­pli­cité des mondes de l’art du Yémen contem­po­rain en retra­çant des tra­jec­toi­res per­son­nel­les ou col­lec­ti­ves tout en inter­ro­geant les rôles des artis­tes yémé­ni­tes au sein de leur société. Des cons­tel­la­tions de docu­ments et d’œuvres illus­trent ce ques­tion­ne­ment socio­lo­gi­que : com­ment devient-on artiste au Yémen ? De quelle manière ce pro­ces­sus est his­to­ri­cisé ? Quels rap­ports entre­tien­nent ces artis­tes avec les ins­ti­tu­tions étatiques ? Comment ten­tent-ils de contes­ter ou de contour­ner un pou­voir poli­ti­que de type auto­ri­taire ? Quels liens entre­tien­nent-ils avec le reste du monde ?

Le Yémen, situé à la pointe sud-ouest de la pénin­sule ara­bi­que, est un des pays les plus pau­vres de la région et son his­toire est mar­quée par une forte ins­ta­bi­lité poli­ti­que. Aujourd’hui il est sur­tout connu par la média­ti­sa­tion de la vio­lence, du ter­ro­risme et de la guerre qui y fait rage. « Y-a-t-il de l’art au Yémen ? » cette ques­tion résume par­fois les nom­breu­ses inter­ro­ga­tions que pose l’orga­ni­sa­tion d’une expo­si­tion sur les mondes de l’art yémé­ni­tes. Elle est révé­la­trice du manque d’outils dis­po­ni­bles pour per­ce­voir l’exis­tence des arts visuels moder­nes et contem­po­rains yémé­ni­tes, en par­ti­cu­lier lors­que l’obser­va­teur est étranger et habi­tué à une valo­ri­sa­tion des arts dif­fé­rente, mais aussi par la quasi absence de sour­ces dans ce domaine. Les docu­ments regrou­pés dans cette expo­si­tion sont pour­tant riches et éclectiques.

Glanés et récol­tés sur le ter­rain entre 2008 et 2011 dans le cadre d’un doc­to­rat en socio­lo­gie poli­ti­que, ils furent donnés par des artis­tes ou font partie des maté­riaux enre­gis­trés, pho­to­gra­phiés et archi­vés au cours de cette recher­che. En les étudiant puis en les expo­sant, nous sou­hai­tons, à tra­vers l’obser­va­tion des inter­dé­pen­dan­ces entre les acteurs artis­ti­ques et poli­ti­ques, pro­po­ser une autre image du Yémen. Ces inter­dé­pen­dan­ces faites de rap­ports concur­ren­tiels et col­la­bo­ra­tifs font res­sor­tir des rela­tions de domi­na­tion sous jacen­tes dont les méca­nis­mes peu­vent se révé­ler créa­tifs et pro­duc­teurs. En effet, si les ins­ti­tu­tions étatiques jouent un rôle fon­da­men­tal dans l’émergence des scènes artis­ti­ques à Aden ou à Sanaa, les artis­tes accom­pa­gnent également la créa­tion, la conso­li­da­tion ou la remise en ques­tion de régi­mes poli­ti­ques : ils repré­sen­tent les idéaux d’un projet poli­ti­que socia­liste au Sud-Yémen, ils pro­jet­tent l’unité yémé­nite en la maté­ria­li­sant en pein­tu­res et en affi­ches, ou encore ils pho­to­gra­phient les mobi­li­sa­tions contes­ta­tai­res de 2011.

En cher­chant à recons­truire une his­toire des mondes de l’art et de leurs inte­rac­tions avec le pou­voir poli­ti­que et l’ordre social, se des­si­nent aussi, à tra­vers ses inters­ti­ces, les tra­jec­toi­res per­son­nel­les d’artis­tes yémé­ni­tes – le voyage de Hashem Ali et de Ali Ghaddaf au Koweït dans les années 1970, la for­ma­tion d’Elham al-Arashi à Moscou dans les années 1980, la créa­tion du groupe al-Halaqa à Sanaa dans les années 1990, l’enga­ge­ment de Jameel Subay dans les mobi­li­sa­tions contes­ta­tai­res de 2011, les cam­pa­gnes, tou­jours en cours, de street art ini­tiées par Murad Subay… Ces micro-his­toi­res retra­cées à l’aide d’une mul­ti­tude de docu­ments de natu­res variées met­tent en lumière des indi­vi­dua­li­tés sin­gu­liè­res et des par­cours com­plexes et cos­mo­po­li­tes.

En fili­grane, cette expo­si­tion révèle également la dif­fi­culté de retra­cer une his­toire de l’art d’un pays enlisé dans une guerre – l’esca­lade du conflit armé depuis la fin de 2014 et le début de 2015 a évolué en guerre civile inten­si­fiée par l’inter­ven­tion mili­taire menée par l’Arabie Saoudite, à la tête d’une coa­li­tion sou­te­nue par de nom­breux pays, dont la France. Certains des docu­ments et œuvres expo­sés por­tent les stig­ma­tes de leur his­toire – la pein­ture d’Amna al-Nassiri légè­re­ment endom­ma­gée, les des­sins de Talal al-Najjar conser­vés par la force de choses – et l’absence d’autres sou­li­gne la dif­fi­culté à entrer en contact avec le ter­rain étudié. Avec l’impos­si­bi­lité de connaî­tre ce qui sub­siste aux bom­bar­de­ments en cours au Yémen, la moin­dre pho­to­co­pie change ainsi de statut, deve­nant aussi pré­cieuse que l’ori­gi­nal par la pos­si­ble des­truc­tion de ce der­nier.

Anahi Alviso-Marino est postdoctorante contractuelle à la FMSH/CEFAS et postdoctorante associée au CESSP/Paris et au CRAPUL/Laussanne. Elle est docteure en science politique par l’Université Paris 1-Sorbonne et l’Université de Lausanne. Sa these, qui propose une sociologie politique des arts visuels au Yémen, reçoit en 2017 le prix de la Societé Académique Vaudoise et une mention spéciale du jury du Prix de thèse 2016 sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans (IISMM et GIS Moyen-Orient) ainsi qu’une mention honorable du jury du prix 2017 Rhonda A. Saad décerné aux Etats-Unis. Ses recherches actuelles portent sur l’étude d’archives personnelles d’artistes visuels dans des pays du Golfe arabo-persique, comme le Koweit et Oman. Ses publications incluent des articles scientifiques et de divulgation, des chapitres dans des ouvrages et des textes curatoriales.


Plus d’infos sur le site de la Villa Vassilief


Vous aimerez aussi...