Séminaire : Culture matérielle et pratiques dévotionnelles dans les sociétés chiites — 07/04/2016

logo ehess

LETTRE

logo lesc

Organisateurs :

Séance du 7 avril 2016 :

Waed Bouhassoun, Doctorante en ethnomusicologie, LESC-CREM, Université Paris Ouest Nanterre La Défense et chanteuse musicienne

Le rituel funéraire d’un martyr chez les Druzes du sud de la Syrie

Chez les Druzes du sud de la Syrie, les mariages (al-afrâh) et les funérailles (al-atrâh) sont deux grands rituels qui marquent la vie sociale et qui sont célébrés par les chants et la poésie. Du fait du poids politique de la communauté Druze en Syrie, les funérailles quasi quotidiennes depuis 2011 des martyrs druzes, morts à la guerre pour défendre leur terre, forment un cas spécial. Les chefs politiques et militaires, les autorités religieuses, les membres de la communauté druze, les représentants des autres communautés s’affirment, au travers de chants de guerre, de déclamations et de poèmes accompagnés de gestes quotidiens « spectacularisés » qui se superposent au cours de la cérémonie. Le tombeau du martyr clairement identifié, portant une épitaphe et des décorations, construit au centre ou à l’entrée du village, permet à la communauté druze de le rendre présent, ainsi que de mettre en valeur l’implication de la communauté toute entière dans la défense de la terre. Une autre manière de le rendre présent est de faire filmer ses funérailles par des professionnels, ce qui est habituellement interdit, et de diffuser le film pour permettre aux gens de revoir et de revivre ce moment. 

 

Isabelle Rivoal, CNRS-LESC

Les objets comme supports relationnels. Présence des Joumblatt et présence des shaykhs dans l’espace quotidien des druzes du Chouf (Liban)

 Cette communication décrira l’ensemble des supports matériels (photographie, portraits, calendriers, montage de discours, clips, etc.) utilisés par les druzes du Liban pour marquer la relation et être en relation avec le leader politique régional, Walid Joumblatt. On s’attachera à décrire les modalités relationnelles directes et indirectes permises par ces supports matériels, ainsi que leur circulation. A partir de là, on proposera une analyse plus général sur la construction de la relation de patronage par les ‘clients’ à travers ces dispositifs et ce qu’ils créent. Enfin, on fera une comparaison entre le traitement des objets représentant le leader politique et ceux qui servent de support à la relation avec les éminents shaykhs religieux.

Contacts :

Michel Boivin

Sepideh Parsapajouh

Zahir Bhalloo


Vous aimerez aussi...