Appel à candidature pour un contrat post-doctoral : L’enseignement de l’islam au Maroc, XVIIIe-XXIe s. / ILM (Islamic Learning in Morocco) – Centre Jacques Berque – LIMITE : 15/02/2017

Le Centre Jacques Berque recrute un(e) post-doctorant(e) pour 3 ans

dans le cadre d’un programme financé par l’ANR

L’enseignement de l’islam au Maroc, XVIIIe-XXIe siècles
ILM (Islamic Learning in Morocco)

 

Titulaire d’un doctorat en histoire, anthropologie, études arabes, ou science politique, le/a candidat(e) devra à la fois s’intégrer à la trentaine de participants du programme, et assister la coordinatrice (Sabrina Mervin) dans la mise en place et l’organisation des activités scientifiques.

Le poste est à pourvoir à partir du 15 mars 2017.

 

Conditions à remplir 
  • avoir déjà engagé des recherches proches du sujet traité
  • présenter un projet de recherche sur 3 ans autour de cette thématique (la zone géographique couverte pouvant englober la Mauritanie ; des perspectives comparatistes avec les autres pays du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne sont bienvenues)
  • maîtriser parfaitement le français et avoir une bonne connaissance de l’arabe (littéral ou darija, en fonction des besoins pour ses enquêtes)
  • être sensible à l’articulation de l’histoire des doctrines et des sciences sociales
  • avoir une expérience en matière d’animation de la recherche
  • résider ou s’installer à Rabat

 

Dossier à constituer
  • CV résumé (1 page)
  • liste des publications
  • projet de recherche synthétique (5 p. maximum) comportant une partie méthodologie/sources, un exposé de la problématique, un programme de travail, une très courte bibliographie (sans indiquer les « usuels » sur le sujet) et les possibilités de « livrables ».

 

A envoyer par courriel avant le 15 février 2017 à l’adresse secretariat@cjb.ma

en indiquant en objet : ILM post-doctorat

Les candidatures qui ne remplissent pas les conditions requises ne seront pas examinées par le comité d’attribution de la bourse.

 

RÉSUMÉ DU PROJET
ILM – L’enseignement de l’islam au Maroc, XVIIIe-XXIe siècles

Au Maroc comme ailleurs, la transmission du savoir (‘ilm) en islam est un élément majeur pour la compréhension de cette religion. Elle participe à l’élaboration des doctrines, des normes, de la « tradition » et, donc, de la mise en place d’orthodoxies concurrentes, dans l’espace clos de la madrasa et au sein du groupe des clercs (oulémas, cheikhs soufis, imams, etc.), mais aussi en dialogue avec le pouvoir et avec la société. L’étudier nous renseigne sur les modalités d’inscription du religieux dans la société, sur son lien avec l’économie et sur son rapport au politique. Les relations internationales en sont imprégnées : depuis les pérégrinations des clercs dans leur quête du savoir (talab al-‘ilm) jusqu’au transnationalisme actuel, l’enseignement de l’islam s’ancre profondément dans le local, qu’il soit rural ou urbain, tout en se projetant dans une communauté des croyants (umma) aujourd’hui globalisée.
Après les observations des administrateurs coloniaux et des orientalistes, puis des travaux de références sur le modèle classique de l’enseignement en islam, un regain d’attention fut porté au sujet dans les années 2000 mais le Maghreb, et le Maroc en particulier, furent négligés. Le projet ILM vise à pallier ce manque au moment où l’enseignement de l’islam en Europe comme dans les pays pourvoyeurs d’immigration est considérée comme cruciale.

L’objectif du programme est d’explorer le terrain de l’enseignement de l’islam au Maroc depuis le XVIIIe siècle, de l’apprentissage du Coran des « simples croyants » à la formation des oulémas et du personnel religieux. On croisera les disciplines et les périodes, on conjuguera islamologie/philologie et sciences sociales (histoire, géographie, anthropologie, sociologie, science politique), en faisant dialoguer les chercheurs marocains et internationaux, afin de décloisonner le champ.

L’enseignement de l’islam recouvre ici des réalités très diverses – d’autant que la démarche est à la fois diachronique et synchronique – que seul un programme d’une telle ampleur, regroupant une trentaine de participants peut parvenir à saisir. L’ambition est de renouveler les connaissances en mettant au jour de nouvelles sources et en menant des enquêtes sur des terrains méconnus.
Le projet questionnera d’abord le savoir religieux lui-même pour déterminer comment s’articulent toutes ses formes, entre enseignement soufi, sciences religieuses islamiques, sciences humaines « annexes », savoir encyclopédique, etc. Les modalités de la transmission de ce savoir constituent la seconde thématique : des enquêtes seront menées dans différentes régions sur les écoles traditionnelles (madrasa ‘atîqa, mhadara) comme sur les grands centres de savoir, puis les universités modernes, mais aussi des confréries soufies, des associations ou mouvements religieux. La troisième thématique s’articulera autour de la sécularisation du savoir et de son enseignement qui, au Maroc, commença sous le protectorat, impulsée par l’État colonial mais aussi par les nationalistes marocains, et se poursuivit après 1956. L’État indépendant échafauda un dispositif organisant l’enseignement religieux, au fil de ses besoins, qui a constitué un outil de l’exercice du pouvoir et s’intègre dans ses politiques publiques comme dans le soft power vers l’étranger. La quatrième thématique envisage l’État marocain comme un producteur et un exportateur de savoir, mais aussi comme le récepteur d’un savoir importé. Malgré le discours prônant le « modèle marocain », un islam malékite-soufi-tolérant, il existe des offres diverses qui véhiculent des orthodoxies concurrentes. Du 18e siècle jusqu’à nos jours, le Maroc a reçu des influences venues d’Orient (wahhâbisme, « salafisme ») qui seront documentées et discutées.
Trois corpus de textes seront publiés pour documenter ce projet : une anthologie de textes de la période coloniale, en français ; une anthologie de textes arabes écrits par les acteurs de la réforme de l’enseignement ; des manuscrits en arabe.


Vous aimerez aussi...