Journée d’études : Les situations (post)révolutionnaires à l’aune du genre et des sexualités – Paris, EHESS, 18/11/2016

Vendredi 18 Novembre, 9h – 17h30
Lieu
 : Salle Lombard, EHESS, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris
Organisatrices : Sarah Barrières (CMH-EHESS), Abir Krefa (Centre Max Weber, Lyon II), Sophie Pochic (CMH-CNRS)

Journée d’étude co-organisée par le CMH, l’EHESS et l’IISMM

Résumé

Depuis 2009, différents pays du Moyen-Orient et du Maghreb, de l’Iran à la Tunisie, en passant par l’Égypte, le Yémen, la Syrie, Bahreïn, etc. ont connu des mobilisations multisectorielles, pour la plupart inédites depuis leur accession aux indépendances. Ces périodes d’effervescence politique se sont accompagnées d’une participation massive des femmes. Diplômées chômeuses, ouvrières, paysannes, étudiantes, artistes, prostituées, magistrates et avocates, blogueuses, mères de « blessés et martyrs », féministes, syndicalistes, antiracistes, femmes niqabées, militantes LBT (lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles), ont investi différemment l’usine, la rue, internet et les places publiques, les administrations ainsi que les institutions « transitoires » et élues.

Omniprésentes dans les différentes mobilisations (qu’elles soient multisectorielles, pour l’égalité entre les sexes, contre les structures des partis hégémoniques ou les différents gouvernements), les femmes, leurs formes d’engagement et leurs revendications sont pourtant les grandes absentes des travaux académiques sur ces situations « révolutionnaires » qui reprennent le présupposé d’un acteur protestataire masculin et hétérosexuel. De leur côté, les médias occidentaux ont principalement relayé la « question des femmes » et celle des « minorités sexuelles » sous la forme de l’opposition idéologique entre « islamistes » et « modernistes ». Dans les pays du Moyen-Orient et du Maghreb, les controverses au sujet des relations entre les hommes et les femmes et des « minorités sexuelles » se structurent autour des oppositions « authenticité culturelle » versus « importation ».

Cette journée d’études a donc pour objectif de combler les angles morts de la recherche scientifique tout en rompant avec les tropismes médiatiques, en opérant quatre déplacements : des femmes et des « minorités sexuelles » vers les rapports de genre et de sexualité ; des oppositions idéologiques (« islamistes »/« modernistes » et/ou « laïcs ») vers les cultures et les structures organisationnelles ; de la lecture exclusivement juridique et institutionnelle vers la (re)négociation des rapports de genre au cours et à la faveur des actions protestataires ; des oppositions entre « authenticité » et « inauthenticité » vers les formes de réappropriation locale des ressources et des contraintes de la globalisation. Ce faisant, la journée d’études entend favoriser le dialogue avec les travaux portant sur d’autres situations (post) révolutionnaires, notamment sur les mouvements sociaux dans le sillage de Mai 68. Sans sous-estimer les spécificités de chaque configuration socio-historique, cette mise en perspective permet tout à la fois de départiculariser ce qui se joue dans les pays du Moyen-Orient et du Maghreb, tout en renouvelant les questionnements sur le genre et les sexualités à travers l’analyse des conjonctures (post) révolutionnaires. Il s’agira notamment de montrer dans quelle mesure les conjonctures critiques se sont accompagnées d’une critique de l’ordre (hétéro) sexué, si la désectorisation peut être assimilée à un retour à l’ordre antérieur du genre et des sexualités, et d’analyser les mobilisations à l’aune du croisement de dynamiques locales et de circulations internationales.

Programme

9h à 9h20 : Accueil des participantes (Café et croissants)

9h20 à 9h30 : Introduction de la Journée d’études

9h30 à 12h15 : Séance 1 – Transgressions, réassignations, mobilisations
Animation : Sophie Pochic (CMH, CNRS)
Discussion : Michelle Zancarini-Fournel (LARHRA, Université Lyon I)

  • Perrine Lachenal (CNMS, Philipps-Universität Marburg) : Techniques de genre et jeux de pouvoir. Ethnographie de la self-defense féminine au Caire.
  • Sarah Barrières (CMH, EHESS) et Abir Kréfa (CMW, Université Lyon II) : Les mobilisations pour l’emploi dans un « foyer de la révolution » tunisienne : transgressions de genre et division sexuée du travail militant.
  • Magda Boutros (Northwestern University, CMH) : L’émergence de nouvelles stratégies collectives anti-harcèlement en Égypte : étude comparative de cinq groupes d’intervention.

13h30 à 15h15 : Séance 2 – Événement et luttes ouvrières et syndicales
Animation : Amélie Le Renard (CMH, CNRS)
Discussion : Sophie Béroud (Triangle, Université Lyon II)

  • Marie Duboc (Institute of Political Science, University of Tübingen) : Genre, réformes économiques et contestation ouvrière dans les usines textiles en Égypte.
  • Arbia Selmi (M2 EHESS) : Les mobilisations de syndicalistes femmes pour le « quota » dans la Tunisie Révolutionnaire : espoirs de changements et rigidités organisationnelles.

15h15 à 15h30 : Pause

15h30 à 17h15 : Séance 3 – Circulations internationales et réappropriations locales
Animation : Amélie Le Renard (CMH, CNRS)
Discussion : Jocelyne Dakhlia (CRH, EHESS)

  • Dina El Khawaga (Cairo University) : Les mouvements sociaux en Égypte à l’aune du genre.
  • Selima Kebaili (M2 EHESS) : Des réseaux informels à la « managérisation » : genèse et transformations d’une association tunisienne de femmes à référent islamique.


17h15 à 17h30 : Conclusion de la Journée d’études

17h30 : Cocktail de clôture

 

Contacts : sarah.barrieres@yahoo.fr; abir.krefa@ens-lyon.fr

 


Vous aimerez aussi...